DIRECTION GENERALE DES DOUANES : Le ministre Sanou satisfait, réitère ses félicitations encouragements à Amadou Konaté et à son équipe

15

Avec l’atteinte des objectifs de recettes presqu’à 100 % et un excédent de 21 millions de F CFA, la direction générale des douanes s’inscrit parfaitement dans la logique du financement durable de l’économie nationale par le recouvrement des recettes budgétaires. Satisfait, le ministre de l’Economie et des Finances Alousseini Sanou vient d’adresser de nouveau ses félicitations au directeur général des douanes, l’inspecteur général Amadou Konaté et à ses hommes.

L’examen du tableau définitif produit le 31 décembre 2022 par la direction nationale du trésor et de la comptabilité publique relativement aux encaissements et recouvrements des recettes budgétaires effectués au titre de l’exercice 2022 m’a permis de constater, avec une réelle satisfaction, que la direction générale des douanes a réalisé, sous votre leadership, un montant de 611,311 milliards de F CFA sur un objectif assigné de 611,290 milliards de F CFA. Il en résulte un taux de réalisation de près de 100 % et un excédent de 21 millions de F CFA. Je saisis cette occasion pour vous adresser mes sincères félicitations. Je joins à ce témoignage du mérite l’ensemble des responsables et agents des différents services relevant de la direction générale des douanes.

Je voudrais également vous exhorter à persévérer dans cette voie qui, du reste, est la seule à permettre le financement pérenne et durable des nombreuses et ambitieuses politiques initiées par le gouvernement et de relever les nombreux défis de l’heure… »

Telle est la teneur d’une correspondance émanant du ministre de l’Economie et des Finances, Alousséni Sanou, qui a atterri le 3 mars 2023 sur le bureau du directeur général des douanes, l’inspecteur général des douanes Amadou Konaté.

Il n’y a pas longtemps, peu de gens donnaient cher de la peau du directeur général des douanes, l’inspecteur général Konaté, surtout après la révélation du scandale du dédouanement des containers de la Société nationale de tabacs et allumettes du Mali (Sonatam) au niveau du bureau de douanes de Kati et le battage médiatique qui s’en était suivi. Grosso-modo, l’Etat est spolié de quelque 5 milliards de F CFA environ. Mais, avant même que les conclusions de l’enquête diligentée ne tombent, certains s’étaient autorisés à crier haro sur le baudet, conjecturant que le Directeur Général était désormais sur un siège éjectable. La présente lettre du ministre de l’Economie et des Finances sonne comme un cinglant démenti à cette supposition pour le moins fantaisiste.

En homme aguerri, capable d’encaisser les coups les plus durs, l’inspecteur général, sans broncher, a laissé le temps au temps tout en travaillant d’arrache-pied pour la satisfaction de sa tutelle qui lui a fixé un cap en début d’année. Résultat des courses : l’homme a comblé les espoirs placés en lui, en étant un soldat résolu de l’économie nationale.

Pendant que ces détracteurs s’amusaient à lui mettre les bâtons dans les roues, l’inspecteur général Konaté s’évertuait à renflouer les caisses du Trésor public et à assainir l’économie nationale. Sa dédicace à la lutte contre la fraude, le trafic en tout genre, la contrebande se passe désormais de tout commentaire au regard des saisies récemment opérées par ses services, notamment le démantèlement d’un trafic de fausses vignettes à Hérémakono à la frontière avec le Burkina Faso et à l’Aéroport international-Président Modibo Kéita Sénou.

Dans les deux cas, sans la vigilance des douaniers, le manque à gagner allait dépasser le milliard de F CFA au détriment de la direction générale des impôts. Cela pouvait être un coup dur pour l’économie nationale.

Que dire des saisies d’or de contrebande dans le versant ivoirien ? Des trafiquants de stupéfiants mis hors d’état de nuire ? Rien que des exploits qui méritent d’être soulignés et salués ! C’est ce qu’a fait le ministre de l’Economie et des Finances, Alousséni Sanou qui sait qu’il n’y a rien de plus motivant pour un cadre que le jugement favorable de ses pairs.

La balle est désormais dans le camp d’Amadou Konaté et ses agents qui devront redoubler d’ardeur au travail car la confiance placée en lui par sa hiérarchie le lui dicte et l’oblige.                                                                                          

                                                                                                                                               El hadj A. B. HAIDARA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite