Lutte contre la corruption : L’OCLEI et la BAD signent un protocole d’accord de partenariat

32

La Banque africaine de Développement, à travers son département du « Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption (PIAC) », fait front commun avec l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (OCLEI) pour lutter contre la corruption et l’enrichissement illicite. Cette décision a été actée par la signature d’un protocole d’accord de partenariat entre l’OCLEI et le PIAC, le lundi 12 juin 2023 à Abidjan, dans les locaux de la BAD par Moumouni Guindo Président de l’OCLEI et Mme Paula Santos Da Costa, directrice du Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption (PIAC).

En signant le protocole d’accord, l’OCLEI et le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption (PIAC) de la BAD visent un triple objectif. Il s’agit, un, renforcer les capacités de l’OCLEI dans la mise en œuvre d’actions de sensibilisation et d’enquêtes contre la corruption et l’enrichissement illicite. Deux, favoriser la collaboration entre l’OCLEI et le PIAC dans le cadre des enquêtes pour fraudes présumées dans les projets et programmes de la BAD au Mali. Trois, apporter des appuis institutionnels et financiers au profit de l’OCLEI. Ce triple objectif cadre avec l’article 6 de l’Ordonnance n°2015-032/P-RM du 23 septembre 2015 portant création de l’OCLEI, qui stipule que l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite entretient des relations de coopération avec les organismes nationaux et internationaux similaires intervenant dans la lutte contre l’enrichissement illicite. Le Département de l’intégrité et de la lutte contre la corruption (PIAC) été créé en novembre 2005 et est devenu opérationnel en juin 2006.Sa principale mission est de mener des enquêtes indépendantes sur les allégations de corruption, de fraude et d’autres pratiques répréhensibles commis dans le cadre des opérations financées par le Groupe de la Banque africaine de développement.

Aussi, le PIAC est chargé d’élaborer des mesures préventives afin de réduire, par anticipation, les risques éventuels de corruption, de fraude, d’inconduite et d’autres pratiques répréhensibles au titre des opérations financées par le Groupe de la Banque.

                                                                   Service communication OCLEI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite