FESTIVAL BELENITOUGOU COUPLE À LA 1RE SEMAINE CULTURELLE DE L’EPMA : Préserver l’identité culturelle minianka, développer le Mamala

99

L’union ADS-EpMa pour l’organisation de la 8e édition du festival Bèlènitugu (couplée à la 1re semaine culturelle d’Ensemble pour le Mamala « EpMa ») de Somasso a été une réussite. Cette fête culturelle et folklorique tenue du 27 au 31 mai 2023 à Somasso a été une occasion pour mettre Somasso et la culture minianka en exergue. Ce qui a fait que Somasso était devenu le point de convergence des ressortissants venus des 68 communes du Mamala (Miniankala), de Bamako et d’ailleurs pour communier autour de leur patrimoine culturel. Organisée par l’Association pour le développement de Somasso (ADS) et Ensemble pour le Mama[1]la (EpMa), la 8e édition du festival Bèlènitugu (couplée à la 1re Semaine culturelle d’EpMa) a été une grande fête culturelle et folklorique à Somasso. Et si ce festival n’existait pas, il fallait le créer tant il est prisé par les communautés des 68 communes du Mamala et leurs ressortissants résidant à Bamako et ailleurs. Placé sous le thème « La culture au service de la paix pour un Mali nouveau », cet événement artistique et culturel, selon Markatié Daou, permettra aux habitants de vivre ensemble en harmonie, de faire des activités culturelles des sources de revenus, de permettre aux communautés de former une entité unique qui a son mot à dire au mo[1]ment des prises de grandes décisions impliquant la vie de la communauté et de la nation, de préserver les éléments culturels (langue, habitudes culinaires, l’hospitalité, les codes vestimentaires, les instruments de musique, les pas de danse et d’autres vestiges), de permettre le retour et l’établissement au bercail des bras valides (jeunes filles et garçons) en exode rural. L’organisation de cette 8e édition a ré[1]pondu à toutes ces ententes et a atteint ses objectifs qui sont, entre autres, de faire de la culture un vecteur de la paix, de cohésion sociale, de renforcer le vivre ensemble à travers l’interpénétration des communautés vivants sur le même espace géographique qu’est le Mamala, de faire de la culture le moteur de l’économie locale… En effet, du 27 au 31 mai 2023, Somasso était devenu le point de convergence et le centre culturel du Mamala qui comprend 68 communes. Le programme d’activités des événements était alléchant. Il s’articulait, entre autres, autour de l’animation folklorique minianka (niogo, zagré, le balafon…), des enregistrements d’émissions (Bikodo), la Télé fait son show et Vis-à-vis de Renouveau TV, des sketches. Sans oublier des foires d’exposition des produits locaux, des danses chorégraphiques, des matches de football. La journée du samedi 27 mai 2023 a été consacrée à l’accueil et l’installation des festivaliers venus de Bamako et d’ailleurs. Cet accueil s’est déroulé dans une liesse populaire. Après les salutations d’usage, le chef de village, Notégue Daou, au nom de ses administrés, a souhaité un bon séjour aux festivaliers avant de les offrir une calebasse de colas et un bouc. Le représentant d’EpMa, François Dembélé de Karankasso, a souhaité une bonne fête à tous les festivaliers venus à Somasso. Le représentant de l’ADS a souligné que le festival Bèlènitugu est une occasion pour l’ADS et l’EpMa de mettre Somasso et la culture minianka en lumière. Toutes ces déclarations annonçaient un bon festival. Et la fête fut belle. Du 27 au 31 mai 2023, Somasso a vibré aux rythmes des chants et danses folkloriques. La nuit du samedi a été réservée à la prestation du balafoniste Zampère et son groupe. Le dimanche 28 mai 2023, la délégation de l’EpMa conduite par son président Kloussama Goïta a été accueillie dans l’effervescence. Dans son intervention, il a félicité les organisateurs du festival qui ont fait une dé[1]monstration de mobilisation des populations. Il a indiqué que l’EpMa a été porté sur les fonts baptismaux avec comme objectif d’établir l’impact de la culture sur la paix et la réconciliation pour une nation. « Ce Mouvement a pris appui sur des associations culturelles et des acquis tels que le Festival Bèlènitugu de Somasso, un événement culturel soutenu par ses ressortissants et leurs partenaires », a-t-il expliqué. Transparence pour transparence, cette soirée a été une occasion pour les organisateurs de révéler le résultat des collectes qui sont en nature et en espèce. Les contributions en nature sont constituées de condiments, de céréales, des fagots de bois fournis par les femmes. Les espèces ont été donnés essentiellement par des ressortissants de Somasso et de leur marraine Fatoumata Batouly Niane (marraine) du mouvement citoyen politique « An b’i ko » qui a fait un appui de 3 millions F CFA. Le clou de la soirée du dimanche a été la prestation de Mamadou Dembélé « Dabara ». Il a impressionné le public par ses chansons surtout celle dédiée au président de la Transition Assimi Goïta (un Minianka bon teint), Fatoumata Batouly Niane et son mouvement. Une campagne de reboisement utile La journée du lundi a été réservée à l’ouverture du festival présidée par Modibo Koné, ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable. A son arrivée, Modibo Koné a tenu à visiter les 68 stands représentant les 68 communes de l’arrondissement de Somasso. Au cours de cette visite des stands, chaque maire a présenté sa commune tout en expliquant au ministre ce qui est en train d’être fait dans la protection, la sauvegarde et la conservation de l’environnement, surtout avec la plantation d’arbres. A la fin de la visite des stands, le ministre s’est dit satisfait des explications des maires qui se consacrent à la protection de l’environnement. Il a confié qu’il a pris note des soucis des différentes communes qui sont des questions de classes, de maîtres pour enseigner les enfants, des questions de pis[1]tes rurales. « Ces questions vont être trans[1]mises au président de la Transition pour que des dispositions soient prises. Beaucoup de maires ont souhaité qu’ils soient assistés durant la campagne de reboisement qui va commencer en juillet prochain avec des plantes. Cette année, ce ne serait pas n’importe quelle plante. Nous allons leur amener des plantes utiles économiquement pour nos populations comme le karité, le néré, l’acajou. Nous faisons ces campagnes de reboisement en communion avec les communautés qui ont épousé le souhait d’aller avec cette plantation d’arbres dans leurs localités, nous ne pourrons que les suivre. J’ai pris l’engagement au niveau de certaines communautés les plus chanceuses de faire un maximum pour planter quelques arbres à mon propre nom », a-t-il confié. Le ministre Modibo Koné, représentant le président de la Transition, Assimi Goïta, a offert un million F CFA aux « Namadenw » (les sœurs mariées en dehors de Somasso). Il a justifié son geste à l’endroit de ses « sœurs » par le fait qu’une sœur est beaucoup plus valeureuse. Il a remercié le président de l’ADS qui a su rassembler l’ADS et l’EpMa pour cheminer ensemble dans l’organisation du festival. Il a appelé les festivaliers à voter « oui » au référendum du 18 juin prochain pour adopter la nouvelle Constitution afin de sortir le Mali des difficultés. Les activités se sont poursuivies avec des manifestations folkloriques comme les danses chorégraphiques, les défilés de 68 enfants (représentant les 68 communes de Somasso) et une animation musicale de Zampèrè, des prestations des artistes tradi[1]tionnels comme Niogo, Korodouga. Siaka Doumbia Envoyé spécial

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite