Formation : le projet « Donko ni Maaya » outille de jeunes journalistes culturels maliens

152

Depuis le lundi 11 janvier dernier, douze (12) jeunes journalistes culturels maliens sont en formation à l’Hotel Djoliba Plage. Organisée par le projet Donko Ni Maaya, cette formation de 5 jours vise à renforcer les compétences rédactionnelles journalistiques des bénéficiaires. 

Le Mali regorge d’énormes richesses culturelles  notamment avec l’émergence de nombreux jeunes talents dans différents domaines artistiques. Une jeune génération qui vient renforcer une assisse artistique déjà remarquable. Cependant, force est de constater un manque criard de visibilité des acteurs maliens et leurs actions dû notamment au manque d’espaces dans les medias nationaux mais surtout au manque de journalistes culturels qualifiés et engagés. 

Afin donc de pallier à ce problème qui constitue  aujourd’hui un handicap pour le secteur culturel, pourtant d’un des vecteurs de promotion de la paix et du vivre ensemble, la coopération allemande GIZ à travers son projet Donko Ni Maaya a décidé de renforcer les capacités journalistique de douze (12)  jeunes journalistes maliens de moins 35ans. Démarrée le lundi 11 janvier dernier, la formation durera 5 jours dont 4 de formation théorique et pratique (du lundi 11 au jeudi 14 janvier) et le dernier jour (lundi 18 janvier) consacrera aux présentations des productions journalistiques des participants.     

Les étudiants en exercice

L’idée de cette initiative n’est pas fortuite quand on sait que le projet Donko Ni Maaya intervient énormément dans le secteur culturel à travers notamment le financement de nombreux projets dans ce secteur très stratégique dans la promotion de la paix et la cohésion sociale. « Le projet GIZ « Donko Ni Maaya » vise à offrir des alternatives aux jeunes face aux positions extrémistes en leurs accordant en tant qu’« agents de changement » un rôle positif et actif dans la lutte contre l’extrémisme violent, la participation politique, le renforcement de la cohésion sociale ainsi que la prévention des crises via des formes d’expressions culturelles » nous explique Magali Moussa, la directrice du projet Donko Ni Maaya.

Cette formation à l’en croire, est axé sur la pratique permettra aux jeunes journalistes culturels de mieux présenter le secteur de la culture et son impact sur la société mais également de disposer de tous les outils nécessaires pour produire des contenus journalistiques de qualité notamment des portraits et des interviews.

Les bénéficiaires de cette formation sous la houlette du journaliste culturel émérite allemand Jonathan Fischer, ont salué l’initiative et entendent, grâce aux connaissances acquisses contribuer au développement du secteur culturel vecteur économique, de paix et de cohésion sociale.

Youssouf Koné         

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite