THé « ACHOURA » : Un produit né sous une bonne étoile

304

Le thé « Achoura » est décidément un produit né sous une bonne étoile. Depuis plus de 10 ans qu’il est combattu par des gens sans foi ni loi, il n’a cependant pas pris une ride auprès des consommateurs qui continuent d’apprécier sa haute valeur.

Loin des bruits et des commérages, thé Achoura continue son petit bonhomme de chemin : en demeurant le leader sur le marché du thé, une denrée très consommée au Mali et dans la sous-région.

Thé d’origine chinoise 100 % naturel, la marque Achoura, 10 ans après son lancement, coupe toujours le sommeil à ses concurrents. Les rumeurs colportées par-ci, par-là, les pratiques de concurrence déloyale et autres insinuations perfides n’ont guère entamé le moral de son promoteur, qui se bat pour mériter sa position de leader sur le marché.

En grand capitaine d’industrie, soucieux de faire prospérer son business et pleinement convaincu que ce sont les tonneaux vides qui font trop de bruit, Houma Ag Handaka tisse patiemment et obstinément sa toile au grand dam de ses détracteurs.

Pouvait-il en être autrement pour cet homme qui s’est fait à la force du poignet et qui devrait continuer d’être un modèle pour les jeunes entrepreneurs maliens partis de rien pour réaliser le rêve américain sur place ?

Originaire de Gao, le promoteur d’Achoura fait son parcours primaire et secondaire au Mali. C’est seulement après l’obtention du baccalauréat qu’il se rend en Algérie pour y poursuivre ses études supérieures. Avec une vision bien en place, il étudie la gestion et la comptabilité et décroche au bout de quatre années studieuses une maîtrise.

Muni de ce parchemin, il rentre au pays. « En 2004, il débarque à Bamako où malgré l’opposition de sa famille qui refusait qu’il fasse le commerce, les railleries de ses amis, il décide de travailler pour une société de la place comme simple distributeur. Il se promenait dans les rues de Bamako souvent à moto pour distribuer le thé de la compagnie qui l’employait », peut-on lire dans un article d’un confrère de la place consacré à l’homme.

Quatre ans plus tard, continue notre source, Ag Handaka est repéré par un grand opérateur de la place qui l’envoie en Chine. Au cours de ce voyage est né thé « Taoudéni » en 2008. Le thé « Taoudéni » a eu un grand succès auprès des consommateurs maliens et continuent de l’avoir dans les régions du Nord, au Nigeria et au Gabon. « Le promoteur très fier de son collaborateur décide enfin de lui vendre la licence du thé. Véritable stratège en marketing, il décide en 2013 de créer un thé de très bonne qualité pour les Maliens et Maliennes avec une appellation séduisante ‘Achoura' ».

En dix ans, le breuvage s’est imposé sur l’échiquier national et même au-delà grâce au management dont a su faire preuve son promoteur. Avec plusieurs milliards F CFA de chiffre d’affaires, la société Houma Ag fait travailler directement et indirectement plusieurs centaines de Maliens, continue Mali Scoop.  Il note que la gamme « Achoura » compte plusieurs produits répartis en gramme dont un avec du jasmin : 25 g 100 g, 200g, 250 g.

Le thé Achoura, conclut-il, est consommé au moins dans 15 pays en Afrique dont le Burkina Faso, le Niger, Guinée équatoriale, Guinée-Conakry, Côte d’Ivoire, Niger, Algérie, Mauritanie, Gabon, Congo Brazzaville, Ghana, Togo, Cameroun, Mozambique et au Mali où il est le leader incontestable.  Le thé « Achoura » reste un digne ambassadeur du Mali partout où il est consommé.                  La Rédaction

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite