- Publicité-

Rentrée littéraire : atelier de réseautage des professionnels, un plaidoyer pour le livre en Afrique

17

L’organisation panafricaine du livre Afrilivres a organisé, en marge de la 13e édition de la Rentrée littéraire du Mali, un atelier de réseautage regroupant des organisations professionnelles de l’espace UEMOA autour de la promotion du livre et ses acteurs en Afrique.

Les professionnels du livre de l’espace UEMOA et de la Guinée Conakry étaient en conclave dans la capitale malienne dans le cadre d’un atelier de réseautage regroupant des organisations professionnelles et des manifestations littéraires. Cet atelier est organisé par Afrilivres, l’association panafricaine des éditeurs d’Afrique francophone subsaharienne, de Madagascar et de l’Ile Maurice, en marge de la 13e édition de la Rentrée littéraire du Mali.

Les difficultés auxquelles est confronté le secteur du livre ne passent donc pas inaperçues des organisations professionnelles du livre regroupées au sein d’Afrilivres. D’où cette initiative du nouveau bureau de l’organisation panafricaine dirigé par le Malien Sékou Fofana, depuis décembre 2020.

Démarré le lundi 15 mars 2021, en ouverture des activités de la Rentrée littéraire, cet atelier s’est étalé sur trois jours au terme desquels les participants devraient arriver à des conclusions constructives pour le secteur en Afrique.

« Ensemble, on est plus forts » 

Alors qu’elle était initialement prévue du 22 au 24 mars, les organisateurs de cet atelier l’ont ramené aux dates de la Rentrée littéraire afin qu’il puisse bénéficier de la médiatisation de cet évènement. « Plusieurs questions notamment la circulation du livre, les acteurs du livre, la participation des éditeurs dans des salons et foires du livre, le problème de financement, entre autres seront abordées durant les trois jours d’atelier »,  nous confie le président d’Afrilivres, Sékou Fofana selon qui « l’objectif de cette rencontre est d’arriver à mettre en place un cadre où les différentes associations d’éditeurs et d’écrivains puissent avoir un agenda commun, se parler et faire face ensemble aux décideurs ».

Le président de l’Organisation malienne des Éditeurs de Livres du Mali (OMEL), Amidou Konaté pense que ce genre de rencontres « permettent de mutualiser les énergies et les ressources et de collaborer ensemble pour le bonheur du secteur du livre en Afrique. Car ensemble on est plus forts ». Selon lui, cet atelier permettra de faire l’état des lieux du secteur du livre dans les différents pays et recenser les difficultés que connaît l’environnement éditorial et définir des perspectives pouvant aider à relever les défis auxquels est confronté le secteur du livre.

Les résolutions de cette rencontre à en croire Sékou Fofana seront transmises à qui de droit afin que le problème du livre puisse être considéré dans une dimension sous-régionale, voire régionale. « L’UEMOA pour Afrilivres est juste une étape. Nous pensons à l’espace CEDEAO, en Afrique centrale et à Madagascar pour un résultat que nous prévoyons de soumettre à l’Union africaine et à d’autres institutions internationales afin que l’effort pour le livre puisse être soutenu par les décideurs du continent », conclut-il.

Youssouf Koné

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite