- Publicité-

COUR D’APPEL de Bamako: Mme Oumou Traoré (« La Vieille Marmite ») gagne contre Abdoullah Coulibaly (IHEM)

18

La plaignante qui voit le verre à moitié vide n’a semble pas baisser les bras et entend toujours donner du fil à retordre à son vis-à-vis.

Vidant son délibéré à propos de cette affaire qui a longtemps défrayé la chronique bamakoise, la Cour d’appel de Bamako a condamné, le mercredi 28 juillet 2021,  Abdoullah Coulibaly, le promoteur de l’Institut des hautes études de mangement (IHEM), à payer la somme de 15 millions de F CFA à Mme Traoré Oumou Traoré, promotrice du restaurant « La Vieille marmite ».

Au titre des dommages et intérêts, la plaignante réclamait 500 millions de F CFA. La Cour ne l’a pas suivie dans ce sens.

Flash back. Par acte introductif d’instance en date du 4 mars 2019, le restaurant « La Vieille Marmite », ayant pour conseil le cabinet Prae Law Firm, a saisi le tribunal de céans aux fins de réparation de préjudice contre Abdoullah Coulibaly.

Oumou Traoré expose que son entreprise a acquis une très grande notoriété dans le milieu de l’entreprenariat féminin et que son restaurant, « La Vieille Marmite » est fréquenté par des nationaux et des étrangers dont des Européens.

Courant 2008, dans le cadre de l’exercice de son activité, elle a été approchée par Abdoullah Coulibaly, promoteur de l’IHEM qui lui a fait savoir qu’il a construit un nouveau immeuble pour abriter son école et qu’il souhaitait l’ouverture d’un restaurant. Pour cela, il a dit qu’il avait besoin des conseils de la gérante du restaurant « La Vieille Marmite ».

Après, il a dit avoir changé d’idée et lui a demandé dans un second temps d’ouvrir elle-même une annexe de « La Vieille Marmite » toujours dans son immeuble. Après une grande insistance et plusieurs sollicitations du sieur Abdoullah Coulibaly, la requérante a fini par accepter d’ouvrir une extension à l’immeuble IHEM.

Après avoir attendu en vain le projet de contrat promis par le défendeur, la demanderesse a proposé un projet de contrat. Après plusieurs modifications apportées au contrat par le représentant du défenseur, elle a signé avant d’envoyer le document pour la signature de l’autre partie.  C’est ainsi qu’elle a commencé à investir dans l’aménagement de l’annexe de la Vieille marmite.

Il y a lieu de préciser que le local mis à la disposition n’était pas initialement destiné à la restauration. Cela a rendu plus coûteux les réaménagements que la requérante a entrepris sur les lieux afin de les adapter aux normes d’un restaurant haut standing. Les travaux ont couté une dizaine de millions de F CFA.

C’est lorsque Oumou Traoré s’apprêtait à ouvrir le nouveau local qu’elle a été surprise de constater les difficultés qu’à Abdoullah Coulibaly a créées pour empêcher le démarrage effectif du restaurant. Le défendeur n’a pas signé la copie du contrat que Mme Traoré Oumou Traoré lui avait envoyé. A la faveur d’une visite de terrain avec le représentant d’Orange-Mali, la requérante a été surprise de constater que l’issue de secours a été condamnée par deux crochets et barrée par un pot de fleurs.

Au même moment, le restaurant a été cambriolé et plus de 3 millions FCFA en matériels ont été emportés. Lorsque la requérante se battait pour une solution amiable au problème, l’épouse du défendeur a inauguré pompeusement un restaurant au nom de sa fille et calqué typiquement sur le concept de la Vieille marmite. L’ouverture de ce restaurant a fait comprendre à la requérante que l’intention du défendeur était de l’attirer, d’avoir son savoir-faire dans la restauration, lui créer des problèmes et permettre à son épouse de prendre le relais dans le domaine. Mme Traoré Oumou Traoré s’était endettée auprès de sa banque pour investir dans le local et comptait tirer profit de son investissement. Elle a fini par jeter l’éponge en restituant par voie d’huissier les clefs des lieux. C’est en sens qu’elle a sollicité 500 millions de FCFA pour tous préjudices confondus, le tout sous le bénéfice de l’exécution provisoire.

En réplique, Abdoullah Coulibaly a soutenu que courant 2010, il a reçu la visite de Mme Traoré Oumou Traoré qui, se présentant comme professionnelle de la restauration désirant louer une salle pour y exploiter un restaurant. Ayant constaté que le local était l’objet de convoitise de plusieurs personnes, la demanderesse s’est empressée pour y déposer certains objets et faire des aménagements sans autorisation expresse du défendeur qui espérait parvenir à la signature d’un contrat avec elle.

Abdoullah Coulibaly déclare que les clefs du local n’avaient pas été données à Oumou Traoré dans le but de visiter l’endroit, d’étudier la faisabilité du contrat et les éventuels emplacements des meubles, mais qu’aucune promesse ferme de contrat n’a été faite entre les parties.

C’est ainsi que Abdallah Coulibaly a été condamné au payement de 15 millions de FCFA à Oumou Traoré comme réparation par les juges.

La requérante s’est dit satisfaite parce que le droit a été dit. « J’ai obtenu justice, mais je vais rencontrer mon conseil pour voir ce qu’il y a lieu de faire parce que je ne suis pas d’accord avec cette somme », a-t-elle déclaré.                                      

Marie Dembélé

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite