VULGARISATION DE LA NOUVELLE LOI ELECTORALE: Une trentaine d’acteurs de l’OSC de Ségou outillés par PF.DESC-Mali

31

Dans le cadre du Projet d’appui aux réformes et aux élections au Mali (PAREM 2021-2023), financé par le PNUD et ses partenaires, la plateforme Droits Economiques Sociaux et Culturels du Mali (PF. DESC-Mali), membre du COPER, a organisé du 15 au 16 août dernier, dans la salle de conférence de la Direction Régionale du Domaine du Ségou, une session de formation à l’intention des autorités administratives et locales, partis politiques, organisations de femmes et de jeunes, personnes vivant avec handicap, personnes déplacées, sur la vulgarisation de la nouvelle loi électorale et le chronogramme des élections.

La cérémonie d’ouverture était présidée par Oumar Diarra, préfet de la région de Ségou, en présence d’Abdoul Coulibaly, représentant du maire de la Commune urbaine de Ségou, Issa Sidibé, représentant du président du Conseil régional de Ségou (CRS), Baba S. Cissé, directeur technique des opérations de la PF-DESC-Mali.

C’est pour accompagner les acteurs des organisations de la société civile à bien s’approprier de la nouvelle loi électorale et le chronogramme des élections que la plateforme Droits Economiques Sociaux et Culturels du Mali (PF. DESC-Mali) a initié cette session de formation à l’intention de ses partenaires.

Dans son discours d’ouverture, le préfet de Ségou, a salué cette initiative de la PF-DESC-Mali. « Depuis près de trois (3) décennies, le Mali est confronté à une série de crises sociologiques, économiques et sécuritaire. Ces crises devenues multidimensionnelles avec les évènements de mars 2012 et août 2020, ont fortement révélé la fragilité du modèle démocratique malien. Elles ont fait apparaitre de nombreux dysfonctionnements dans l’architecture politique, électorale et institutionnelles de notre pays. Trois tentatives de réformes constitutionnelles ont été successivement engagées en juillet 2020, Août 2011 et Mars 2017, mais aucune d’entre elle n’a abouti faute de consensus. En janvier 2019, une autre tentative initiée par le président d’alors sera abandonné suite à la fragilisation du climat sociopolitique et la suite est connue. C’est ainsi que la refondation de l’Etat à travers les réformes politiques, électorales et institutionnelles est aujourd’hui au cœur de l’agenda des autorités de la Transition est clairement exprimée dans la feuille de route du gouvernement de la Transition à son axe 4 qui ambitionne de : parachever le processus de réorganisation administrative, reformer le système électoral, élaborer une nouvelle constitution et poursuivre le chantier de la régionalisation », a-t-il expliqué.   

Il a également ajouté que l’objectif de cette session de formation est de contribuer à la consolidation du principe démocratique par l’organisation d’une élection apaisé, transparente et crédible, dont le résultat sera accepté par tout le monde. « Plus spécifiquement, il s’agira d’informer et sensibiliser les acteurs que vous êtes sur les rôles et responsabilités des uns et des autres autour du processus électoral, expliquer les innovations de la nouvelle loi électorale et rappeler le chronogramme des élections ainsi que les opérations de révision des listes électorales tel que prévus par le gouvernement et dans la nouvelle loi électorale », a-t-il laissé entendre.  

Pour sa part, le représentant du maire de la Commune urbaine de Ségou, il a profité de l’opportunité pour réitérer sa profonde gratitude à la plateforme DESC-Mali pour cette contribution de qualité et son accompagnement multiforme aux côtés du Mali en ces moments difficiles.

Mahamadou TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite