- Publicité-

ELABORATION DES PLANS D’ACTION ET BUDGETS INTEGRENT LES VBG: Une cinquantaine des acteurs de défense des droits des femmes du district de Bamako outillée par BREFADE

64

Le cabinet BREFADE en partenariat avec HCR a organisé du 9 au II septembre dernier, au Centre Aoua Kéita, une session de formation à l’intention d’une cinquantaine des acteurs de défense des droits des femmes du district de Bamako sur l’élaboration des plans d’action et budget intègrent les VBG. C’est Cette session de formation a été initié dans le cadre de l’exécution du programme Spotlight de l’Union européenne visant à éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles.

Le lancement de cette session de formation s’est déroulé en présence de Mme Tounkara Mouroukérou Maïga, représentante du maire de la Commune III, Youssouf Bagayoko, Directeur national de la promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Traoré Zeinab Nadji, représentante du directeur du Haut-commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (UNHCR), Myriam Coulibaly, directrice adjointe du Cabinet BREFADE.

Dans son intervention, la représentante du directeur de la HCR, a expliqué que cette session de formation s’inscrit dans le cadre de l’Initiative Spotlight, qui est un programme conjoint, impliquant cinq agences des Nations-Unies au Mali, dont le PNUD, ONUFEMMES, UNFPA, HCR et UNICEF. « Ce programme, financé par l’Union Européenne, a pour objectif global de contribuer à la protection des femmes et des filles, contre les violences qui leurs sont faites, y compris les violences basées sur le genre et les pratiques néfastes, ainsi que de promouvoir leurs droits relatifs à la santé reproductive. Dans la mise en œuvre de cet important programme, la contribution du HCR se rapporte aux piliers 1 et 5 portent respectivement sur l’amélioration de l’environnement législatif et règlementaire et la disponibilité de données statistiques quantitatives et qualitatives actualisées », a-t-elle précisé.

Elle a également ajouté que le présent atelier qui s’inscrit dans le cadre du pilier 1, vise à renforcer les capacité technique et institutionnelles des acteurs de défense des droits des femmes et droits humains. « Aux participants et participantes, cette formation permettra sans doute de vous approprier des éléments nécessaires à l’élaboration et la budgétisation des plans d’actions qui intègrent les VBG, pratiques néfastes et santé de la reproduction et leur cadre de suivi-évaluation », a-t-elle laissé entendre.

Pour le directeur national de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, il a remercié la HCR pour avoir accepté d’accompagner cette initiative de renforcement de capacité proposé par le cabinet BREFADE. « Le concept des violences basées sur le genre fait appelle à des comportements, des perceptions et des pratiques qui doivent être questionnés. Ensemble, nous devons essayer de revisiter notre culture et notre relation sociale afin que nous puissions identifier des violences qui sont en train de nuire au développement. Cette question de VBG doit intéresser toutes les composantes de la nation malienne. Les hommes, les femmes, les enfants notamment les garçons et les filles, chacun à son niveau devrait contribuer à cette réduction des violences basées sur le genre », a-t-il indiqué, avant de réitérer l’accompagnement du département de la Femme, de l’enfant et de la famille dans la réussite du programme.

Mahamadou TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite