LE DIRECTEUR GENERAL DE LA MAISON DU HADJ, DR. ABDOUL FATAH CISSE : « Tous les signes positifs sont là pour nous conforter dans l’idée que le Hadj 2020 aura bel et bien lieu »

49

L’espoir que distille Dr. Abdoul Fatah Cissé dans le cœur des candidats maliens au pèlerinage 2020 est nourri d’actes posés et de propos tenus par les plus hautes autorités saoudiennes en charge du Hadj aux lieux saints de l’islam avec lesquelles le directeur général affirme être en contact direct et permanent, notamment Dr. Abdoul Fatah Mushat, ministre saoudien de l’Umra et du Hadj.

Depuis la survenue de la pandémie du coronavirus, appelée Covid-19, les autorités d’Arabie Saoudite ont pris des mesures drastiques visant à endiguer, à limiter et à prévenir cette terrible maladie qui touche la quasi-totalité des pays du monde, confie Dr. Abdoul Fatah Cissé.

Il y a trois semaines, révèle-t-il, les hôtels et tous les sites religieux « ont été désinfectés » pour offrir un cadre plus hygiénique aux millions de pèlerins qui vont affluer vers ces hôtels et autres lieux saints de l’islam. Cette opération de traitement et de prévention « va être renouvelée jusqu’au Hadj proprement dit », précise le directeur général de la Maison du Hadj.

Les autorités saoudiennes ont également frappé très fort en matière de prévention, par la commande et l’installation (en cours) d’équipements très performants et ultra-modernes, permettant « d’effectuer sur place et de façon instantanée plusieurs milliers de tests Covid-19 »,  soutient Dr. Abdoul Fatah Cissé.  

Les mesures de confinement qui avaient été arrêtées, pour casser la chaîne de transmission de la maladie à coronavirus, poursuit le directeur général de la Maison du Hadj, « ont été partiellement levées pour la mosquée de Médine et la Kaaba ». « Le trafic aérien est rétabli pour les vols internes, ainsi que certains vols régionaux », a-t-il ajouté.

En ce qui nous concerne, au Mali, révèle le directeur général, « nous avons reçu des correspondances des autorités saoudiennes en charge du Hadj, nous exhortant à nous conformer à un certain nombre de normes à caractère administratif, technique et logistique en vue du Hadj 2020 ».

« C’est dire que tous les signes positifs sont là pour nous conforter dans l’idée que le Hadj 2020 aura bel et bien lieu, Inch Allah », dit-il optimiste.

Cerise sur le gâteau, selon Dr. Abdoul Fatah Cissé, « le simple fait de formuler l’intention d’effectuer son pèlerinage, le bénéfice spirituel et les bienfaits qui en résultent nous sont d’office octroyés, même si le voyage n’aura finalement pas lieu pour un cas de force majeure comme celui du Covid-19. Or, en faisant ses formalités administratives au niveau du Guichet unique, l’intention est plus que manifeste pour le candidat au pèlerinage ».

Celui qui aura déjà payé pour le Hadj 2020, a davantage rassuré le directeur général de la Maison du Hadj, « sera prioritaire pour la prochaine campagne, parce qu’il faut s’attendre à un embouteillage monstre en 2021, si d’aventure le pèlerinage n’a pas lieu pour cause de Covid-19, sans compter la garantie de se faire rembourser si tel est le souhait dudit candidat au pèlerinage ».

En d’autres termes, « celui qui s’inscrit pour le Hadj 2020 gagne à tous les coups, pèlerinage 2020 ou pas pour lui », conclut le directeur général de la Maison du Hadj. 

   Seydina Oumar Diarra

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite