Appui à la jeunesse malienne, promotion de l’éducation : L’ALCPPE offre 150 bourses aux étudiants maliens pour un coût de 250 millions FCFA

10

L’éducation est l’un des piliers les plus importants du développement d’un pays. De ce fait, chaque enfant a droit à l’éducation. C’est un devoir  pour les parents et une obligation pour l’État. C’est en ce sens que l’Association de Lutte contre la Pauvreté et pour la Protection de l’Environnement (ALCP) a offert des bourses aux étudiants maliens qui souhaitent poursuivre leurs études à l’Institut Supérieur Polytechnique Panafricain de Bamako (ISPP) sis à Djélibougou.

 La cérémonie de signature du partenariat s’est déroulée en présence du président de l’ALCPPE, Moussa Traoré dit Bill ; du Directeur général de l’ISPP, Kamgue Kanga Romaric et de Soumaïla Traoré, membre du Comité stratégique de l’ALCP.

Le Directeur général de l’ISPP, Kamgue Kanga Romaric, a indiqué que ce partenariat vise à aider les étudiants maliens à avoir une formation de qualité à moindre coup. Raison pour laquelle l’ALCP a octroyé ces 150 bourses.

 »C’est une action à glorifier, car ces genres d’initiatives n’arrivent pas tout le temps. C’est une action à applaudir. À l’ISPP, il y a deux cycles de formation, à savoir le cycle Licence et le cycle Master. Ainsi, pour ceux qui veulent bénéficier de ces bourses pour le cycle Licence, il faudrait être âgé de plus de 35 ans, et titulaire d’un Baccalauréat ou d’un BT2. Pour le cycle Master, il faudrait être âgé de 35 ans au moins et 45 ans au plus. De même, il faudra être titulaire d’un Master professionnel », a-t-il fait savoir. Il a signalé que le choix ne pourra se faire que dans les filières existantes à l’ISPP. Par ailleurs, les étudiants bénéficiaires pourront également suivre leur formation à l’intérieur du pays, notamment à Koutiala et à San.

Pour sa part, Soumaïla Traoré, membre du Comité stratégique de l’association, a souligné que cette action vise à aider l’école malienne de manière générale et les jeunes étudiants de manière particulière. A ses dires, l’association œuvre beaucoup dans le domaine de l’éducation et c’est pour cela qu’elle a décidé d’aider l’ISPP, une école supérieure panafricaine située en commune I.

En ce qui concerne la prise en charge des frais de scolarité, il notifie que l’ALCPPE prend en charge la moitié du montant global, soit 50% de la Licence 1 jusqu’au niveau Licence 3 et l’autre moitié est mobilisée par le bénéficiaire. Il en est de même pour le Master 1 et 2. L’inscription est fixée à 25 000 F CFA, somme payable une seule fois.

 »À l’ISPP, les étudiants ont la possibilité de s’inscrire dans une douzaine de filières parmi lesquelles, Déclarant-Transit en Douane (D.T) ; Audit et Contrôle de Gestion (ACG) ; Commerce International (C.l) ; Communication d’Entreprise (C.E) ; Finance et Comptabilité (F.C) ; Gestion de Projets (G.P) ; Journalisme (J.0), etc.’‘, a-t-il mentionné.

Le président Moussa Traoré dit Bill, dans son intervention, a rappelé que ces bourses permettront d’accompagner les bénéficiaires pendant leur cursus académique, mais surtout de soutenir les parents d’élèves à surmonter les obstacles financiers pour l’accès de leurs enfants à une éducation de qualité.  »Nous sommes engagés depuis des années dans la lutte contre la pauvreté qui exige de nous, engagement, résistance et persévérance, sens de la solidarité et des responsabilités et je sais que nous en sommes parfaitement capables », a-t-il déclaré. Il s’est dit convaincu que le défi est à leur portée surtout dans un contexte de refondation de l’État et d’avènement d’un nouveau Mali.

Le coût total mobilisé par l’Association de Lutte contre la Pauvreté et pour la Protection de l’Environnement (ALCPPE)  pour couvrir ces 150 bourses s’élève à 250 millions F CFA.

Un engagement constant

Selon Niama Abdoul Karim Sanogo, coordinateur de l’Association, au-delà de ces bourses octroyées, elle œuvre beaucoup dans le domaine du social et de l’humanitaire et a à son actif plusieurs autres actions. Parmi ces actions, il a cité l’octroi de financement à des femmes démunies ; la scolarisation des filles et 4000 kits aux élèves dont 70% de filles pour la rentrée scolaire 2022-2023.

Dans son propos, le coordinateur de l’ALCP a fait savoir que son association œuvre principalement dans deux domaines. Le premier volet est la lutte contre la pauvreté. À ce niveau, l’Association œuvre beaucoup pour l’autonomisation des femmes. De nos jours, l’ALCPPE compte plus de 2000 femmes financées en AGR. À cela s’ajoutent des journées de dons de kits scolaires aux enfants dont la 5èmeédition vient de se tenir en 2022 ; ainsi que la prise en charge de la scolarité d’une vingtaine d’enfants de parents démunis et les enfants à mobilité difficile. 

Dans le domaine de la santé, l’ALCPPE offre des kits sanitaires aux CSCOM et procède à l’organisation des journées de consultation du diabète et d’ophtalmo à Bamako et à Kita.

S’agissant du deuxième volet, relatif à l’environnement, l’ALCPPE est connue pour ses actions d’aménagement des espaces publics ou espaces verts. Le cas le plus récent, c’est à Babouyabougou où l’ALCP a investi plusieurs millions selon ses responsables.

                                                                                         Kassoum THERA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite