- Publicité-

LES BANQUES MALIENNES DANS L’UMOA EN 2020: Le Groupe Bdm-sa leader local est au 8è rang du classement que nous publions en exclusivité

7

Selon le rapport 2020 de la Commission bancaire de l’Union monétaire ouest africaine (Umoa), au 31 décembre 2020, cent?neuf (109) des cent quarante?neuf (149) établissements en activité dans l’Umoa, soit 73,6%, étaient affiliés à trente?deux (32) groupes bancaires. Cette population cumule 85,8% des actifs bancaires, 60,4% des guichets, 83,2% des GAB, 84,5% des comptes bancaires de la clientèle, 77,6% des employés et 92,2% du résultat net global provisoire. Le nombre de groupes bancaires en activité dans l’UMOA, détenant chacun au moins 2% des actifs du système bancaire, est ressorti à douze (12), comme en 2019. Constitués de soixante?seize (76) unités, ces principaux groupes représentent 75,7% du total des bilans et 54,2% des guichets, contrôlent 76,8% des GAB, détiennent 78,0% des comptes bancaires de la clientèle et emploient 68,2% des agents du système bancaire. Ces entités cumulent 86,8% du résultat net global provisoire du système bancaire. Nous avons reconstitué, sur la base des données de la Commission bancaire, le classement des banques au Mali.

fin 2020, le système bancaire de l’Umoa comptait 152 établissements de crédit agréés contre 153 en décembre 2019. Il s’agit de 131 banques (dont 21 succursales) et de 21 établissements financiers à caractère bancaire dont quatre 4 succursales. Cette différence s’explique par le retrait de l’agrément de la Banque internationale du Bénin (BIBE), à la suite de sa fusion avec la Banque Africaine pour l’Investissement et le Commerce (BAIC) devenue la Banque internationale pour l’industrie et le commerce (B.I.I.C) ; le retrait de l’autorisation d’installation de Diamond Bank Bénin, succursale de Côte d’Ivoire, dont les activités ont été apportées à Nsia Banque Côte d’Ivoire. Dans le sens inverse des retraits d’agrément, l’autorisation d’installation a été accordée à Bridge Bank Group Côte d’Ivoire, succursale du Sénégal.

Mais en réalité, au 31 décembre 2020, 149 établissements de crédit, notamment 128 banques et 21 établissements financiers à caractère bancaire étaient en activité parce que trois (3) établissements de crédit, bien qu’agréés, n’avaient pas encore démarré leurs activités : Bridge Bank Group Côte d’Ivoire, Succursale du Sénégal et deux succursales de la Banque de Développement du Mali (Bdm-sa), notamment les succursales du Sénégal et du Togo. Les établissements de crédit entrés en activité en 2020 sont : Africaine des Garanties et du Cautionnement (Bénin), Mansa Bank (Côte d’Ivoire) et Orange Abidjan Compagnie (Côte d’Ivoire).

113 nouvelles agences en 2020

Le total du bilan des établissements de crédit de l’Umoa s’est établi à 47 718,5 milliards de Fcfa au 31 décembre 2020, soit une hausse de 6 159,3 milliards de Fcfa (+14,8%) en rythme annuel. Cette évolution a été observée sur toutes les places bancaires de l’Umoa : Côte d’Ivoire (+2 483 milliards ; +18,5%), Burkina (+949 milliards ; +16,4%), Sénégal (+883 milliards ; +11,2%), Mali (+637 milliards ; +12,8%), Bénin (+574 milliards ; +13,5%), Togo (+415 milliards ; +13,7%), Niger (+182 milliards ; +9,9%) et Guinée?Bissau (+36 milliards ; +11,9%).

Le nombre d’implantations (agences, bureaux et points de vente) a augmenté de 113 unités en 2020, soit de +3,1%, pour atteindre 3 762. Le nombre de GAB s’est accru de 159 unités, soit 4,5% pour s’établir à 3 676.

Le nombre de comptes bancaires détenus dans les livres des établissements de crédit a également enregistré une croissance de 13,2% pour s’établir à 15 414 253 à fin 2020. Les comptes de particuliers ont enregistré une croissance de 12,7% et ceux détenus par les personnes morales de 20,9%.

Un total bilan de 5 629,6 milliards de Fcfa

pour les banques maliennes

Selon les données traitées par la Commission bancaire de l’Umoa, les banques maliennes ont enregistré un total bilan de 5 629,6 milliards de Fcfa, équivalant à 11,8% de part de marché de l’Umoa. Performances réalisées avec 490 guichets, 527 GAB, avec aussi des effectifs de 3 556 travailleurs. Le nombre de comptes bancaires au Mali est passé de 1 339 486 en 2016 ; 1 589 661 en 2017 ; 1 649 976 en 2018 ; 1 794 229 en 2019, pour s’établir à 1 942 258 en 2020. Il y a eu donc 148 029 comptes de plus qu’en 2019, soit une croissance de 8,26%.

Au 31 décembre 2020, il est noté que 109 des 149 établissements en activité dans l’Union, soit 73,6%, étaient affiliés à 32 groupes bancaires. Cette population cumule 85,8% des actifs bancaires, 60,4% des guichets, 83,2% des GAB, 84,5% des comptes bancaires de la clientèle, 77,6% des employés et 92,2% du résultat net global provisoire.

Le groupe Ecobank Togo en tête et

Le groupe BDM-sa dans le top 12

Il y a 32 groupes bancaires en activité dans l’Umoa au 31 décembre 2020. Ils proviennent de l’Umoa, du Maghreb, de l’Union européenne (UE), de la Zone monétaire de l’Afrique de l’Ouest (Zmao), de la Communauté économique des Etats d’Afrique Centrale (Cemac), de la Communauté de développement d’Afrique Australe (Sadc) et du reste du monde.

Un top 12 se détache, regroupant les groupes bancaires en activité dans l’Umoa, détenant chacun au moins 2% des actifs du système bancaire en 2020. Ce sont les mêmes qu’en 2019. Constitués de 76 unités, ces principaux groupes représentent 75,7% du total des bilans et 54,2% des guichets, contrôlent 76,8% des GAB, détiennent 78 % des comptes bancaires de la clientèle et emploient 68,2% des agents du système bancaire. Ces entités cumulent 86,8% du résultat net global provisoire du système bancaire.

Ecobank (Togo) est en tête de ce classement avec 8 filiales et succursales, 10,7% de part de marché, 5,8 % des guichets, 14,3% des GAB, 16,6% des comptes bancaires et 13,5% de part dans le résultat net global provisoire du secteur bancaire de l’Umoa.

Suivent dans l’ordre du classement : la Société générale (France), Bank of Afrika (Maroc); Atlantic Business International (Maroc); Coris Bank international (Burkina Faso); Attijari Wafa Bank (Maroc); Nsia Bank (Côte d’Ivoire); Orabank (Togo); United Bank for Africa (UBA, Nigéria); Banque de développement du Mali (Bdm-sa, Mali) ; Bnp Paribas (Paris) ; Banque Sahélo-saharienne pour l’investissement et le commerce (Libye).

Il convient donc de remarquer que la BDM-sa, seul groupe bancaire malien présent dans ce top 12, se retrouve au 10è rang des groupes bancaires avec 4 succursales, 3,3% de part de marché de l’Umoa ; 5,3% des guichets ; 3,7% des GAB ; 1,8% du nombre de comptes et 5,1% de part dans le résultat net global provisoire. A ne pas confondre avec le 8è rang que la BDM-sa occupe en tant que banque, dans le classement bancaire de l’Uemoa, grâce à son total bilan. D’ailleurs dans ce classement bancaire, sans tenir compte des groupes, la BMS-sa arrive tout juste en 9è position, c’est-à-dire aussitôt après la BDM-sa

20 autres groupes de moindre envergure qui contrôlent 33 établissements de crédit détiennent moins de 2% des actifs chacun

Il faut noter que 20 autres groupes de moindre envergure, détenant moins de 2% des actifs chacun, font également partie du paysage bancaire. Ils contrôlent 33 établissements de crédit de l’Union, totalisent 10,1% des actifs, 6,6% des implantations et 6,4% des GAB. Ils détiennent 6,6% des comptes bancaires de la clientèle et emploient 9,6% des effectifs. Leur contribution au résultat net global du système bancaire de l’Union se situe à 5,4% au 31 décembre 2020.

Par ordre d’importance, ces 20 groupes bancaires sont: BgfiBank (3 établissements, avec 1,9% de part de marché); Bridge Bank Group (1 établissement; 1,2%); Tamweel Africa Holding (2 établissements; 1,1%); Libyan Foreign Bank (4 établissements; 1%); Groupe BDK (2 établissements; 0,9%); Citigroup (2 établissements; 0,7%); Standard Chartered Bank (1 établissement; 0,6%) ; Banque pour le Commerce et l’Industrie (2 établissements; 0,5%); Standard Bank (1 établissement; 0,3%); Afriland First Group (2 établissements; 0,3%); Sunu (1 établissement; 0,3%); Atlantic Financial Group (1 établissement; 0,3%); – Mansa Financial Group (1 établissement; 0,3%); TLG Finance (4 établissements; 0,2%); First Bank of Nigeria (1 établissement; 0,2%); Guaranty Trust Bank (1 établissement; 0,1%); Crédit Libanais (1 établissement; 0,1%); African Guaranted Fund (1 établissement; 0,1%); Orange Abidjan Participations (1 établissement; 0,1%); African Lease Group (1 établissement ; 0%).

Le Produit net bancaire (PNB) de l’Union s’est chiffré à 2 347,7 milliards en 2020, en hausse de 8,0%, en rythme annuel. Il est principalement composé des revenus nets des opérations avec la clientèle et de ceux relatifs aux opérations sur titres et diverses, qui en représentent respectivement 65,5% et 31,5% contre 69,5% et 28,4% en 2019.

Concentration de crédit au sein du secteur bancaire très élevée en Guinée?Bissau et plutôt faible en Côte d’Ivoire et au Sénégal

Les produits nets des opérations avec la clientèle ont progressé de 1,7% pour s’établir à 1 538,3 milliards en 2020 contre 1 512,1 milliards en 2019.

Les produits nets des opérations sur titres et diverses dégagent des produits nets en augmentation de 19,8% pour atteindre 740 milliards en 2020 contre 617,8 milliards un an plus tôt.

Le résultat des opérations de trésorerie et opérations avec les établissements de crédit et assimilés est ressorti déficitaire de 197,4 milliards de Fcfa en 2020 contre un déficit de 212,7 milliards de Fcfa un an plus tôt, en amélioration de 15,3 milliards de Fcfa (+7,2%).

S’agissant des revenus des autres opérations (change, hors?bilan, prestations de services financiers et divers), ils se sont accrus de 9,3 milliards de Fcfa, soit 3,6%, en évoluant de 257,6 milliards de Fcfa en 2019 à 266,9 milliards de Fcfa en 2020.

L’encours des créances en souffrance brutes s’est accru de 11,8 milliards (+0,4%) pour atteindre 2 943,4 milliards de Fcfa à fin décembre 2020, contre 2 931,6 milliards de Fcfa, un an plus tôt.

Déduction faite des provisions constituées à hauteur de 1 986,2 milliards de Fcfa, en augmentation de 144,7 milliards de Fcfa (+7,9%), les créances en souffrance nettes du système bancaire ressortent à 957,2 milliards de Fcfa à fin 2020, soit une baisse de 132,9 milliards de Fcfa (?12,2%).

Le résultat net global provisoire s’est accru de 19,8%, en se chiffrant à 551,8 milliards de Fcfa à fin 2020 contre 460,6 milliards de Fcfa en 2019. Les bénéfices dégagés par toutes les places bancaires se répartissent comme suit, par ordre d’importance : Côte d’Ivoire (242,5 milliards), Burkina (92,5 milliards), Sénégal (85,4 milliards), Mali (61,9 milliards), Bénin (24,5 milliards), Niger (23,9 milliards), Togo (18,4 milliards) et Guinée Bissau (2,8 milliards).

Selon la Commission bancaire, les résultats des banques de l’Umoa révèlent que la concentration de crédit au sein du secteur bancaire est très élevée en Guinée?Bissau et plutôt faible en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Elle est moyenne dans les autres pays de l’Union.                                                                  Amadou Bamba NIANG

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite