- Publicité-

LE PREMIER MINISTRE MOCTAR OUANE AUX ACTEURS POLITIQUES : « La classe politique a une place centrale dans les réformes politiques et institutionnelles »

7

Dans le souci d’avoir plus d’inclusivité et de convergence de point de vue autour du processus de Transition, le Premier ministre Moctar Ouane a tenu, le mercredi 10 février dernier, au Centre international de conférences de Bamako (CICB), une rencontre avec la classe politique qui entre dans la cadre des concertations autour des réformes politiques et institutionnelles.

Selon le chef du gouvernement, cette rencontre rime avec inclusivité et convergence. Et d’ajouter qu’à travers celle-ci le gouvernement de la Transition voulait réaffirmer son engagement collectif à relever les défis qui assaillent le Mali.

« C’est pour toutes ces raisons que je suis heureux de vous souhaiter la bienvenue ici en réponse à mon invitation et me réjouis de votre présence à cette rencontre de prise de contact à une si grande échelle. Je devrais dire poursuite de contacts, car j’ai toujours maintenu les échanges avec la plupart d’entre vous, même dans un cadre plus restreint », s’est-il féliciter. Il a salué le geste des acteurs politiques qu’il qualifie de républicain qui épouse les valeurs maliennes d’être, de savoir-être et de savoir-faire. Et poursuivre que par-delà, la symbolique de l’orthodoxie culturelle malienne faite de respect et de grandeur, la présence de la classe politique signifie sa claire conscience que notre pays a besoin de tous ses enfants pour répondre aux attentes légitimes des Maliens.

A cet égard, il dira que sa conviction demeure intacte, la classe politique a un rôle de premier plan dans la promotion de notre jeune démocratie et une place centrale dans les réformes politiques et institutionnelles que nous attendons tous avec impatience.

« Les réformes politiques et institutionnelles ne sont pas le fait d’un effet de mode, mais une nécessité en raison de l’obsolescence que nous observons dans nos pratiques de tous les jours, dans le service que nous rendons aux usagers ainsi que dans l’inadéquation entre nos actes et les espérances de nos concitoyens », a-t-il renchéri.

Selon le chef du gouvernement, il n’est point besoin d’être grand clerc pour constater les limites objectives des textes qui nous gouvernent ainsi que les menaces qui pèsent sur les vertus qui guidaient nos relations sociales et nous valaient admiration et respect au-delà des mers et des océans. « Qu’est-ce qui n’a pas marché pour que nous en soyons là ? Que faire aujourd’hui pour que tout aille mieux ? Que faut-il surtout faire pour que les générations montantes soient, comme nous le fûmes, fières de l’héritage et puissent mettre en accord le souhaitable et le possible », s’est-il interrogé.

A l’entendre, le gouvernement entend approfondir de telles interrogations et leur trouver des réponses dans les semaines et mois à venir. A ce titre, le gouvernement compte mettre au point avec la classe politique malienne des mécanismes aptes à répondre aux urgences, mais surtout à préparer l’avenir. « Aujourd’hui, de plus en plus, l’horizon se dégage. La Transition a achevé son architecture institutionnelle avec l’installation du Conseil national de la transition (CNT), organe devant lequel je vais présenter, le 19 février 2021, le Plan d’action du gouvernement de la transition (PAGT), conformément aux dispositions pertinentes de la Charte de la transition », a précisé le Premier ministre.

A l’en croire, l’ambition du gouvernement est d’accélérer la cadence pour hisser le Mali à la hauteur des espérances de notre peuple au niveau sécuritaire, sanitaire, politique, économique et social.  Ainsi, dira-t-il, dans cette quête de mieux-être, personne ne sera laissé sur le quai, car tous les Maliens ont une contribution à apporter à la réussite de la Transition parce qu’une transition réussie signifie un climat politique apaisé, un environnement social serein, une économie qui se développe et un pays qui gagne.

« Je compte m’entretenir de manière plus détaillée avec vous sur toutes ces questions qui interpellent tous les acteurs, au-delà des régions, des religions, des ethnies, des obédiences politiques ou autres. Les défis qui attendent les Maliens sont à leur portée s’ils restent unis et font preuve de dépassement. Rien de grand et de durable ne peut se réaliser sans esprit de sacrifice », a-t-il conclu.                                              

Boubacar Païtao

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite