MALAMINE KONé SIGNE ET PERSISTE : « Je ne suis pas politique aujourd’hui, je ne le serai pas demain »

10

Malamine Koné, le président fondateur de la marque de sport Airness était l’invité d’Amadou Kodio dans l’émission « Invité de la semaine » de l’ORTM réalisée à Paris, en France. Les sujets abordés avaient trait au parcours de l’homme et à l’organisation de la cérémonie de récompense dénommée « Les trophées des initiatives » pour faire parler son cœur. Ce grand-rendez-vous s’est déroulé au CICB, il y a quelques jours.

arlant de son parcours, Malamine Koné a indiqué que cela fait 25 ans qu’il dirige la marque Airness avec passion, partage et collaboration. « J’ai des partenaires. La réussite de la marque Airness a été faite de rencontres de partenaires, de gens qui ont une certaine compétence, qui ont accepté de m’écouter et de travailler avec moi pour développer la marque Airness dans différents domaines comme le milieu scolaire avec des sacs-à-dos, les agendas, les cahiers, les classeurs et beaucoup d’autres choses.

Mais, pour les Maliens, la marque Airness ne se limite qu’aux équipementiers des Aigles du Mali alors que Airness est très bonne marque dans les chaussures de loisirs, les ballons, les textiles adultes, textiles enfants, textiles femmes. Airness a développé aussi des parfums, Airness a été partenaire du groupe L’Oréal pendant 10 ans. J’ai travaillé aussi avec Anna Frelon pendant une dizaine d’années. Donc, c’est grâce à ces partenariats que j’ai développé la marque Airness », a-t-il détaillé.

Quid des affaires ? Il a expliqué qu’il est propriétaire de la marque Airness et qu’il va rencontrer des sociétés qui ont certaines compétences dans certains domaines. « Je leur propose de développer des produits au nom de ma marque. Il y en a qui acceptent. Ceux qui ont la compétence en général, acceptent parce qu’Airness reste aujourd’hui la première marque française, une des marques mondiales de référence. Nous n’avons pas de difficultés à trouver des partenaires. Maintenant, la contrepartie, c’est que je dessine tous les produits, je valide les produits qui vont être commercialisés, je détermine la politique de prix et les réseaux de vente des produits », a-t-il souligné.

Et de préciser que dans le domaine du sport, une fois que le produit est validé par lui, il est transmis à son partenaire pour la fabrication, assurant qu’il ne fabrique pas les produits. « Je ne fabrique pas mes produits, je les fais fabriquer par des partenaires. Toutes les grandes marques font cela. Toutes les grandes marques fonctionnent par le système de licence. Cela permet de mettre chacun à sa place. J’ai des idées, j’ai des projets, j’ai la création, je gère l’entièreté de la communication, toutes les décisions sont prises à Airness.

Et puis, j’ai des partenaires qui ont des compétences en fabrication et en distribution. Ensemble, on se complète et on arrive à atteindre nos objectifs. Pour les prochaines échéances, nous allons présenter de nouveaux maillots appelés «Djiguiya» (espoir) au président de la Fédération malienne de football. Parce que nous avons tellement d’espoir en notre équipe nationale, en nos joueurs pour cette Coupe d’Afrique que nous recherchons depuis tant d’années, j’espère que 2023 sera notre année. Nous avons des joueurs qu’il faut, il y a la motivation, l’appui des autorités. Maintenant, il faut mettre les joueurs dans de bonnes conditions de participation. Je suis partenaire du football malien depuis plus de 20 ans. C’est toujours un plaisir pour moi d’accompagner la sélection nationale. C’est une belle histoire, une belle entente. En même temps, j’essaie de donner une identité à notre sélection nationale en faisant en sorte que dès qu’on voit le maillot des Aigles du Mali qu’on sache que c’est le maillot du Mali et que les joueurs aussi soient fiers de porter les couleurs de la marque Airness », a-t-il clarifié.

Sur la réussite de sa marque, Malamine Koné s’est dit fier de la Panthère Airness. « Lorsque je vois mes articles portés à travers le monde, j’ai la joie. Je sais pourquoi je travaille. Je sais aussi la réussite d’Airness donne envie aux autres et crée de l’espoir. Elle permet à d’autres d’y croire et d’aller au bout de leur rêve comme je l’ai fait », a-t-il dévoilé.

Sur son retour au Mali et sa rencontre avec le président Amadou Toumani Touré, Malamine Koné a laissé entendre que quand il est retourné au Mali en 2004, il a été reçu par le président de la République feu Amadou Toumani Touré pour lequel il a présenté ses condoléances à la famille.

« Quand il m’a reçu, il m’a parlé avec la plus grande sincérité, j’ai rencontré un homme exceptionnel. Il m’a dit, tu sais Malamine, le Mali a beaucoup de jeunes. Le Mali a une population très jeune. C’est bien et ce n’est pas bien. C’est bien, si on donne la chance à ces jeunes de se réaliser.

Et ce n’est pas bon, s’ils restent frustrés. Il m’a dit, ton exemple peut montrer que l’on peut être né au Mali, partir ailleurs et réussir sa vie. Et on peut, on doit revenir au Mali pour aider chacun à développer le pays. J’ai été sensible à son discours, j’ai adhéré à son discours. Et j’ai demandé au président ce que je peux faire pour l’aider ? Il m’a dit en ce moment-là de commencer à m’occuper de la sélection nationale de football.  Je lui ai dit que je sais faire des vêtements, mais je ne sais pas faire des vêtements techniques pour les joueurs de football.

Il m’a dit que je vais apprendre. Je lui ai répondu que si la Fédération malienne de football est d’accord pour que j’apprenne avec elle, oui puisque la vie est une école, tous les jours on apprend. Je suis d’accord pour apprendre. En ce moment, je me suis mis en contact avec le président de la Fédération malienne de football qui était à l’époque Tidiane Niambélé et le ministre des Sports. Nous avons trouvé un accord de partenariat. Ensuite, j’ai découvert qu’il y avait d’autres soucis au sein de la Fédération. Il n’y avait pas que les soucis de maillots. Il y avait aussi le problème d’entraîneur et il y avait quelques joueurs qui ne voulaient plus retourner en sélection. En même temps, on m’a nommé conseiller spécial de la Fédération en plus d’être l’équipementier. Sincèrement, c’était pour moi un vrai plaisir. C’était aussi une passion.

J’ai pris plaisir à le faire. J’ai été personnellement rencontré chacun des joueurs, j’ai échangé avec eux pour qu’ils puissent retourner en sélection, leur parler de l’intérêt de revenir en sélection parce que derrière eux, il y avait une jeunesse qui a besoin de croire en l’avenir. Je n’ai pas eu beaucoup de mal à les convaincre parce qu’eux-mêmes attendaient un déclic. Et je pense que le déclic était peut-être mon arrivée, l’enthousiasme que j’apportais avec moi. Cela a fonctionné, les joueurs se sont regroupés et après malheureusement nous n’avons toujours pas eu de coupe », a-t-il longuement expliqué.

Pour Malamine Koné humanitaire et business vont ensemble. « On n’a pas forcément besoin de dire aux autres que ce que j’ai fait n’est pas donné à tout le monde. Il faut faire l’inverse. Je viens rencontrer la jeunesse pas qu’au Mali mais partout où je suis invité, partout où je me rends. Quand j’ai l’occasion d’échanger avec les jeunes, je leur dis d’aller tout de suite et que c’est possible. Je ne suis qu’un exemple.

Sinon au Mali, il y a beaucoup d’exemples. Je suis un tout petit modèle. La réussite est née chez nous, la réussite est partout. Qu’appelle-t-on réussite ? La réussite n’est pas de gagner beaucoup d’argent. La réussite, c’est réussir à réaliser son projet. Quand on se couche en pensant à quelque chose et qu’on se batte, qu’on se donne les moyens de réaliser cette chose, on peut dire qu’on a réussi. La première fois que j’ai créé mon premier t-shirt, j’ai crié que j’ai réussi, mais je n’avais pas gagné un centime.

Le jour où je l’ai vu exposé au magasin auprès de Nike, Adidas et Puma, j’ai crié. Je me sentais fort, je me suis senti accompli. J’ai senti que j’avais accompli quelque chose. C’est cela la réussite, l’accomplissement. J’ai l’habitude de rencontrer des Africains qui me reconnaissent. Quand je rencontre la jeunesse africaine pour échanger sur des projets, je les félicite pour ce qu’ils sont en train de réaliser. Je me rends compte que la jeunesse africaine est dynamique, elle bouge, elle a des idées. Elle ose aujourd’hui. Elle n’est plus aussi réservée qu’avant. Elle fonce, elle veut s’affirmer. Je veux que cette jeunesse s’affirme de plus en plus de manière intelligente mais en tenant compte des valeurs africaines. Ce qui fait que nous sommes aujourd’hui, c’est l’enseignement de nos parents, il ne faut pas l’oublier car cela est très important. Je suis ce que je suis aujourd’hui grâce à l’éducation de mes parents. Cette jeunesse ne doit pas aller trop vite non plus », a-t-il déclaré.

Sur sa participation au Mois de la solidarité au Mali, Malamine Koné a indiqué que la solidarité doit être un geste quotidien. « Nous les Africains, nous sommes solidaires par excellence. Les Africains partagent. Dans tous les villages comme à Niéna, quand on voit que le voisin n’a pas à manger, on l’invite ou parfois le voisin n’a pas besoin de demander, il vient s’asseoir pour manger avec les autres. Cela est l’Afrique.

Ce sont des valeurs que nous devons préserver. En fait, quand on dit solidarité, c’est juste un mot mais nous les Africains, nous sommes solidaires par excellence depuis la nuit des temps », a-t-il dit.

Il a rappelé qu’il a eu une réussite à l’extérieur du Mali mais qu’il est comme ces millions de Maliens qui ont réussi leurs vies à l’extérieur du pays et qui reviennent au Mali pour partager leurs expériences, partager leurs réussites avec ceux qui ont besoin d’entendre des histoires pour se motiver, avec ceux qui ont besoin et croient qu’avec du travail, la persévérance, aucune barrière n’est infranchissable. « Nous avons la mission de développer notre pays. Je ne suis pas la solution mais je peux aider, je peux apporter ma pierre à l’édifice pour aider ceux qui entreprennent des actions pour faire avancer le pays. Cela est mon objectif, cela est l’unique ambition que j’ai : aider ceux qui ont entrepris des actions pour que le pays avance. Parce qu’il faut qu’on avance », poursuivra-t-il.

 « Je ne fais pas partie de ceux qui militent pour la politique de l’alimentaire »

Selon lui, l’organisation de la cérémonie de récompense dénommée « Les Trophées des initiatives » a pour objectif de récompenser ces personnes admirables, ces bénévoles qui se battent tous les jours pour donner de l’espoir à ceux qui n’en ont plus afin d’éviter à nos enfants d’être des amis du désespoir. « Pour ces récompenses, une liste a été élaborée en fonction de ce qu’ils ont fait pour aider les autres, dans leur exemplarité dans la solidarité. Parce qu’il y a tellement de valeurs en Afrique et au Mali dont la solidarité fait partie », a-t-il dit.

Avec « Les Trophées des initiatives », Malamine Koné prépare-t-il son entrée en politique ? Il a éludé cette question d’un revers de la main en faisant rappeler que cela fait plus de 25 ans qu’il entreprend des actions de solidarité au Mali. « Si je voulais faire de la politique, je l’aurais fait… Je ne fais pas partie de ceux qui militent pour la politique de l’alimentaire. Je suis contre la politique de l’alimentaire. Je ne veux pas me servir de la misère des gens pour aller en politique. Je ne le ferai jamais. Je le dis clairement, ce que je fais, c’est apporter ma pierre à l’édifice, aider, par mes moyens, ceux qui ont entrepris des actions pour faire avancer le pays. Je ne suis qu’un soutien. Je ne suis pas politique aujourd’hui, je ne le serai pas demain. Je veux juste que notre pays le Mali s’en sorte. Et c’est possible qu’il s’en sorte. Mais, j’ai compris qu’il faut l’appui de tout le monde. Il faut que ceux qui ont réussi à l’extérieur viennent se joindre à ceux qui sont restés au pays afin de faire avancer le pays. Il faut qu’on unisse nos forces, qu’on se donne la main pour essayer de surmonter les obstacles. Le Mali est confronté à beaucoup de difficultés. Il faut que les Maliens se parlent entre eux, se comprennent, se donnent la main et se fixer des objectifs afin de les atteindre. Et le Mali va s’en sortir, j’en suis persuadé », a-t-il clairement énoncé.

 « La France a été une seconde chance pour moi. Elle m’a permis de réussir ma vie, elle m’a permis de retourner chez moi pour faire avancer mon pays, le Mali ».

Français ou Malien ? Il a répondu que tout ce qu’il a pu gagner dans sa vie, il l’a gagné grâce à la France et qu’il retourne chez lui au Mali pour le partager avec les Maliens. « Je ne peux pas dire que la France ne m’a rien apporté. La France m’a apporté beaucoup. La France a été une seconde chance pour moi. Elle m’a permis de réussir ma vie, elle m’a permis de retourner chez moi pour faire avancer mon pays, le Mali. Je ne peux que dire merci à la France.  Maintenant, en ce qui concerne le Mali, quand je mourrai, je serai enterré chez moi au Mali, sur ma terre à Niéna. Donc, je n’ai aucun choix possible à faire. Ma dernière demeure serait chez moi à Niéna au Mali. A partir de là, les choses sont claires », a-t-il précisé.

Pour lui, les problèmes entre le Mali et la France sont d’ordre politique et je ne suis pas politique. « Mais j’espère de tout mon cœur qu’un jour chacun comprendra où sont ses intérêts et qu’en un moment donné le Mali a fixé un cap. Notre président de la Transition a fixé un cap pour le Mali. J’espère que d’autres pays seront sensibles à cet objectif, la France y compris, et qu’à un moment donné, le Mali et la France vont se remettre autour de la table, rediscuter différemment. Je souhaite que le Mali et la France discutent en tant que partenaires.

Le Mali a le droit de prendre son destin en main. Mais les autres pays qui veulent nous aider, ils doivent être à l’écoute. Cela est une exigence aujourd’hui pour le Mali de prendre son destin en main, de tracer son propre cap. Mais, nous sommes conscients que nous ne pouvons pas y arriver seul. Il faut que les Maliens aient cet esprit d’ouverture aux autres, qu’ils ne ferment pas toutes les portes à ceux qui veulent venir taper à leur porte pour venir discuter de partenariat avec eux », a-t-il conseillé.

Parlant du futur d’Airness, Malamine Koné a rappelé que sa marque développe beaucoup de produits. « La marque Airness est numéro UN en Europe dans les articles scolaires : sacs-à-dos, papeteries, agenda… Ces articles ne sont pas visibles au Mali parce que les réseaux de distribution de ces produits ne sont pas présents en Afrique. J’espère que des distributeurs se manifestent en Afrique, au Mali avec lesquels je vais travailler pour que la marque Airness se retrouve au Mali, pour que nos produits soient accessibles à tous. Cela est mon souhait », a-t-il espéré.

 « Personnellement, je suis passionné de boxe, mon fils aîné, Cheick Oumar Koné, pratique de la boxe. Il est champion de France de boxe »

Malamine Koné et la boxe ? Il a révélé qu’il est un ancien boxeur. « J’ai boxé en bon niveau amateur. Avec mon accident au genou, je n’ai pas pu continuer », a-t-il révélé. Pourquoi est-il plus football que boxe ? Il a répondu que ce sont deux choses différentes. « Personnellement, je suis passionné de boxe. Je l’ai pratiqué pendant un bon petit moment. Quand j’ai créé ma marque Airness, je voulais qu’elle soit une marque populaire, accessible à tous. Donc, il fallait l’identifier au sport populaire qu’est le football qui est le sport le plus populaire au monde. Mon fils aîné, Cheick Oumar Koné, pratique de la boxe. Il est champion de France de boxe. Il est dans l’équipe Paris 2024. Il est présélectionné pour les Jeux olympiques 2024. Je m’entraîne de temps en temps avec lui, même si je n’ai plus la forme d’antan. Je lui donne des conseils. Il est très discipliné. J’espère qu’il va se réaliser.

Au départ, je l’ai mis à la boxe pour qu’il puisse forger son caractère. Ensuite, il s’est passionné de la discipline et il est devenu champion de France », a-t-il expliqué.

Comme loisirs, Malamine Koné a dit qu’il aime écouter le « Donso n’goni » (musique des chasseurs) qui lui rappelle le Mali. Pour lui, cette musique est la musique des guerriers, qui n’abandonnent jamais.

Comme appel, il a déclaré que personne n’a de leçon à donner aux Maliens. Et tout ce qu’il faut faire, c’est de les encourager à poursuivre leurs efforts entamés.

« Le Malien se bat, que ce soit au Mali ou à l’extérieur, dans l’humilité.

Le Malien est un travailleur, consciencieux. Il est important qu’il le reste. Le Malien gagne sa vie à l’extérieur et revient chez lui pour investir et faire avancer le pays. Cela est très important. Malgré les difficultés, il faut que les Maliens restent à l’image de leurs parents et qu’ils n’oublient pas les valeurs du Mali, qu’ils ne baissent jamais les bras et continuent d’y croire. Parce que le Mali va s’en sortir, le Mali s’en sortira mais avec l’aide de tous, sans exception. Il ne faut exclure personne. Il faut, à un moment donné, que les Maliens arrivent à se comprendre. Que les Maliens se donnent tous les moyens pour atteindre l’objectif du plan qui a été tracé ! C’est comme ça que les Maliens s’en sortiront. Les grands peuples, ce sont les peuples solidaires. C’est dans la solidarité que le Mali s’en sortira. C’est la raison pour laquelle le mois d’octobre a une particularité pour moi. La solidarité signifie beaucoup pour moi », a-t-il insisté.    Siaka Doumbia

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite