« Fila Ni Kélé » : Un festival inédit de danse dans les marchés maliens

105

« Fila ni Kélé », c’est nom du tout nouveau festival dédié à la danse contemporaine au Mali. Initié pour l’association Don Sen Folo, la première édition du festival a démarré le 20 et se poursuivra jusqu’au 22 novembre prochain dans les marchés de Bamako. Des tournées sont également prévues dans certaines régions du pays après le festival.

Ça y est !  Le Mali a désormais son festival dédié à la danse contemporaine. Le festival « Fila Ni Kélé » (Duo et Solo), est une initiative de l’association culturelle Don Sen Folo, dirigée par le danseur et chorographe Malien, Lassina Koné. La toute 1e édition du festival se tient à Bamako depuis le 20 et poursuivra jusqu’au 22 novembre prochain dans des marchés ciblés de la capitale malienne.

Après de multiples initiatives visant à promouvoir la danse contemporaine dans notre pays dont la création du Laboratoire Don Sen Folo-LAB, un complexe culturel dédié à la création artistique émergé à Bancoumana, dans le Mandé à unecinquantaine de kilomètres de Bamako, Lassina Koné et son association Don Sen Folo lance Fila Ni Kélé, le festival qui s’invite dans le quotidien des marchés de Bamako.

En prélude du festival, onze (11) jeunes artistes issus de la formation Corps pour XXIIe Siècle étaient  depuis le 2 novembre dernier en résidence de création les marchés de Sabalibougou, Niamakoro, Badalabougou, et aux halles de Bamako. Ils sont sous le tutorat de 8 chorégraphes maliens et d’ailleurs. Les spectacles créés lors de ces résidences sont présentés dans le cadre du Festival qui se déroule dans les marchés suscités. 

Ce festival est un évènement artistique inédit au Mali voire en Afrique et dans le monde. « Sa particularité, c’est qu’il se passe uniquement dans les marchés. L’idée de ce festival est d’amener la danse vers le public afin qu’il se l’approprie » lance Lassina  Koné qui estime qu’« au-delà de la danse, ce festival veut apporter quelque chose dans laquelle se trouve l’esprit des maliens. Ces  propositions artistiques dans les marchés permettent  l’accès à l’art contemporain au plus grand nombre, c’est aussi un moyen de démystifier la création artistique ». Cette proposition, à l’en croire, est une réflexion, l’expérimentation d’un nouveau modèle adapté aux populations maliennes et qui pourrait être proposé à d’autres pays d’Afrique et au-delà.

Après Bamako, les créations iront en tournée dans les régions de à Sikasso, Ségou, Tombouctou et Koutiala, durant le mois de décembre. « Fila Ni Kélé »  est soutenu par la Fondation DOEN, l’Ambassade de France, l’Institut Français, l’Institut Français du Mali, Blonba, l’association Bilou Toguna, le Centre Culturel Kôré, Acte Sept, Côté Cour, le ministère de la culture du Mali, Sanou’Arts et Teliman.

« Fila Ni Kélé », c’est être caméléon de son espace!»

Youssouf Koné  

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite