BONNE ORGANISATION DU HADJ : La Fédération des associations islamiques du Burkina Faso à l’école de la Maison du Hadj

20

La Fédération des associations islamiques du Burkina Faso (qui s’occupe de l’organisation du Hadj au Burkina Faso) a été impressionnée par la bonne organisation du Hadj 2023 par la Maison du Hadj à La Mecque. C’est ainsi qu’une mission de cette Fédération était à Bamako pour s’enquérir et s’inspirer de l’expérience de la Maison du Hadj dans l’organisation du pèlerinage sur les lieux saints de l’islam. Conduite par El hadj Oumarou Zoungrana, la délégation burkinabé a été reçue en audience le mardi 29 août 2023 par le ministre des Affaires religieuses, du Culte et des Coutumes, Dr. Mahamadou Koné.

n introduisant la délégation burkinabé de cinq membres chez le ministre, le directeur général de la Maison du Hadj, Dr. Abdoul Fatah Cissé, a informé le ministre Koné de l’objet de la visite de la délégation burkinabé au Mali.

« La Fédération des associations islamiques du Burkina Faso nous a sollicité pour venir voir comment se passe l’organisation du Hadj par la Maison du Hadj. Depuis leur arrivée, nous avons échangé sur beaucoup d’aspect de l’organisation du Hadj. C’est lieu de remercier le ministre des Affaires religieuses, du Culte et des Coutumes, Dr. Mahamadou Koné et son cabinet. Parce que tout ce que la Maison du Hadj a eu à réussir, c’est grâce au soutien et à l’accompagnement du ministre. Nos hôtes ont été impressionnés avec la qualité de la documentation dont la Maison du Hadj dispose. La Fédération des associations islamiques du Burkina Faso a aussi des expériences en matière de répartition des quotas de pèlerins. A travers nos échanges, nous avons compris que la Fédération des associations islamiques du Burkina Faso est en avance dans la sous-région dans la répartition des quotas de pèlerins. A travers nos échanges, les Burkinabés peuvent tirer des leçons en matière de réglementation, de gestion de la Maison du Hadj. Au Hadj 2023, le Mali était l’un des rares pays à ne pas avoir de difficultés à La Mecque. Les Burkinabés l’ont constaté sur place sur les lieux saints de l’islam », a dit Abdoul Fatah Cissé.

« A la Maison du Hadj, nous avons eu beaucoup d’échanges sur l’organisation du Hadj au niveau du Mali. Nous avons eu beaucoup de nouveautés sur l’organisation du Hadj que nous n’avons pas au Burkina Faso »

Au nom de sa délégation, El hadj Oumarou Zoungrana, président de la Fédération des associations islamiques du Burkina Faso, a remercié le ministre Mahamadou Koné pour leur avoir accordé l’audience. Il a fait des bénédictions pour que la paix revienne au Mali, au Burkina Faso et dans la sous-région. Il a indiqué que le Mali et le Burkina Faso sont deux pays frères qui pourront se sortir de l’insécurité. Il a informé le ministre que sa délégation est au Mali pour s’inspirer de l’expérience de la Maison du Hadj dans l’organisation du pèlerinage. « Nous sommes venus pour échanger, travailler avec la Maison du Hadj avec à sa tête Dr. Abdoul Fatah Cissé qui nous a bien accueilli depuis notre arrivée au Mali. A la Maison du Hadj, nous avons eu beaucoup d’échanges sur l’organisation du Hadj au niveau du Mali. Nous avons eu beaucoup de nouveautés sur l’organisation du Hadj que nous n’avons pas au Burkina Faso. Cette année, à La Mecque, il y a beaucoup de problèmes au niveau de Minna. Mais grâce au Bon Dieu, le Mali s’en est bien sorti. Et cela, grâce au ministre Mahamadou Koné. C’est pour dire que si la tête est bonne, ceux qui suivent peuvent être meilleurs. Les problèmes rencontrés à Minna par les pèlerins est très triste. Grâce à Dieu, les pèlerins maliens n’ont pas eu ces problèmes. Car la Maison du Hadj a su prévenir ces difficultés contrairement aux autres pays dont les personnes âgées ont souffert à cause du manque de nourriture, de logements. Des gens ont même dormi sous des ponts. Ce fut pénible. Nous avons constaté que le Mali avait bien organisé son Hadj grâce aux responsables du département dont le ministre et son cabinet et la Maison du Hadj. Nous avons mutuellement appris les uns des autres. Chaque partie a copié chez l’autre. Nous avons copié chez les Maliens. Les Maliens ont copié chez nous aussi. L’organisation du Hadj doit être correcte. Car le pèlerin ne sait pas il s’organise. Les organisateurs du hadj sont responsables de tous les désagréments à la Mecque. Si le Hadj se passe bien, Dieu merci. Nous avons beaucoup appris chez les Maliens », a-t-il déclaré.

« La réussite de l’organisation du Hadj par la Maison du Hadj est due au fait que nous sommes une seule équipe, une équipe solidaire qui travaille d’abord par la conscience religieuse avant la conscience étatique »

Tout en souhaitant la bienvenue, le ministre Mamadou Koné a remercié les Burkinabés « qui sont les frères des Maliens » pour avoir crû au Mali, au département à travers la Maison du Hadj. « La réussite de l’organisation du Hadj par la Maison du Hadj est due au fait que nous sommes une seule équipe, une équipe solidaire qui travaille d’abord par la conscience religieuse avant la conscience étatique. Quand le travail se fait avec la conscience religieuse, le travail de l’Etat se fait correctement. Mais quand le travail se fait seulement avec la conscience de l’Etat sans la conscience religieuse, tout se perd. Juste pour dire que nous sommes spirituellement unis pour travailler dans l’honnêteté et l’efficacité dans un Etat démocratique qu’est le Mali et le Burkina Faso », a souligné.

Il a exprimé sa joie par rapport à la visite d’expérience de la délégation burkinabé. « La Fédération des associations islamiques du Burkina Faso organise bien le Hadj. Mais la visite au Mali veut dire qu’elle veut mieux l’organiser. Maliens et Burkinabé s’échangent des expériences dans l’organisation du Hadj. Car personne seule n’est le détenteur du savoir. Je remercie la délégation par rapport à cette confiance placée à Dr. Abdoul Fatah Cissé et à ma modeste personne. Vous aurez tout ce que le Mali a comme expérience dans l’organisation du Hadj. Et le Mali apprendra du Burkina Faso. C’est avec cette complémentarité que les deux parties atteindront les objectifs fixés. Car, nous nous investissons dans ce travail pour la satisfaction de nos populations et nos pays et pour le bien-être de nos religieux pour le pèlerinage à La Mecque. Quand on travaille avec la conscience, Dieu donne le bonheur. Nous implorons Dieu pour que les pèlerinages se passent bien pour nos pèlerins », a dit le ministre.

Il a remercié le directeur de la Maison du Hadj qui a sa confiance. « Le directeur de la Maison du Hadj est musulman, il est pieux, intègre et travaille avec sa conscience et sa religiosité. Quand on est loyal avec moi, je suis content mais quand on est loyal avec Dieu, je suis joyeux. Chacun de nous sera interrogé seul dans sa tombe. Donc, travaillons honnêtement, travaillons pour Dieu », a-t-il dit.                         Siaka Doumbia

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite