Collectif des docteurs vacataires des Universités, Instituts et Grandes Écoles : Une posture vengeresse puérile

9

Apparemment, ceux qui se font appelés Collectifs des docteurs vacataires ont la rancune bien tenace. Il faut tout d’abord rappeler que ces personnes n’ont aucun statut juridique au niveau de l’enseignement supérieur. Ce sont des détenteurs de doctorat qui écument les universités, instituts et grandes écoles en quémandant des places d’assistants auprès des enseignants permanents. C’est ainsi que progressivement, ils s’y sont implantés en espérant intégrer le corps professoral. Mais, désormais on a pris l’habitude au Mali de s’organiser en « Collectif » et mettre la pression sur les autorités pour telle ou telle raison. C’est ce stratagème qu’ont mis en place ceux qui se font désormais appeler « Collectif » pour se donner une légitimité et arriver à leurs fins.

Ainsi, lorsque l’avis du concours de recrutement a été publié par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, ces personnes ont cherché à rencontrer le Ministre pour lui exposer leur doléance qui consistait à leur accorder la priorité lors du recrutement. N’ayant pas pu rencontrer le Ministre, ils se sont rabattus sur le Secrétaire général auquel, ils ont envoyé une liste de cent six (106) personnes. L’argument qu’ils avaient avancé était qu’ils sont déjà dans le système et que ce sont eux qui devaient être recrutés. Ils estimaient aussi que l’on n’avait pas besoin de recruter autant de titulaires de Master face aux détenteurs de Doctorat, quand bien même les besoins émanaient des Institutions d’enseignement supérieur. Naturellement, cette doléance a été jugée irrecevable par les responsables du ministère qui ont organisé un concours ouvert à l’ensemble des personnes répondant aux critères de candidature.

A la proclamation des résultats, l’on a vu ces personnes prendre d’assaut les médias et les réseaux sociaux en se comportant non pas comme des candidats, mais comme un groupe de pression. Ils se sont ainsi autoproclamés représentants de tous les candidats. Ils ont alors orchestré une campagne médiatique dont les citoyens de bonne foi se sont lassés rapidement. Par la suite, ils ont écrit à plusieurs institutions. La stratégie était claire : faire peur aux responsables du ministère et les faire reculer.  Ce sont donc des candidats qui, plutôt que de saisir le ministre d’une demande de recours en bonne et due forme, ont décidé de se transformer en un groupe de pression en vue de mener une action politique pour arriver à leurs fins. Heureusement que le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, qui est perspicace et ne s’en laisse pas compter, n’est pas tombé dans leur piège. Il est temps que ces candidats malheureux reviennent à la raison et se préparent pour le prochain recrutement.                                                                         La Rédaction

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite