Le Royaume du Maroc sur le cap de l’émerg ence: Roi Mohammed VI, le Bâtisseur !

8

Sous la conduite éclairée du Roi Mohammed VI, le Royaume du Maroc a carrément changé de visage en termes de développement sur tous les plans. De nombreux grands projets sont terminés et n’attendent seulement que leur inauguration. D’autres grands projets sont très avancés aujourd’hui comme la Tour Mohammed VI. C’est dire que le Maroc est sur la voie de l’émergence. Du coup, il est devenu une plaque tournante en Afrique. Raison pour laquelle, le Roi Mohammed VI est cité comme un bon exemple. Aujourd’hui, les Provinces du Sud du Maroc ont connu de développement incroyable. 

ous la direction éclairée du Roi Mohammed VI, le Royaume du Maroc a résolument mis le cap sur son émergence. Ces vingt dernières années, sous l’impulsion de Sa Majesté, il a réalisé des bonds qualitatifs qui font de lui une plaque tournante en Afrique. Les touristes affluent de toutes parts.

La stabilité, la sécurité sont les socles sur lesquels reposent en grande partie la prospérité marocaine et qui suscitent l’intérêt des investisseurs pour ce pays, véritable trait d’union entre l’Afrique au sud du Sahara et l’Europe, d’une part, l’Afrique et le continent américain d’autre part. Il dispose de plateformes aéroportuaires conformes à sa marche vers le progrès.

Les capitaines de l’industrie automobile, eux, n’ont pas hésité une seconde à jeter leur dévolu sur ce pays. Ainsi, après les usines Renault à Tanger et PSA à Kénitra, le Maroc s’apprête à accueillir le constructeur chinois BYD, des opportunités d’affaires, de transfert de technologies et surtout de création d’emplois.

Présentement, le Royaume dispose de près de 1800 km d’autoroutes opérationnelles, ce qui le classe en deuxième position sur le continent, derrière l’Afrique du Sud. Feu le président Amadou Toumani Touré, qui soutenait que la route précède le développement, ne croyait pas si bien dire. Il faut avoir vu le Maroc aujourd’hui pour lui donner mille fois raison. Qui plus est, ce pays sera très bientôt le premier et seul du continent à disposer du Train à Grande Vitesse (TGV).

Le Port marocain sur la rive sud du détroit de Gibraltar, à 13 km des côtes espagnoles, qui fête ses 11 ans, vaut également au Royaume d’être classé au 16è rang mondial pour le transport maritime par les Nations Unies.

Le Royaume est un leader en Afrique en matière d’énergies renouvelables. En effet, il a lancé de grands projets, dont la station Noor, à Ouarzazate, faisant de l’utilisation des énergies renouvelables une réalité tangible.

Aujourd’hui, le Royaume peut se vanter de six grands projets qui sont totalement terminés. Il s’agit du CHU de Tanger (771 lits, 23 salles opératoires, un laboratoire de biologie et un service de médecine nucléaire) pour un coût de 2,33 milliards de dirhams ; du Grand Théâtre de Rabat avec un théâtre de 1800 places, un amphithéâtre extérieur d’une capacité de 7000 places, un auditorium (1900 sièges), et toutes les dépendances requises, le tout sur une superficie construite de 25 500 m2 ; du Grand théâtre de Casablanca dont le bâtiment abrite une salle de spectacle de 1800 places, un théâtre de 600 places, une salle de musique pour 300 personnes, de petites salles de répétition, quatre salles de réunion, des loges, des espaces techniques et des commerces ; du Parc zoologique Aïn Sebaa ; du Palais des arts et de la culture de Tanger ; et de la nouvelle Gare routière de Rabat.

Sous la direction éclairée du Roi Mohammed VI, le Maroc a lancé de nombreux chantiers et grands projets, prévus pour l’année 2022, marquant un futur meilleur. Parmi ces grands projets figurent la production du gaz naturel dans la région d’El Gharb, le lancement du chantier de l’industrie militaire, ainsi que la production des vaccins anti-corona et autres vaccins, en plus de l’autoroute Agadir -Dakhla et le reliage de Marrakech et d’Agadir via les voies ferroviaires.

A l’occasion du 47è anniversaire de la glorieuse Marche Verte, célébrée le dimanche 6 novembre 2022, le Roi Mohammed VI a adressé un discours à son peuple fidèle. Une belle occasion pour le Souverain de rendre hommage à la mémoire immaculée de l’artisan de la Marche Verte, feu Sa Majesté le Roi Hassan II ainsi qu’aux valeureux martyrs de la Patrie. Il a ensuite évoqué plusieurs sujets d’actualités notamment le dossier Sahara, le projet Gazoduc Nigeria-Maroc, qui représente plus qu’un projet bilatéral entre deux pays frères.

« Notre souhait est qu’il soit plus largement un projet stratégique profitable à l’ensemble de la région de l’Afrique de l’ouest, dont la population dépasse 440 millions d’habitants. En effet, outre le Maroc et la Mauritanie, ce Gazoduc offre aux quinze pays de la CEDEAO, des opportunités et des garanties en matière de sécurité énergétique et de développement socio-économique et industriel.

Destiné aux générations présentes et futures, le projet œuvre en faveur de la paix, de l’intégration économique du continent africain et de son développement commun.

Eu égard à la dimension continentale du Gazoduc Nigéria-Maroc, nous y voyons aussi un projet structurant promettant d’arrimer l’Afrique et l’Europe.

Nous nous félicitons ainsi de l’appui des institutions financières régionales et internationales qui ont exprimé le souhait d’apporter leur concours effectif à sa mise en œuvre. A ce propos, nous tenons à affirmer le souci du Maroc d’agir toujours, de concert avec nos frères du Nigéria et l’ensemble des partenaires, en toute transparence et responsabilité, pour que ce projet soit concrétisé dans les meilleurs délais. Par ailleurs, nous affirmons de nouveau notre réceptivité à toute forme de partenariat fructueux visant à mener à bien ce projet africain d’envergure. » Parole du Roi Mohammed VI.

S’agissant du Sahara marocain, le Roi Mohammed VI a fait le point sur le Programme de développement des Provinces du Sud. « Notre approche pour défendre la Marocanité du Sahara procède d’une vision intégrée qui joint, à l’action politique et diplomatique, la promotion du développement socio-économique et humain de la région. C’est précisément dans cette optique que s’inscrit le Programme de développement des Provinces du Sud dont nous avons présidé la signature, à Laâyoune, en novembre 2015 et à Dakhla, en février 2016. Doté d’une enveloppe budgétaire de plus de 77 milliards de dirhams, ce programme de développement intégré est conçu pour initier une véritable dynamique économique et sociale dans la région. Sa vocation est de stimuler, dans ces territoires, la création d’emplois, d’y assurer un climat propice à l’investissement, de les pourvoir des infrastructures et des équipements qui leur sont nécessaires.

Ce projet ambitieux répond exactement aux préoccupations et aux attentes de la population des Provinces du sud. La responsabilité de superviser la réalisation des projets qui le composent incombe aux autorités locales et aux conseils élus.

Aujourd’hui, plus de sept ans environ après le lancement de ce programme, et avec un taux d’engagement proche de 80% de l’enveloppe budgétaire allouée, Nous nous réjouissons des résultats positifs atteints. De fait, la voie express Tiznit-Dakhla est d’ores et déjà en phase d’achèvement. La connexion de la région au réseau électrique national est bel et bien assurée et ses réseaux de communication ont également bénéficié d’un plan de renforcement et d’extension. Par ailleurs, le projet de stations d’énergie solaire et éolienne prévu au programme a été mené à son terme. En outre, les études et les formalités administratives afférant au grand port Dakhla Atlantique ayant été finalisées, les travaux de construction démarreront prochainement.

S’agissant du volet économique, réputé être le principal catalyseur du développement, un ensemble de projets ont été menés à bien dans le cadre de la filière de mise en valeur et de transformation des produits halieutiques. Ainsi des milliers d’emplois ont-ils pu être créés et proposés aux habitants de la région.

Dans le domaine agricole, plus de six mille hectares aménagés à Dakhla et à Boujdour ont été mis à la disposition de jeunes agriculteurs de la région.

De surcroît, la plupart des projets prévus dans les filières du phosphate, de l’eau et de l’assainissement affichent des taux de réalisation avancés.

En matière sociale et culturelle, plusieurs acquis ont été enregistrés dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la formation. Dans le même esprit, les initiatives d’auto-emploi et la promotion de la langue et de la culture hassanies, inscrites au cœur de l’identité nationale unifiée, ont été soutenues », a souligné le Souverain. Avant de conclure : « En corrélation avec ce contexte de responsabilité nationale, nous exhortons le secteur privé à maintenir l’engagement qu’il a pris à rehausser le niveau de l’investissement productif dans ces provinces et à mettre plus particulièrement l’accent sur les projets à vocation sociale. Par ailleurs, nous appelons à ce que la dynamique de développement dans nos Provinces du Sud explore de nouvelles possibilités et de nouveaux horizons, notamment dans les secteurs porteurs de l’économie bleue et des énergies renouvelables. »

Avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), le Maroc, sous la direction éclairée du Roi, a jeté les bases d’une coopération gagnant-gagnant. Chaque année, le Maroc s’affirme comme un temple du savoir qui voit des milliers d’étudiants en Afrique au sud du Sahara s’inscrire dans ses universités.

                                         El Hadj A.B. HAIDARA, envoyé spécial au Maroc

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite