Entretien avec Saccharose Buccal Agréable, auteur du livre « Allamako » : « Allamako incarne le sacrifice que chacun de nous doit faire pour une société juste et équitable »

444

Le jeune artiste-slameur, Saccharose Buccal Agréable de son vrai nom Sory Diakité vient de mettre sur le marché du livre sa toute première publication littéraire intitulée « Allamako », un livre édité par les Editions Tabaka. Ouvrage de 81 pages, Allamako est une nouvelle qui fait immersion dans le quotidien des Maliens. Une société gangrénée par une pléiade de tares qui remettent en question le bon fonctionnement de celle-ci. Nous l’avons rencontré pour échanger autour son ouvrage.

Aujourd’hui-Mali : Bonjour, pouvez-vous nous présenter  votre ouvrage « Allamako » qui vient de  paraitre aux Editions Tabaka ?  

Saccharose Buccal Agréable : « Allamako » est un livre qui traite des sujets que j’aborde en général dans mes textes de slam. C’est un nouvelle qui évoque le vécu des Maliens. J’ai essayé d’ouvrir une brèche sur beaucoup de thématiques dans cette nouvelle notamment l’environnement, la condition des personnes démunies, la corruption, l’éducation, l’entraide, l’alcoolisme de la jeunesse, les courants de la religion musulmane, le terrorisme et la communication gouvernementale entre autres. Pour ce faire, j’ai essayé de trouver un personnage qui peut être en contact avec cet environnement d’où le choix d’« Allamako » qui est une vieille mendiante. Je trouve que le mendiant est celui qui va à la rencontre de tout le monde et voit beaucoup de choses qui se passent dans la société. « Allamako » est comme une caméra ambulante qui nous fait découvrir les tares qui gangrènent notre société.       

 Que signifie le mot « Allamako », le nom du personnage principal, éponyme du livre ? 

Par Allamoko on peut entendre l’ensemble des choses qui sont faites pour Dieu. Dans le livre, certaines personnes surnomment Allamoko « Avocate de Dieu » car elle défend les causes justes de la religion musulmane et s’attaque à tout ce qui s’oppose aux bonnes pratiques  selon cette religion.  Allamako c’est aussi tous les problèmes que j’ai évoqués un peu plus haut auxquels tout le monde doit s’intéresser afin de trouver une solution. Des problèmes dont Dieu s’en fout. Par exemple quand des terrorises commettent des actes barbares et disent qu’ils le font pour Allah, on se demande si réellement Dieu en a besoin. Ce qui peut nous faire dire « Allah mako te a la » (Dieu s’en fout), d’où le nom du livre Allamako. Si vous prenez Allamako elle-même qui défend les causes de Dieu c’est-à-dire de la religion musulmane  vit une grande précarité. Alors on se demande si réellement Dieu se soucie de ce qui se passe ici-bas. C’est au lecteur de juger la position de Dieu par rapport à tout ce qui passe dans le livre.    

Allamako, une vieille dame, une veuve vivant dans la précarité avec ses enfants, une situation qui ne l’empêche pas d’être une personne honnête et loyale, ce qui est  rare dans notre société au jour d’aujourd’hui… !

Allamako est l’exemple typique de la lutte que chacun de nous doit mener pour l’intérêt général quelle que soit sa situation sociale. Le personnage d’Allamako se caractérise surtout par l’intérêt qu’elle porte à la chose publique. Par exemple elle réprimande les jeunes qui font l’école buissonnière et s’adonnent à l’alcool et à la cigarette. Elle critique la corruption qui domine dans l’administration publique. Allamako se demande comment comprendre qu’on puisse faire le rang pour payer nos factures encore au XXIe siècle. Elle interpelle par rapport à tout ce qu’elle trouve injuste dans notre société. Allamako incarne le sacrifice que chacun de nous doit faire pour une société juste et équitable.    

Au-delà de la condition des personnes démunies,  vous faites également un plaidoyer pour la protection de l’environnement… pourquoi ?

Nous vivons chacun dans un environnement et quand cet environnement est menacé, cela nous interpelle tous car il en va de notre santé voire de notre survie. Par exemple je prends l’exemple du fleuve Niger qui est devenu aujourd’hui une sorte de dépotoir pour tout genre d’ordures. Dans ce livre, j’ai surtout attiré l’attention sur le cas des sociétés d’assainissement dont les balayeurs au niveau des ponts n’hésitent pas à jeter leurs ordures notamment le sable dans le fleuve. Ce qui est vraiment dommage pour la protection du fleuve. Ces pratiques ne peuvent que contribuer à l’ensablement du fleuve. J’invite donc chacun à prendre soin de son environnement.     

 Un incident fatal se produit dans une mosquée et « Allamako » est parmi les victimes… un attentat dont les contours interrogent mais sans réponse la problématique de la diversité des courants au sein de la religion musulmane. Quel est le message derrière cet incident ? 

 L’idée qui se trouve derrière cette explosion c’est qu’en réalité les différents courants de la religion musulmane dans notre société qui ne soufflent pas dans la même trompette. Cela s’est fait remarquer récemment avec la crise socio-politique que notre pays  vient de traverser. Il n’est pas rare de voir dans la religion musulmane des courants qui s’opposent les uns aux autres pouvant conduire à des actes qui ne font pas honneur à cette religion de paix et d’amour. Aussi, on attend souvent dire que ce sont les adeptes d’un tel ou tel courant de l’islam qui sont des terroristes ou des djihadistes. J’attire donc l’attention sur cette problématique qui menace la stabilité de  notre société. Dans ce passage, je remets en question la communication gouvernementale qui est très est souvent édulcorée ou incomplète. Ce qui constitue un grand problème d’information pour le public.          

L’éducation familiale, l’école malienne  et la corruption ne sont pas épargnées dans Allamako… !

Au niveau de l’éducation familiale, nous sommes à un moment où tout ce que les parents s’inquiètent pour leurs enfants est de quoi les nourrir et les vêtir. Leur éducation est reléguée au second plan. La recherche du pain quotidien a pris le pas sur l’éducation des enfants. Et pourtant l’éducation familiale est la base qui fait de l’enfant  un citoyen modèle dans la société. Les enfants auxquels Allamko s’attaque dans ce livre sont des enfants qui font l’école buissonnière, qui fument et qui doivent de l’alcool et ne respectent pas les personnes âgées. L’image de ces enfants est à l’image de leur éducation ratée. En ce qui concerne l’école, je crois que tout est fait dans les écoles publiques pour décourager les enfants notamment l’effectif pléthorique, des enseignants qui ne donnent pas envie aux enfants d’étudier, l’état des écoles entre autres.        

Slameur, dites-nous ce qui vous a motivé à écrire dans un autre genre qu’est la nouvelle ?  

Je dirais que tout est d’abord slam, poésie. Ce livre est un ensemble de textes de slam mis dans une même nouvelle. Pour info je projette même de faire d’«Allamako» un spectacle de slam. Le choix de la nouvelle s’explique aussi par le fait que j’ai voulu rendre ces idées plus accessibles à tous car je trouve que le slam est un style d’écriture qui n’est pas forcément facile à comprendre par tous du à sa complexité grammaticale, linguistique entre autres.  

Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

Oui, j’ai des projets d’écriture et si tout va bien je compte publier en octobre 2021, ma deuxième nouvelle. Je suis également sur un spectacle de slam qui s’intitule « Doucourou gnèfla » (deux mots) prévu en 2021 également. 

Pour conclure cet entretien, peut-on connaitre la signification de votre surnom « Saccharose Buccal Agréable » et comment il est venu ?  

Saccharose est le composant principal du sucre et sa formule chimique est C12H22O11. « Buccal » est un adjectif qualificatif qui vient du mot  »bouche ». À l’enfance, on m’appelait Dadumani comme pour dire littéralement  »bouche sucrée » du fait que je savais parler et avancer des grandes idées et phrases pour mon âge. J’ai donc choisi Saccharose Buccal Agréable comme nom d’artiste. Surtout que je sers plusieurs causes à la fois et le sucre de table, tout le monde s’en sert.  

Réalisée pour Youssouf Koné

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite