- Publicité-

Slam : Le projet ‘’Dungaré’’ d’Aziz Sten’k démarre ce week-end

90

Le projet de Slam ‘’Dungaré’’ initié par l’artiste slameur et entrepreneur culturel malien, Abdoul Aziz Koné alias Aziz Siten’k, président du groupe Agoratoire donnera son coup d’envoi ce samedi 1 fevrier à la Maison Agoratoire. Apres cette avant-première ce week-end, deux autres grands spectacles de taille  sont  au programme notamment à l’Institut Français du Mali le 27 février et au Festival Massa d’Abidjan (Côte d’Ivoire) du 9 au 14 mars prochain. Dans cet entretien, Aziz Siten’k nous parle du projet Dungaré, ses objectifs, les raisons de sa création, entre autres.

Aujourd’hui-Mali : Pouvez-vous nous présenter votre projet ” Dungaré” ?

Aziz Siten’k : “Dungaré” (miroir en français) est un projet de création artistique et culturelle. Un spectacle inspiré par la réalité et le parcours des jeunes migrants. L’avant-premier goût sera donné ce samedi 1 février à la Maison Agoratoire où l’entrée est libre et gratuite. Ensuite,  deux autres grands spectacles seront également organisés notamment  à l’Institut Français du Mali le 27 février et au Festival Massa d’Abidjan (Côte d’Ivoire) du 9 au 14 mars prochain. Le projet ‘’Dungaré’’ est un spectacle de slam, danse et musique qui parle de l’immigration et l’émigration en décrivant le reflet de la société africaine et occidentale. Le spectacle sera un échange entre les artistes tchadiens, maliens et ivoiriens vu que ces trois pays sont très migrateurs, en tant que pays de départ, d’accueil ou de transit. “Dungaré” s’inspire également des expériences personnelles de l’artiste initiateur né en Côte d’ivoire et migré au Mali.

Pourquoi le choix de ce mot “Dungaré” ?

Pour rappel, mon premier album Slam est intitulé Dungaré. Le mot  Dungaré, pour moi, c’est le reflet, l’image truquée, falsifiée ou la mauvaise appréhension que les hommes font les uns des autres. Il ne s’agit pas du miroir devant lequel on se contemple après s’être fait beau ou belle. Ce n’est pas le miroir qui sert de parure sur les habits des chasseurs traditionnels (Donso). Il s’agit du miroir de l’existence humaine. Dans mon Dungara, il y a toute une panoplie de thématiques telles que l’oppression, l’insécurité, l’émigration, les violences basées sur le genre, le djihadisme, les couches marginalisées, entre autres.

Qu’est-ce qui vous a motivé à créer ce projet ?

La motivation, dans un premier temps, c’est que je suis me dit, en tant qu’artiste, il faut que j’arrive à faire de nouvelles choses qui peuvent contribuer non seulement au développement du Slam malien, africain voire mondial, mais aussi à sensibiliser notamment la jeunesse. J’ai été inspiré par la société dans laquelle je vis, par le néocolonialisme qui règne dans nos nations africaines. J’ai été inspiré par l’actualité politique et surtout par cette vague d’émigration des jeunes Africains vers les pays européens.

Quelles sont les activités phares du projet ?

“Dungaré” est un projet de spectacle sur le lequel nous travaillons déjà. J’ai déjà engagé un metteur en scène et quelques joueurs d’instruments traditionnels. Le Dungaré, c’est slam et musique mandingue. C’est un nouveau concept et le projet se constitue en trois phases. Il s’agit de l’écriture (en résidence), la performance (présentation du spectacle au Mali et à l’extérieur) et la publication d’un livre slam poésie autobiographique sur moi-même.

Dans ce projet, vous touchez à des thématiques communes à plusieurs pays africains telles le l’émigration clandestine et le djihadisme, envisagez-vous jouer votre spectacle dans ces pays ?

Oui après le Mali, j’envisage d’aller jouer dans d’autres pays de la sous-région, notamment la Cote d’Ivoire où je suis invité au Festival Massa Slam, au Tchad, Burkina Faso et Niger. La Côte d’Ivoire c’est parce que ce pays est depuis longtemps considéré comme le carrefour migratoire pour les pays de la sous-région. Les autres pays africains, parce qu’ils sont confrontés aujourd’hui au fléau du djihadisme et de l’émigration clandestine. Aussi, si j’arrive à avoir des partenaires qui soutiennent ce projet, je compte aller au-delà de ces pays ciblés.

Quels sont les objectifs visés par ce projet ?

Au-delà de la promotion du slam, la poésie et les échanges culturels, ce projet vise, à travers les mises en scène et des productions littéraires, à sensibiliser les jeunes sur des sujets sensibles comme l’émigration et ses conséquences. Il veut aussi interpeller les gouvernants sur des sujets dont la pauvreté, le chômage, le manque d’éducation professionnelle, la croissance démographique, la guerre, la tension ethnique, la xénophobie, l’exclusion sociale. Nous voulons vraiment sensibiliser le plus grand nombre de jeunes sur le sujet de l’émigration.

Réalisée par Youssouf Koné

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite