- Publicité-

Culture et cohésion sociale : la Compagnie Nama entend jouer sa partition

80

Marionnettes comme outil de promotion de la paix et la cohésion. Telle est la vocation d’un programme de formation de la Compagnie Nama à l’endroit des jeunes marionnettistes qui créeront ensuite des spectacles de marionnettes visant à promouvoir la cohésion sociale et le vivre ensemble dans les régions du centre du Mali.

La compagnie Nama a procédé le lundi 4 janvier dernier,  à son siège sis à Magnambougou en commune VI du district de Bamako, au lancement d’un programme de formation à l’endroit des jeunes marionnettistes issus des régions de Ségou et Mopti. La cérémonie s’est déroulée en présence des responsables de la Compagnie, des autorités administratives et coutumières et le représentant du partenaire financier du projet.

Au total, 16 jeunes (Filles et garçons) seront initiés pendant un mois (4 janvier au 2 février) à la fabrication et à la manipulation des marionnettes géantes. Des spectacles seront créés autour du thème : «Jeunesse et paix et sécurité ».

 Soutenue par le Programme Jeunesse et Stabilisation (Projes) dans les régions du centre du Mali (financé par le l’Union Européenne), cette formation vise deux objectifs principaux. Dans un premier temps,  permettre aux seize (16) jeunes d’acquérir les connaissances nécessaires leur permettant de pouvoir exercer le métier de marionnettiste. Le second objectif est de leur permettre de créer leur premier spectacle. Toute chose qui permettra aux jeunes de jouer dans leurs localités d’origine (au centre) où l’insécurité crée plus de problèmes à ce jour. Les spectacles graviteront autour du rôle incontournable de la jeunesse dans la résolution des conflits et la consolidation de la paix et la cohésion sociale.          

 «Nous avons décidé d’accompagner ce projet parce qu’il intervient dans notre zone d’intervention c’est-à-dire les régions du centre. Il s’agit pour ce projet de former des jeunes afin de les aider dans leur résilience face à la crise qui sévit dans le centre du pays et d’être porteurs de message de paix et de cohésion. Nous pensons qu’il n’y a pas meilleur vecteur pour la consolidation de la paix et de la cohésion sociale que la culture», nous explique Mamadou Coulibaly, Expert en communication et visibilité du Projes.

A noter qu’une dizaine de spectacles en guise de restitution de la formation sera donnée dans plusieurs villes des régions de Ségou et Mopti notamment Ségou, Bla, San Tominian, Konna, Bandiagara, Sévaré, Sofara et Djenné. La compagnie entend ainsi jouer sa partition dans la promotion de la paix et la cohésion sociale.

Youssouf Koné 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite