PRISE EN CHARGE DES MALADES SOUFFRANT D’INSUFFISANCE RENALE : Un Centre d’hémodialyse de l’hôpital Mère-Enfant porte le nom de Baboye Thiam

189

Financé sur fonds propre de l’Hôpital Mère-Enfant, le Centre d’hémodialyse inauguré par l’ancien président de la République, Amadou Toumani Touré, le 14 février dernier, porte le nom de Baboye Thiam. L’équipement de cette infrastructure sanitaire dédiée à la prise en charge des malades souffrant d’insuffisance rénale a été possible grâce à certains partenaires. Il s’agit de la Fondation Thiam et les opérateurs économiques Seydou Nantoumé, Apollinaire Compaoré et Adama Bagayoko. Un vibrant hommage a été rendu à ces différents partenaires par ATT pour ce bel exemple.  

Aujourd’hui, la prise en charge des malades souffrant d’insuffisances rénales pose de sérieux problèmes. Et l’hôpital du Point-G est dépassé par le nombre de malades et sans compter les pannes répétitives de ses machines à longueur de journées. C’est vrai qu’il existe des structures privées pour la dialyse, mais cela ne suffit pas encore. Voilà pourquoi l’Hôpital Mère-Enfant a décidé de mettre en place un Centre d’hémodialyse afin de soulager les malades souffrant d’insuffisance rénale. Cet ambitieux projet vient d’être réalisé sur financement du fonds propre de l’hôpital et de certains partenaires nationaux dont la Fondation Thiam et d’autres opérateurs économiques à l’image de Seydou Nantoumé, Apollinaire Compaoré du Burkina Faso et l’opérateur économique malien Adama Bagayoko.

« Depuis Dakar, j’ai eu écho de l’appréciation positive de nos amis et partenaires monégasques sur la réalisation d’une Salle d’hémodialyse au plus près de la salle de Cathétérisme cardiaque. Ils ont souligné combien les deux infrastructures se complètent et n’ont pas manqué de saluer le bon standard des équipements que la Fondation Thiam a généreusement offerts et installés à l’hôpital. Comme dans une course de relais, la réception des équipements de dialyse a été précédée par l’achèvement de la construction du bâtiment destiné à accueillir l’Unité. A cette fin, la Fondation pour l’Enfance a bénéficié du généreux et précieux concours de Messieurs Apolinaire Compaoré, Seydou Nantoumé et Adama Bagayoko qui ont répondu avec enthousiasme et célérité à notre sollicitation.

Je veux vous le dire, mes chers cadets, Moctar, Apolinaire, Seydou et Adama, vos efforts combinés dans la réalisation de l’Unité d’hémodialyse donnent un relief particulier à cette cérémonie. Votre engagement donne l’assurance à nos partenaires extérieurs que des opérateurs économiques maliens, africains, peuvent mobiliser des ressources en faveur de la santé et prolonger avantageusement les projets réalisés dans le cadre de la coopération », dira ATT.

Selon lui, l’offre en matière d’hémodialyse arrive à point nommé. « Elle accroitra l’autonomie de l’Hôpital Mère-Enfant en terme de circuit de soins. L’élan de générosité, qui a permis sa réalisation, est largement inspiré par les enseignements d’un homme qui fut un père pour nous tous : j’ai nommé Baboye Thiam et je n’ai pas eu besoin de réfléchir longtemps pour décider que l’Unité d’hémodialyse porte son nom ! ». Parole d’Amadou Toumani Touré.

Prenant la parole au nom de la Fondation Thiam, Moctar Thiam était visiblement très heureux et ému de la réalisation de ce projet d’hémodialyse au sein de l’hôpital Mère-Enfant. Dans le cadre de ce projet, précisera-t-il, la Fondation Thiam a investi 200 millions de Fcfa. Ce qui a permis d’équiper le Centre d’hémodialyse de dix générateurs pour la dialyse adulte et pédiatrique de type Gambro AK 98, dix fauteuils de dialyse, une station de traitement d’eau permettant d’alimenter un minimum de 20 générateurs d’hémodialyse. Sans oublier un lot de consommables pour les séances d’hémodialyse et la formation sur le site du personnel de soin à la manipulation, la désinfection et l’entretien de niveau 1 des générateurs, ainsi que la formation du personnel technique de l’hôpital à la manipulation et à la maintenance de niveau 1 du système de traitement d’eau. 

« L’Unité d’hémodialyse initiée par la Direction du Centre Hospitalier Mère-Enfant en partenariat avec la Fondation Thiam, permettra d’améliorer la prise en charge des urgences rénales au niveau du Mali et sauver ainsi des vies.

Au nom de la Fondation Thiam, je remercie le président de la Fondation pour l’Enfance pour sa franche collaboration et le rassurer de notre disponibilité à continuer d’appuyer ses services pour l’amélioration de la prise en charge des urgences au Mali », a déclaré Moctar Thiam, avec beaucoup de fierté.   

Notons que depuis la réhabilitation du service d’accueil des urgences du CHU Gabriel Touré en 2008, la Fondation Thiam a appuyé plusieurs structures hospitalières du Mali, à travers des dons de médicaments et de matériels médicaux. 

Le chef de Cabinet du ministre de la Santé et des Affaires sociales, Sidi Diallo, dira que son département est signataire d’une convention avec l’Hôpital Mère-Enfant depuis sa création sur son fonctionnement dans un cadre de partenariat public-privé. « C’est le lieu pour moi d’adresser mes chaleureux remerciements à la Fondation Thiam et tous les partenaires financiers pour le financement de cette Unité d’hémodialyse.

Je lance un appel à l’équipe socio sanitaire de l’Hôpital pour redoubler d’efforts afin d’aboutir à l’amélioration de l’état de santé des populations de notre pays. Ce qui doit être notre combat de tous les jours. Je formule le vœu que ce nouveau service puisse engranger beaucoup de succès dans le cadre de la lutte contre la maladie et de la réduction de la mortalité… » a laissé entendre Sidi Diallo.

L’un des temps forts de cette cérémonie aura été la coupure du ruban symbolique du Centre d’hémodialyse par Amadou Toumani Touré, en présence des représentants de la Fondation Thiam, avant de visiter les locaux. Il s’agit du traitement d’eau, une salle composée de huit machines de dialyse et une salle réservée au VIP avec deux machines.

Et ATT et sa délégation ont été accueillis par une équipe qualifiée conduite par Djiguiba Kéïta, qui a servi à l’hôpital du Point-G.

Selon nos informations, une séance de dialyse coûte 70 000 Fcfa par patient. A la date d’aujourd’hui, le Centre prend en charge une dizaine de malades.

                  El Hadj A.B. HAIDARA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite