MME DOLO MAH TRAORE, SECRETAIRE GENERALE DU COMITE SYNDICAL DES REVENDEURS DU PMU-MALI: « Désormais, nous exigions la mise en œuvre intégrale et immédiate de l’accord que nous avons signé avec les responsables du Pmu-Mali »

199

Le Comité syndical des revendeurs du Pari mutuel urbain (Pmu-Mali) a organisé le mardi 8 février dernier, dans la grande salle du Pmu-Mali, une assemblée générale d’information pour éclairer les revendeurs sur les raisons du retard de la mise en œuvre de l’accord signé entre le Syndicat et les responsables du Pmu-Mali. Au cours de cette assemblée, la secrétaire générale du comité syndical a exigé la mise en œuvre intégrale et immédiate dudit l’accord.  

Cette assemblée générale d’information était dirigée par Mme Dolo Mah Traoré, secrétaire générale du Comité syndical des revendeurs du Pmu-Mali, accompagnée par Makan Bréhima Diallo, représentant du secrétaire général du Synabef (Syndicat national des banques, assurance, établissements financiers et commerce du Mali), ainsi que de plusieurs responsables régionaux du Comité syndical des revendeurs du Pmu-Mali.

L’ordre du jour de cette assemblée générale d’information du Comité syndical des revendeurs du Pmu-Mali était : l’augmentation de salaire des revendeurs à 10% ; le renouvellement du contrat des revendeurs et le treizième mois des revendeurs qui est versé en retard depuis quelques années.

Selon la secrétaire générale du Comité syndical des revendeurs du Pmu-Mali, après la grève du Syndicat national des banques, assurance, établissements financiers et commerce du Mali (Synabef), ils ont eu un accord avec les responsables du Pmu-Mali qui se sont engagés à satisfaire leur doléance. Cependant, depuis la signature de l’accord, rien n’a bougé. « Après la signature de l’accord pour l’augmentation de nos salaires à hauteur de 10%, les responsables du Pmu-Mali nous ont notifié que, dès le lendemain, ils vont partir voir le ministre de l’Économie et des Finances afin qu’il puisse signer l’arrêté. Depuis ce jour, jusqu’à nos jours, rien n’a bougé et aucun revendeur du Pmu-Mali n’a senti cette augmentation de salaire. Il y a quelques semaines, nous avons décidé d’écrire une lettre à la Direction et immédiatement le nouveau directeur nous a appelés pour un échange. Au cours de cet échange, le directeur général du Pmu-Mali nous a dit que ce n’est pas lui seul qui prend la décision par rapport à l’application de l’accord, qu’il faut également l’avis de la Direction générale des impôts et de celle des domaines. Ensuite, il nous a promis qu’il va tout faire pour accélérer l’application de l’accord signé entre la Direction du Pmu-Mali et les revendeurs. Après une longue réflexion, nous exigions la mise en œuvre intégrale et immédiate de l’accord que nous avons signé avec les responsables du Pmu-Mali », a-t-elle précisé.

Concernant le renouvellement du contrat des revendeurs, elle a indiqué qu’après la signature de l’accord, les responsables du Pmu-Mali se sont également engagés à faire la relecture du contrat de travail des revendeurs, mais jusqu’à présent rien n’a été fait. « Le contrat que les revendeurs ont signé en 2017, tout le monde est unanime là-dessus que ce n’est pas un bon contrat. Les responsables du Pmu-Mali de l’époque nous avaient menacé de signer ce contrat ou ils allaient nous limoger. Après la signature, nous avons vu que ce contrat n’arrange pas les revendeurs parce qu’à travers ce contrat les revendeurs étaient handicapés par le payement des impôts. Cependant, après une longue négociation, le nouveau directeur a décidé d’arrêter l’imputation des impôts sur les salaires des revendeurs. Un geste que nous saluons beaucoup », a-t-elle laissé entendre.

Elle a conclu ses propos en disant que cela fait des années que les revendeurs reçoivent en retard leur salaire du treizième mois, une chose qui ne les arrange pas au regard des efforts qu’ils fournissent pour le Pmu-Mali. 

Mahamadou TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite