S. E. HASSAN NACIRI AMBASSADEUR DU MAROC AU MALI LORS DE LA CéLéBRATION du 46e ANNIVERSAIRE DE LA MARCHE VERTE : « Cette Marche pacifique n’a pas permis seulement de récupérer les territoires du Sud, elle a donné naissance à un Maroc nouveau »

45

6 novembre 1975-6 novembre 2021 ! Cela fait exactement 46 ans jour pour jour que 350 000 Marocains, à l’appel du Roi Hassan II, munis des drapeaux rouges étoilés du Royaume du  Maroc, des exemplaires du Saint Coran en main, marchèrent pacifiquement vers les territoires de la zone sud pour libérer cette localité (actuel Sahara occidental).

‘anniversaire de cette marche pacifique, point de départ du « Maroc nouveau de refondation d’un Etat indépendant et de démocratisation continue » a été célébré le samedi 6 novembre dernier dans l’enceinte de l’ambassade du Royaume du Maroc au Mali. Ils ont massivement fait le déplacement pour cette cérémonie commémorative de la Marche Verte. Ils, ce sont naturellement le personnel de la représentation  diplomatique du Maroc  au Mali avec en tête l’ambassadeur Hassan Naciri, les chefs d’entreprises marocaines au Mali, des membres de la communauté marocaine résidant dans notre pays. S’y ajoutent des anciens étudiants du Mali au Maroc, des responsables de l’Association d’amitié Mali-Maroc et du Conseil de la Tijaniya.

Pour cette fête, l’ambassade du Royaume chérifien a mis les petits plats dans les grands en rendant un hommage mérité aux acteurs et initiateurs de cette marche. Ainsi, l’enceinte de la représentation diplomatique était ornée non seulement de portraits géants des marcheurs munis de leurs drapeaux, mais aussi de nombreux souverains marocains, le tout couronné par les photos de l’actuel Roi du Maroc, Mohammed VI, et du président de la Transition du Mali, Assimi Goïta.

Après l’exécution des hymnes nationaux du Maroc et du Mali par la chorale de la Cathédrale, donnant lieu au point de départ des festivités, le diplomate marocain Hassan Naciri a rappelé que cette commémoration intervient quelques jours seulement avant la fête d’indépendance du Royaume, ce qui est, selon lui, un fait du bon Dieu.

« Le bon Dieu a voulu que ces célébrations interviennent au mois de novembre. La symbolique est pratiquement la même. Si la fête de l’indépendance renvoie au recouvrement de notre souveraineté nationale, la fête de la Marche Verte, quant à elle, consacre le parachèvement de notre intégrité territoriale suite à un long processus qui a commencé en 1956 », a fait remarquer S. E. Hassan Naciri. Il a tenu surtout à expliquer à l’assistance les éléments essentiels de la Marche Verte qui a vu 350 000 Marocains et Marocaines se diriger en 1975 vers le Sahara marocain au sud du Royaume.

Une main tendue

 « Cette marche pacifique n’a pas permis seulement de récupérer les territoires du Sud, elle a donné naissance à un Maroc nouveau de refondation d’un Etat indépendant et de démocratisation continue. Elle a permis d’installer un nouveau processus de reconstruction d’une cohésion nationale et d’une intelligence collective. Aujourd’hui, c’est un événement qui nous aide non seulement dans notre politique intérieure, mais également dans la coopération avec nos voisin« , a souligné S. E. Hassan Naciri. Ce n’est pas tout. Pour lui, cette marche est aussi une main tendue à leur voisin, à toutes les puissances éprises de paix dans le monde et au-delà de leur voisinage.

« Parce que l’exemple de la Marche, c’est la traduction et l’illustration de notre culture de paix et de bon voisinage. C’est pourquoi nous célébrons cet événement grandiose pour rendre hommage à celui qui l’a initié, réfléchi, à savoir feu Sa Majesté le Roi Hassan II. C’est aussi l’occasion de rendre hommage au père de la Nation, feu Sa Majesté le Roi Mohammed V et aussi de renouveler notre engagement à Sa Majesté le Roi Mohammed VI », a poursuivi l’ambassadeur du Royaume chérifien tout en remerciant  ceux qui ont fait le déplacement pour donner un éclat particulier à cette fête.

Cette commémoration fut empreinte de nombreux témoignages de la communauté marocaine, mais aussi des étudiants maliens qui étaient  à l’époque au Maroc.

Zakaria Maïga, vice-président du Haut conseil de la Kadria Boutchiatchia du Maroc au Mali : « La Marche Verte m’a trouvé au Maroc à l’époque… « 

« La Marche Verte m’a trouvé au Maroc à l’époque, j’étais étudiant au Maroc, c’était un événement exceptionnel car le Maroc a montré que les armes ne résolvent pas tous les problèmes, mais la paix et l’amour et surtout la foi en Dieu. Ce jour-là, tout le Maroc était mobilisé, hommes, femmes, jeunes. On a vu un peuple uni derrière son Roi, c’est vraiment un exemple ».

Thierno Hady Oumar Thiam,  président du Conseil fédéral

national des adeptes de la Tidianya du Mali : « Le Mali peut tirer beaucoup d’enseignements de cette March »

« En 1975, j’étais enseignant. C’est à travers les médias que nous avons pris connaissance de cette marche pacifique. Pour moi, vu l’amitié entre nos deux pays, le Mali peut tirer beaucoup d’enseignements de cette marche pour que notre pays soit pacifié. Ce n’est pas avec la guerre que l’on peut régler tous les problèmes. C’est ce que le Roi Hassan II a compris, à savoir gagner une bataille sans faire la guerre et nous pouvons aussi à notre niveau réfléchir à ce scenario par rapport à la crise que nous traversons ».

                                                           El Hadj A.B. HAIDARA ET K. THERA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite