LES ECLAIRCISSEMENTS DE MADIANI DRAME A PROPOS DE LA « CONFISCATION DES MARCHANDISES : « Je n’ai jamais escroqué un commerçant ou confisqué ses marchandises. C’est une cabale pour ternir mon image »

34

L’opérateur économique Madiani Dramé, patron de l’agence d’envoi de marchandise dénommée « China Africa Cargo » basée à Guangzhou en Chine se porte à faux contre  les accusations « d’escroquerie et de confiscation » de marchandise portées contre lui, la semaine dernière dans la presse par un de ses clients. Approché par nos soins, dimanche, l’intéressé qui se trouve de nos jours à Bamako (Covid-19 oblige !) se dit surpris que son nom soit cité par ceux qui sont à la base de cette fausse accusation, alors qu’il n’a rien à voir dans cette affaire.

Vous savez, à mon humble avis, c’est un certain Samba Sanogo qui se trouve derrière cette cabale et d’ailleurs je l’ai vu récemment. Ce n’est même pas un partenaire d’affaires à moi personnellement, même si son produit a transité dans notre dépôt en Chine pour le Mali « , a introduit le jeune opérateur économique, Madiani Dramé. Alors comment son nom s’est-il trouvé dans ce dossier ?  A cette question l’intéressé de répondre que leur agence « China Africa Cargo » convoi depuis près de 20 ans des marchandises des commerçants africains dont ceux de nombreux Maliens dans leur pays d’origine.

« D’après mes recoupements et je peux mettre à votre disposition les papiers attestant mes propos, Samba Sanogo est venu en Chine pour acheter des marchandises. Il avait pour tuteur Modibo Nimaga. C’est ce dernier qui a fait toutes ses courses, déposé ses marchandises à notre entrepôt de la Chine afin qu’elles soient envoyées. Mais dès que tu viens avec tes marchandises, elles sont pesées en Cbm (Unité de mesure) par l’équipe chinoise, et pour chaque Cbm, le commerçant paye 240 000 Fcfa. Un montant réglé au moment de l’enlèvement du produit à destination. Mais lui, dans son cas, une fois que son produit est arrivé à Bamako, a refusé de payer le prix qui lui a été fixé par les experts chinois, à savoir 5,4 Cbm arguant que, lui, sa marchandise ne fait que 2, 5 Cbm », nous a expliqué M. Dramé. Pour lui, seuls les Chinois qui fixent le poids des marchandises après leur dépôt et contre reçu.

« Ce qui veut dire que depuis qu’il a fait déposer ses marchandises on lui a notifié les 5,4 Cbm par personne interposée. Et il devait payer à plus de 1 200 000 Fcfa. S’il devait protester, ça devait être depuis au moment de la pesée en Chine, mais pas au moment de l’enlèvement du produit », a-t-il expliqué. En tout cas, pour M. Dramé, son nom est peut-être ressorti dans ce dossier par le fait qu’il est le premier responsable de China Africa Groupe. « Sinon, à part cela, je n’ai jamais traité une affaire avec le nommé Samba Sanogo dont le nom ressort de la plainte qui a été déposée contre moi au Tribunal du Commerce de Bamako. En plus, pour vous prouver que je n’ai rien à me reprocher dans cette affaire, le jour du procès, mon avocat était là-bas, mais curieusement, ni Samba, ni ses conseils n’ont daigné faire le déplacement », a renchéri Madiani. Avant d’ajouter que ceux qui gèrent l’entrepôt ici à Bamako ont accordé toute sorte de possibilités au plaignant en termes de payement pour qu’il aille retirer ses marchandises.« Mais il dit qu’il ne veut pas débourser un sou et par conséquent il souhaite résoudre cette affaire non seulement par la voie judicaire, mais dans la presse et les réseaux sociaux. Comme s’il était en mission pour discréditer notre agence », conclut Madiani Dramé.   

           Kassoum THERA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite