LE DIRECTEUR GéNéRAL DE L’ANPE, IBRAHIM AG NOCK : »De 2016 à 2021, 18 297 emplois salariés sont réalisés, 15 085 emplois sont créés par les PME/PMI et TPE appuyées par l’ANPE »

26

Sous l’autorité et la responsabilité du ministère de l’Entreprenariat national, de l’Emploi et de la Formation professionnelle les services rattachés, les projets et programmes agissent en fonction des missions qui leur sont dévolues par la haute hiérarchie. C’est pourquoi dès la prise de fonction, le ministre Bakary Doumbia a instruit à ses services la réduction du chômage et de la précarité dans le domaine de l’entreprenariat et de la formation professionnelle. Aussi le contrat de performance institué permet une évaluation directe de chacune des structures de même que les premiers responsables. Les nouvelles orientations données par le ministre dans le secteur de l’entreprenariat, de l’emploi et de la formation professionnelle ont permis d’aboutir à des résultats tangibles au niveau de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), premier service d’emploi public au Mali. Dans l’interview ci-dessous, le directeur général de l’ANPE, Ibrahim Ag Nock, nous éclaire sur les résultats encourageants obtenus par la direction générale de l’Agence sur les groupes cibles malgré le contexte de crise sanitaire et sécuritaire.

ujourd’hui-Mali : Quelle est la place de l’ANPE dans la politique de résorption du chômage au Mali ?

Ibrahim Ag Nock : Avant de répondre à vos questions permettez-moi de souhaiter à l’ensemble de la presse mes vœux les meilleurs pour l’année 2022, une année au cours de laquelle le partenariat avec la presse sera renforcé dans l’intérêt exclusif de nos groupes cibles afin de partager les résultats de nos réalisations en toute transparence. L’ANPE, à travers la mission qui lui est confiée par les plus hautes autorités à savoir : contribuer à la mise en œuvre de la Politique nationale de l’emploi, intervient essentiellement dans la résorption du chômage à travers :

1. L’Intermédiation : Son objet est de favoriser le rapprochement de l’offre et de la demande d’emploi par la mise en place d’un mécanisme adéquat d’accompagnement, d’orientation, et de conseil des demandeurs d’emploi et des entreprises.

Son domaine couvre également toutes les actions visant à renforcer l’employabilité des demandeurs d’emploi ainsi que la prospection auprès des entreprises pour recueillir leurs besoins en personnel et en formation.

2. La Promotion de l’auto-emploi : La promotion de l’auto-emploi s’inscrit dans le cadre du renforcement du tissu socio-économique. Elle consiste à encourager le financement des initiatives individuelles et collectives de création de PME/PMI, des TPE, des AGR et à valoriser leurs capacités.

L’auto-emploi est donc une solution alternative crédible à la réduction du chômage et du sous-emploi. Aussi, des actions de promotion d’auto-emploi sont mises en œuvre à travers le dispositif de financement direct ou indirect.

3. Le Perfectionnement et Reconversion : Le Centre de perfectionnement reconversion (CPR) et l’Atelier école de Kayes (AEK) sont des dispositifs dédiés à la consolidation des emplois par des activités de perfectionnement et de reconversion. Cette consolidation porte sur les formations continues, diplômantes, qualifiantes et sur l’apprentissage.

Comment se porte l’ANPE aujourd’hui ? 

A l’instar des autres années, les orientations du conseil d’administration ont permis à la direction générale de l’ANPE, à partir d’un Plan de travail annuel 2021, de planifier, de programmer et d’exécuter les activités. « Malgré le contexte de crise sécuritaire et sanitaire, sur les 103 activités programmées, 83 ont été exécutées, soit un taux de réalisation de 81 % ». Ainsi, 5188 emplois ont été générés (2996 en auto emploi et 2192 en placement).

Depuis six (6) que vous êtes à la tête de l’ANPE, quelles sont les réalisations majeures ?

En terme d’atteinte d’indicateurs : au total 33 382 emplois créés dont 18 297 placements effectués et 15 085 emplois générés par les TPE / PME/PMI.

Les réalisations majeures des dernières années sont les suivantes :

– Atteinte des indicateurs des contrats annuels de performance

– Amélioration des conditions générales de travail ;

– Amélioration des outils de gestion du personnel à travers l’adoption du plan de carrière et du Code d’éthique et de déontologie ;

– Relecture de l’Accord d’établissement de l’ANPE ;

– Amélioration de la redevabilité à travers la tenue régulière de points de presses semestriels sur le niveau de réalisation du Plan de travail annuel (PTA) ;

– Adoption d’un Plan stratégique de développement (PSD) 2021-2025 qui succède au premier PSD exécuté en 2 phases : 2012-2016 et 2016-2020 ;

– L’ANPE préside l’Association africaine des services d’emploi publics (AASEP). Elle est membre de l’Association mondiale des services d’emploi publics (AMSEP) et du « Réseau de coopération entre structures d’emploi des pays du Sud ».

Quelles sont, selon vous, les réalisations qui ont impacté la vie des populations bénéficiaires ?

Tableau : Quelques statistiques des réalisations qui ont impacté la vie des populations

A la lecture de ce tableau, de 2016 à 2021, on constate que 18 297 emplois salariés sont réalisés, 15 085 emplois sont créés par les PME/PMI et TPE (Très petite entreprise) qui sont appuyées par l’ANPE.

Par ailleurs, des réalisations comme les projets intégrateurs, l’opération mise à disposition des outils de production à travers la remise de kits auto-emploi ou entreprenariat ont impacté la vie des populations bénéficiaires en termes de vulgarisation du modèle et de créations d’emplois.

Quels sont les projets phares que vous n’avez pas pu réaliser ?

Au cours des dernières années, l’ANPE n’a pas pu réaliser, entre autres, les projets phares suivants :

– Le boulevard Africain de l’intermédiation ;

– Le Centre africain d’aptitude et de formation des conseillers emploi ;

– Le Projet d’appui aux personnes en situation de handicap, dénommé : Handicap Emploi

– La mobilisation du financement additionnel du PSD 2021-2025 ;

– Le projet d’appui à la consolidation de la paix dans les régions du Nord soumis à la Primature et à l’Union Européenne (Fonds fiduciaires) ;

– Le projet Emploi-solidarité, filet social, soumis à la Primature ;

– Le projet d’appui aux AGR des artisans de la Commune V du district de Bamako soumis à la BID.

Impact crise sanitaire et sécuritaire ?

– Diminution du nombre de demandes et d’offres d’emplois enregistrées au niveau des bureaux de placement public (directions régionales) ;

– Suspension des formations qualifiantes et diplômantes ;

– Fermeture d’entreprise ou la mise en chômage technique des employés pouvant entrainer une faible mobilisation des ressources de l’ANPE (taxe sur la main-d’œuvre) ;

– Délocalisation des directions régionales de Kidal à Gao et de Taoudéni à Tombouctou ;

–      Inaccessibilité de certaines localités pour mener des activités

Attentes auprès des autorités pour que l’ANPE accomplisse ses missions ?

– Augmentation des ressources financières de l’ANPE (rehausser le taux de la principale source de financement de l’ANPE à savoir la Taxe de la main d’œuvre de 0,93 % à 1,25 %) ;

– Amélioration de la gouvernance du marché du travail.

– Mobilisation du financement du projet filet social « Emploi-solidarité »,

– La mobilisation du financement additionnel du PSD 2021-2025, 2e Génération, avec l’accord du ministère de l’Economie et des Finances.

                                                Propos recueillis par El hadj A. B. HAIDARA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite