MINISTèRE DE L’éCONOMIE ET DES FINANCES-BAD : Signature d’un nouveau projet d’appui à hauteur de 5 milliards de F CFA en faveur du Mali

8

La Banque africaine de développement (Bad) et le ministère de l’Economie et des Finances ont procédé, hier jeudi 24 novembre 2022, à la signature du protocole d’accord de don sur le financement du Projet d’appui aux structures de gouvernance (PASG). Le projet bénéficie d’un financement de 5 milliards de F CFA, provenant des ressources du Fonds d’appui à la Transition (FAT) de la Bad.

a cérémonie de signature de l’accord de don pour le financement d’un nouveau projet d’appui institutionnel de la Banque africaine de développement en faveur du Mali était présidée par Alousséni Sanou, ministre de l’Economie et des Finances. C’était en présence d’Adalbert Nshimyumuremyi, responsable pays du Bureau du Mali du Groupe de la Bad.

Selon M. Adalbert, le Projet d’appui aux structures de gouvernance (PASG) bénéficie d’un financement de 5 milliards de F CFA, provenant des ressources du Fonds d’appui à la Transition (FAT) de la Bad. Il précise que le projet ne prévoit pas de financement sur la contrepartie nationale. «Le PASG s’inscrit parfaitement dans les objectifs de développement du Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD) 2019-2023 du Mali, à travers son axe 1, concernant «la consolidation de la démocratie et l’amélioration de la gouvernance». Par ailleurs, le PASG contribuera à la mise œuvre du futur Plan de réforme de la gestion des finances publiques du Mali (Prem) 2022-2026, qui est soutenu par les partenaires techniques et financiers», a expliqué le responsable pays du Bureau du Mali du Groupe de la Bad. A l’en croire, le PASG est une opération prévue dans le cadre du Document de stratégie-pays (DSP) 2021-2025 dont le premier domaine transversal est intitulé « amélioration de la gouvernance et lutte contre la corruption ».

 »L’objectif de développement du PASG est de contribuer au renforcement des capacités en matière de lutte contre la corruption, l’enrichissement et les flux financiers illicites ; de contrôle de la dépense publique et de mobilisation des ressources internes afin de créer des conditions les plus favorables à la sortie graduelle du Mali de sa situation de fragilité’‘, a indiqué Adalbert Nshimyumuremyi. A l’en croire, la mise en œuvre du projet contribuera, à terme, à l’atteinte des résultats, entre autres, la déclaration des biens passe de 25 % en 2020 à 100 % en 2025, le nombre de missions annuelles d’audit interne réalisées par l’Inspection des finances passe de 6 en 2020 à 12 en 2025 ; le niveau des recettes fiscales passe de 921 milliards en 2020 à 1200 milliards de F CFA en 2025.

 »L’atteinte de ces résultats permettra d’élargir l’espace budgétaire du pays pour la mise en œuvre de ses programmes de développement économique et social et renforcer la transparence et l’efficacité des dépenses publiques », a-t-il souligné. Pour terminer, il a recommandé aux points focaux des différentes structures bénéficiaires du projet de contribuer à améliorer davantage cette performance du Mali, en mettant en œuvre efficacement les activités financées dans le cadre de ce projet.

Pour sa part, Alousséni Sanou, ministre de l’Economie et des Finances signalera que les structures concernées par ce financement sont l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (Oclei), la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif), l’Inspection des finances (IF), la direction nationale du contrôle financier (DNCF) et la direction générale des impôts (DGI). L’Unité de gestion du projet sera rattachée à la Cellule d’appui à la réforme des finances publiques (Carfip).

Il a assuré que toutes les mesures nécessaires seront prises pour permettre la bonne exécution de ce projet par toutes les structures de gouvernance concernées. Le ministre de l’Economie a remercié le président de la Transition et le gouvernement du Mali pour tous les efforts inlassables du Groupe de la Bad en faveur du développement socio-économique du Mali.

Pour mémoire, depuis 1975, début des opérations de la Bad au Mali, à ce jour, environ 112 opérations ont été approuvées en faveur du Mali pour un montant cumulé de plus de 1202 milliards de F CFA. Actuellement, le portefeuille de projets actifs financés par le Groupe de la Bad en cours d’exécution au Mali porte sur 21 opérations pour une enveloppe d’environ 420 milliards F CFA, couvrant les secteurs du transport routier (représentant 39 % du portefeuille), l’agriculture (19 %), l’énergie (13 %), l’eau et assainissement (11 %) et la gouvernance (6 %).

Le secteur privé (finance et industrie) représente 7 % de l’enveloppe du portefeuille et les autres secteurs (changement climatique et développement social) 5 %.

                              Marie Dembélé 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite