Les révélations du ministre de l’Energie et de l’eau SUR LES MALVERSATIONS à EDM-SA : « A EDM-SA, il y a du vol organisé de carburant en plus des malversations au niveau des guichets de paiement des factures »

80

La ministre de l’Energie et de l’Eau, Mme Bintou Camara, était l’invitée de la semaine de l’ORTM. Au cours de cette émission, elle a fait des révélations fracassantes sur la société Energie du Mali (EDM-SA) sur le vol des carburants et d’électricité et bien d’autres malversations.

Sur la crise d’électricité, la ministre a révélé que les enquêtes ont montré que l’Energie du Mali est un service caractérisé par le vol de carburant, des malversations, la mauvaise gestion. « Comme beaucoup de Maliens, le problème d’électricité m’intrigue. Pour ces problèmes, je m’excuse auprès des populations pour les désagréments des coupures intempestives d’EDM-SA qui irritent tout le monde, principalement le président de la Transition, Colonel Assimi Goïta, qui préside lui-même le comité de crise d’EDM-SA. Dans la crise d’électricité, nous essayons d’appliquer la rigueur au sein d’EDM-SA. C’est pourquoi, les actions menées, qui sont en train d’être menées et qui seront menées dans le futur, vont démontrer que l’irritation est réelle. Le problème qui se pose au niveau d’EDM-SA est la mauvaise gestion depuis longtemps. EDM-SA était devenue un instrument politique. Ce qui a fait que sa gestion n’était pas très claire.  Le niveau de dégradation de la fourniture d’EDM-SA en carburants ne date pas d’aujourd’hui. Avec la mauvaise gestion qui couve, cette dégradation s’est empirée. Maintenant, les autorités de la Transition ont décidé de mettre fin à cette dégradation, voire la gestion d’EDM-SA, appliquer la rigueur pour que les Maliens puissent être satisfaits sur le plan électricité produit par EDM-SA.  Le manque de rigueur dans la gestion d’EDM-SA a entraîné des déficits de production d’électricité. Parce que le problème qui se pose, c’est que la quantité de puissance installée n’est pas utilisée.

Si toutes ces puissantes étaient utilisées, il n’y aura pas de délestage. Malheureusement, pour que cette quantité d’électricité soit utilisée, il faut du carburant. EDM-SA dans sa gestion a laissé tomber tout ce qui est hydroélectricité, tout ce qui est solaire pour se mettre dans le thermique. Alors que le thermique utilise beaucoup de carburants, surtout le gasoil, le fuel. Nous avons aussi constaté qu’EDM-SA a délaissé le fuel au profit du gasoil malgré que les deux grandes centrales de Balingué et de Sirakoro doivent fonctionner au fuel. Ce fuel a été délaissé au profit du gasoil. A travers les contrôles, il a été décelé qu’il y avait fraude sur le gasoil contrairement au fuel. Car il y a à boire et à manger dans le gasoil qui est exonéré par les autorités. Les ruptures de carburant sont provoquées par les agents d’EDM-SA. Le système de contrôle et de gestion mis en place sur les fournitures de citernes qui arrivent au niveau d’ED-SA est centralisé au niveau de la Centrale de Balingué. C’est à partir de Balingué qu’il y a une distribution du carburant vers les autres centrales à Bamako et dans les régions. Dans cette distribution de carburant, il a été constaté que des citernes disparaissent dans la nature. Ces manquants ont été constatés et qui sont considérés comme du vol. Sur 4 jours seulement, ce sont 59 citernes qui ont disparu entre Balingué et les différentes centrales de Bamako et des régions. Les carburants détournés sont revendus à certaines stations, des industries de la place, à des particuliers à des prix moins chers. Et les agents d’EDM-SA sont complices du vol de carburant. Cela a pu être détecté. Le problème sera résolu au niveau des carburants. A l’EDM-SA, il y a vol de carburant, vol au niveau de la facturation. Quand un fournisseur livre une citerne de 45 000 litres, il y a un récépissé de réception qui est signée par les agents d’EDM-SA et par le chauffeur de la citerne. Maintenant, au niveau d’EDM-SA, au lieu de faire une seule facture par rapport à ce récépissé de réception, nous avons retrouvé 2 à 3 factures liées à un seul récépissé. Et toutes ces factures sont payées aux fournisseurs. Ce qui constitue un manque à gagner pour EDM-SA. Donc, à EDM-SA, il y a des vols sur les carburants, il y a des vols sur les facturations. Nous avons constaté qu’en deux mois, sur un seul fournisseur, il y a 1 600 000 000 F CFA de facturation supplémentaire. Sur un 2è fournisseur, uniquement sur l’année 2022, nous avons constaté 52 factures supplémentaires pour un montant de 18 milliards F CFA. EDM-SA a 800 fournisseurs à qui EDM-SA doit plus de 600 milliards FCFA. Et les contrôles ne sont pas terminés. Nous n’avons travaillé que pour deux fournisseurs de carburant. Les plus gros des fournisseurs à qui EDM-SA doit sont des fournisseurs de carburants maliens et d’électricité comme Albatros et la compagnie ivoirienne et la Sogem qui fournissent de l’électricité à EDM-SA. Les montants de ces fournisseurs maliens ne correspondent pas à la réalité », a-t-elle largement expliqué.

Sur sa visite inopinée à la Centrale de Balingué, la ministre a indiqué que cette visite était nécessaire parce qu’elle s’est rendue compte qu’un fournisseur avait livré 17 citernes dont les traces n’ont pas été retrouvées sur le document.

« C’est pourquoi, le dimanche 22 octobre 2023, nous nous sommes déplacés à la Centrale de Balingué qui est la centrale centralisatrice de toutes les citernes qui arrivent pour EDM-SA. Sur place à Balingué, il y a une situation rocambolesque. Le chef de la Centrale de Balingué qui enregistrait ces citernes avait du mal à nous donner les documents. Quand nous lui avons demandé d’imprimer des documents, il nous a répondu que son imprimante ne marche pas, son ordinateur ne peut porter une clé USB et il ne peut pas faire de transfert de document sur un autre ordinateur ou sur un compte émail. Donc, nous avons transporté son ordinateur dans nos bureaux au niveau du ministère avec lui-même. Et l’informaticien du département a pu débloquer toutes les informations dont nous avions besoin », a-t-elle affirmé.

Comme mesures pour mettre fin aux malversations à EDM-SA, la ministre Bintou Camara a annoncé les sanctions comme première mesure. « Si quelqu’un faute, il faut une sanction. Et cette sanction sera faite. Comme 2è mesure, il faut identifier tous les coupables. Tous les coupables des malversations à EDM-SA, même à la retraite, seront identifiés, interpellés et sanctionnés. Ils vont répondre de leurs actes devant la justice », a-t-elle précisé.

Sur la bonne marche d’EDM-SA, elle a préconisé la mise en place des contrats de management de livraison du carburant avec les fournisseurs, à commencer par le fuel qui doit être utilisé dans les deux plus grosses centrales que sont Balingué et Sirakoro. Nous allons revenir avec le fuel qu’EDM-SA n’utilisait pas.

« Avec ce contrat de management, EDM-SA saura au temps T la quantité de carburant qui lui a été livrée et enregistrée. C’est ce qui sera payé au fournisseur. A ce niveau, il y aura moins de pertes. Deuxièmement, ce contrat permettra de faire du stockage de carburant. Au niveau des deux grosses centrales, il existe de cuves pour faire des réserves. Ce qui permettra de diminuer les coupures intempestives et la desserte en électricité va s’améliorer », a-t-elle révélé.

Elle a dévoilé qu’en plus du problème de vol de carburant, il y a des problèmes financiers à EDM-SA.

« Si nous voyons les recettes d’EDM-SA par rapport au nombre de ses clients, il y a beaucoup de pertes au niveau de ces recettes. Il faut donc arriver à mobiliser entièrement les recettes d’EDM-SA au niveau de ses agences. Il y a aussi des malversations au niveau des guichets de paiement des factures d-EDM-SA. L’argent des factures payées par les clients d’EDM-SA n’est pas reversé dans la caisse d’EDM-SA. Une partie de l’argent des factures payées n’est pas versée dans la caisse d’EDM-SA. Il y a des pertes constatées au niveau des agences d’EDM-SA. Nous allons trouver des solutions à ces malversations en informatisant les agences et avertir les populations pour que personne n’accepte des bouts de papiers à la place des reçus », a-t-elle préconisé comme mesures.

« Nous allons identifier tous ceux qui ne viennent pas travailler au niveau d’EDM-SA afin de les licencier »

Sur les recettes d’EDM-SA, la ministre a fait savoir qu’elles sont estimées à 20 milliards F CFA. Les fournisseurs de carburants d’EDM-SA sont payés à 18 milliards F CFA. Les salaires à EDM-SA s’élèvent à peu près à 2 milliards F CFA. Ce qui veut dire que les recettes d’EDM-SA ne peuvent pas supporter toutes les autres charges de fonctionnement.

« Quand nous allons améliorer les recettes d’EDM-SA, nous allons diminuer ses charges de fonctionnement, surtout au niveau du personnel. Car EDM-SA a comme personnel 2 500  agents et 500 stagiaires. EDM-SA disposait aussi de beaucoup de bénévoles qui avaient bénéficié des revenus occultes au détriment de la société. Nous allons identifier tous ceux qui ne viennent pas travailler au niveau d’EDM-SA afin de les licencier. Nous avons réaménagé l’organigramme d’EDM-SA en supprimant le poste de Directeur général adjoint. Des pôles ont été créés dont un pôle technique, un pôle financier et comptable et un pôle support qui va s’occuper du paiement des ressources humaines », a-t-elle soutenu.           Siaka DOUMBIA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite