Pèlerinage aux lieux saints de l’islam 2023 : 4 166 425 F CFA pour la filière gouvernementale, 4 675 000 F CFA pour le privé Le prix du mouton des “gouvernementaux” à la charge de la Maison du Hadj

49

Pour la campagne à venir, les pèlerins de la filière gouvernementale seront libérés de la charge d’acheter un mouton de sacrifice sur place en Arabie saoudite. Cette dépense revient dans le giron de la Maison du Hadj. C’est ce qui explique en grande partie l’augmentation du tarif de 184 360 F CFA par rapport à la dernière campagne.

Si le coût du pèlerinage, pour la filière gouvernementale au Mali, était de 3 982 065 F CFA en 2022, cette année, les candidats à l’accomplissement du 5è pilier de l’islam devront s’acquitter d’un montant de 4 166 425 F CFA pour être du voyage religieux, prévu entre la mi-juin et le début juillet prochains, soit une augmentation de 184 360 F CFA.

Certes, les coûts du transport, de l’hébergement et de la restauration vont crescendo chaque année en Arabie saoudite au vu de l’affluence des pèlerins du monde entier, mais la vraie raison de la présente augmentation découle du constat fait par la Maison du Hadj que la plupart des pèlerins ont, ces dernières années, eu du mal à payer le mouton à sacrifier aux pauvres de La Mecque dans le but de corriger les imperfections et défaillances constatées lors de l’accomplissement des rites. Cette pratique, du reste, est une obligation pour tout musulman qui souhaite voir son pèlerinage agréé par Allah Tout-Puissant.

Il y a quelques années, la Maison du Hadj avait sorti le pécule mouton dans le calcul des coûts. Mais l’expérience aidant, elle le réintroduit et espère du coup enlever une épine du pied de certains pèlerins qui, sans être forcément à cours d’argent, pouvaient omettre de sacrifier à la tradition, qui est, du reste, une obligation religieuse.

Dans un communiqué publié le jeudi 9 février 2023 dont une copie nous est parvenue, la Maison du Hadj précise aussi que le quota accordé au Mali est de 13 323 pèlerins. Elle signale que les mesures barrières relatives au coronavirus (Covid-19) sont levées, le test PCR n’est plus exigé, la limitation d’âge annulée. Elle précise cependant que les vaccinations usuelles sont maintenues.

La Maison du Hadj demande aux candidats pèlerins ayant un acompte de bien vouloir régulariser leurs inscriptions dans les meilleurs délais, en payant la différence. Elle exhorte les candidats à effectuer les formalités avec célérité afin de leur assurer une formation de très bonne qualité aux rites du pèlerinage à La Mecque.

                    El hadj A. B. HAIDARA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite