Candidat à la Présidence de la FEMAFOOT : Mamoutou Touré dit Bavieux propose sa vision traduite en plan d’action en cinq axes !

21

Après un premier mandat à la tête de la  Fédération malienne de football qui exécuté avec brio, Mamoutou Touré dit Bavieux, candidat à sa propre succession, a proposé sa vision traduite en plan d’action en cinq axes à savoir, le renforcement et consolidation de la réconciliation ; l’investissement dans le développement du football (infrastructure) ; le renforcement des capacités des acteurs du football ; la réorganisation des compétitions nationales ; la revalorisation de l’appui aux structures déconcentrées du Football. Cet ambitieux programme a été présenté par Moussa Sylvain Diakité, Directeur de campagne du candidat Bavieux Touré. C’était le mercredi 8 août à l’hôtel Radisson Collection, en présence de plusieurs personnalités dont des représentants de 6 ligues régionales, 21 clubs de D1 et D2 et trois associations (médecins, anciens joueurs et arbitres).

e l’élection du bureau exécutif en août 2019 à ce jour l’environnement du football malien a beaucoup évolué. En héritant de la Fédération Malienne de Football, cette Association était minée par une crise qui durait depuis plusieurs années. A cela s’est ajouté le contexte sécuritaire difficile et la Covid-19.

Durant le premier mandant, un ancrage fort a été enclenché pour gérer tous les contours de cet événement social. Le président Mamoutou Touré et le Comité Exécutif ont imaginé un plan de réconciliation qui a permis d’élargir le bureau à des nouveaux membres à la faveur de l’opportunité offerte par la relecture des Statuts de la faitière. Les actions en faveur du renforcement de capacité de certains acteurs du football ont été entamées, elles doivent être consolidées et élargies à tous les acteurs.

Le début de stabilisation et de pacification du climat du football est palpable malgré des velléités. Les acteurs du football toutes tendances comprises doivent s’accorder à pérenniser les acquis des quatre dernières années pour capitaliser les expériences acquises du président Touré afin d’éviter les éternels recommencements que nous avons connus depuis les années 2000.

Pour ce second mandat, le président Mamoutou Touré dit Bavieux a proposé sa vision traduite en plan d’action en cinq axes à savoir, le renforcement et consolidation de la réconciliation ; l’investissement dans le développement du football (infrastructure) ; le renforcement des capacités des acteurs du Football ; la réorganisation des compétitions nationales ; la revalorisation de l’appui aux structures déconcentrées du Football.

Axe 1 : Renforcement et consolidation de la réconciliation

 Pour les membres du bureau exécutif, cet axe a été un maillon essentiel du programme du mandat passé, « car le président a profité de la relecture des textes de la fédération pour intégrer des nouvelles personnalités dans le comité exécutif pour apaiser le climat du football.  Cette réconciliation devrait continuer et consolider ».

Axe 2 : Investissement dans le développement du football (infrastructures)

Selon le directeur de campagne, durant le mandat écoulé, cet axe a connu un début d’exécution avec l’appui des partenaires CAF, FIFA et l’Etat Malien. « Il sera la fondation du renouveau du football au Mali avec la mise à disposition du centre technique ultra moderne avec un stade de 10 000 places modelables et un hôtel de quatre étoiles sans oublier la création de milliers d’emplois directs et indirects pouvant profiter aux acteurs du football ».

De plus, il a précisé qu’il présente l’autonomisation du football dans plusieurs domaines avec des actions ciblées à savoir, la construction d’un siège pour toutes les ligues régionales dont les travaux de trois sont en voie d’achèvement ; la construction d’un centre technique moderne avec en son sein, une académie de football pour jeunes filles et pour jeunes garçons, la construction de trois (3) terrains de football dont un en synthétique, un en gazon naturel et un en terre battue ; la construction d’un hôtel de Quatre (4) étoiles dans l’enceinte du Centre Technique et le projet de construction d’un stade de 10 000 places modelables.

Axe 3 : Renforcement des capacités des acteurs du Football

Soucieux qu’investir dans l’humain, reste le meilleur placement capitalistique, il a souligné que cet axe doit être au début et à la fin de ce deuxième mandat en axant les formations sur tous les acteurs en collaboration avec la Confédération Africaine de Football (CAF) et la Fédération Internationale de Football Association (FIFA). Ainsi, il a fait savoir que les actions à mener seront entre autres de former et recycler les administrateurs de football au niveau régional  et national, former et recycler les entraineurs de toutes les catégories à tous les échelons ; former et recycler les agents de santé au niveau  régional et national ; former et recycler les arbitres au niveau régional et national ; faire du lobbying pour certains experts métiers du football dans les instances internationales et de faire participer ces experts métiers aux compétitions des instances internationales.

Axe 4 : Réorganisation des compétitions nationales

Concernant cet axe, il a annoncé la mise en compétition d’une Coupe du Président de la Fémafoot tous les deux ans à l’intention des équipes féminines et masculines.

Redynamiser les compétitions scolaires et universitaires. « Cette coupe sera dotée d’une prime de 10.000.000 CFA pour le vainqueur et 5.000.000 CFA pour le finaliste. Pour le football féminin, une prime de 5.000.000 CFA pour le vainqueur et 2.000.000 CFA pour le finaliste », a-t-il dit. « Des actions fortes doivent être menées pour cette réorganisation des compétitions à savoir : Rendre opérationnel la Ligue Nationale du Football Professionnelle au cours de la saison 2024-2025, instaurer un championnat national au niveau des petites catégories (Minime, Cadet, Junior) en garçons et en filles », a-t-il dit

Axe 5 : Revalorisation de l’Appui aux structures déconcentrées

Sur cet axe, le directeur de campagne a reconnu qu’aujourd’hui la gestion d’une structure de football demande des apports financiers colossaux que ça soit au niveau local, régional et national. « Pour le développement à la base, les retombées des participations des équipes nationales doivent être reparties au niveau des structures déconcentrées. Il sera une bouffée d’oxygène pour les démembrements de la FEMAFOOT à savoir les clubs, les districts, les ligues. Pour cela, des actions fortes doivent être menées à savoir : augmenter les primes pour récompenser les trois premiers du championnat de Ligue 1 à savoir : 30.000.000 CFA pour le champion ; 15.000.000 CFA pour le 2ème ; 10.000.000 CFA pour le 3ème », a-t-il évoqué.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite