LE MINISTRE SADIO CAMARA LORS DE LA REMISE  DE NOUVEAUX AERONEFS à L’ARMEE : « La volonté de moderniser et d’équiper notre Armée n’est pas uniquement liée à la crise sécuritaire »

38

Le président de la Transition, S. E. le colonel Assimi Goïta a présidé, vendredi 20 janvier 2023 la célébration du 62e anniversaire de la création de l’Armée nationale, à la Place d’armes du 3e Régiment du Génie militaire de Bamako.

Pour une nation, l’accession à la souveraineté ne se limite pas à une date, à un discours, si éloquent soit-il, ni à l’érection d’un monument. C’est un long processus dont le but final est de permettre à l’Etat d’assurer, en autonome, les besoins essentiels de l’ensemble de ses citoyennes et citoyens. Dans ce processus, garantir la sécurité de sa population contre toute forme d’agression, de l’intérieur comme de l’extérieur, constitue une priorité pour chaque Etat, quels que soient sa superficie et les moyens dont il dispose. Depuis l’accession de notre pays à l’indépendance, les autorités de l’époque, conscientes des défis sécuritaires qui planaient sur le jeune Etat, ont doté le Mali de l’une des Armées les mieux équipées d’Afrique. Ce formidable outil de défense constituait la garantie d’un Mali en paix. Soixante-trois (63) ans plus tard, face aux nouvelles formes d’insécurité, et à une crise multidimensionnelle, la charge de la mise à jour de l’appareil de défense nous incombe aujourd’hui. Chaque génération a sa chance à saisir, et son fardeau à porter dans la vie d’une Nation. C’est une responsabilité qui ne fait pas peur à la génération Assimi, cette classe de jeunes africains, du Mali et de toutes les nationalités, dont la conscience des enjeux n’a d’égale que la soif de liberté et de dignité.

La volonté de moderniser et d’équiper notre Armée n’est pas uniquement liée à la crise sécuritaire. Bien sûr, celle-ci en a montré l’urgence, mais elle répond avant tout à un besoin fondamental sans lequel aucune entreprise initiée par le Mali ne saurait prétendre au succès. Assurer la sécurité de sa population n’est pas un luxe, mais une nécessité.

Excellence M. le président de la Transition, chef de l’Etat, chef suprême des Armées,

Honorables invités,

L’Armée est un corps de métier d’importance capitale. Outre la mission principale de la défense du territoire et de la population, l’Armée est un symbole qui permet à un Etat de s’affirmer sur la scène sous-régionale et internationale. Une armée forte et moderne continue d’assurer la sécurité des citoyens et des intérêts de l’Etat même au-delà du territoire national. C’est un outil de diplomatie incontestable dont le professionnalisme permet à l’Etat de prendre part à des accords de défense et à des engagements multinationaux dans le cadre du droit international.Tout en restant fidèle à la doctrine d’emploi de l’Armée malienne qui renonce volontairement à toute forme d’interventions militaires expansionnistes, nous devons renforcer et équiper cet attribut de l’Etat face aux nouvelles formes de menace, sources d’insécurité de notre époque. Ces différents aspects justifient pleinement les énormes efforts consentis dans l’acquisition de nouvelles capacités. Grâce aux efforts des autorités de la Transition et du Peuple malien, les Forces de défense et de sécurité du Mali, de nouveau debout et autonomes, inspirent désormais le respect, et présentent une image positive du Mali à tous les partenaires, n’en déplaise aux nostalgiques d’un ordre révolu, qui voudraient que cette vaillante armée reste confinée à un rôle d’éternel assisté.

Excellence M. le président de la Transition, chef de l’Etat, chef Suprême des Armées,

Honorables invités,

Soyez rassurés que l’ensemble du peuple malien de façon générale et singulièrement l’Armée malienne continuera à fournir d’autres efforts encore. Je suis convaincu que vous percevrez, à l’occasion des activités de la célébration du soixante-deuxième (62e) de l’Armée malienne, la joie et la fierté de la population au passage de nos forces dotées de nouveaux matériels et d’un nouvel état d’esprit.

Quoi de plus normal, Excellence M. le président de la Transition. Pendant plus d’une décennie de souffrance et d’errance, le peuple malien meurtri, abandonné et délaissé, finit par comprendre que la solution à son malheur ne peut venir que de son armée. Il a fini par comprendre que ces aspirations de paix, d’inclusivité, d’unicité du territoire ne peuvent être mieux réalisées que par les fils et les filles de la Nation qui ont connu les mêmes souffrances que lui et qui continuent à faire preuve d’abnégation sur le théâtre des opérations, allant jusqu’au sacrifice ultime.

Les Maliens ont enfin compris que c’est l’Armée malienne qui leur faut. Ils ont donc décidé de la soutenir. Initialement fomentée pour nous diviser, cette crise a permis aux maliens de tous horizons, de toutes couches sociales de se réunir autour de l’essentiel, le Mali. Elle nous a permis de resserrer les liens, au-delà des dissensions politiques, au-delà des différences d’opinion, et de mettre en valeur nos propres ressources et potentialités.

Nous prions que Dieu permette aux Maliens de pérenniser l’esprit de ce sursaut extraordinaire, que vous avez décidé d’immortaliser en consacrant le 14 janvier comme Journée nationale de la souveraineté retrouvée. Cette confiance retrouvée, l’Armée malienne ne la perdra plus. Les FAMa feront preuve de plus de don de soi pour mériter ce soutien populaire qui leur est plus cher que les armes les plus sophistiquées pour remporter des batailles. Après ce vibrant hommage rendu au peuple malien, il me reste, Excellence M. le président de la Transition, à vous remercier, au nom de l’Armée malienne et en mon propre, pour la réalisation des nouveaux aéronefs dont remise sera faite dans quelques instants, et pour votre engagement personnel dans le suivi et le renforcement de nos capacités.

Le maître de cérémonie a bien fait de rappeler les mots prononcés par le chef d’Etat-major de l’Armée de l’air il y a quelques mois, promettant une Armée d’action, efficace au combat. Nous voilà donc aujourd’hui, recevant d’autres appareils de guerre, en attendant les prochains que vous nous remettrez, pour le plus grand bien de nos populations, et le plus grand désarroi des ennemis du Mali. Ces ennemis, en perte de vitesse et traqués dans leurs retranchements, jettent aujourd’hui leurs dernières forces dans la bataille, tant sur le plan militaire que sur le plan informationnel. Aidés par leurs habituels relais communicationnels internes et externes, ils s’efforcent lâchement de déceler les points de vulnérabilité et tentent d’exploiter le moindre relâchement de notre vigilance, visant les cibles molles. A ce titre, les soubresauts des dernières semaines ressemblent aux gestes saccadés d’un animal terrassé, donnant des coups à l’aveuglette, et donc les ruades peuvent encore faucher les plus vulnérables et les moins attentifs. C’est le signe que la stratégie adoptée il y a un an, est une réussite. Nous avons eu l’occasion de confirmer avec une prudente satisfaction cette dynamique victorieuse, lors des récents exercices d’évaluation et d’autocritique menés sur vos instructions, tant au niveau politique qu’au niveau militaire.

Excellence M. le président de la Transition, chef de l’Etat, chef suprême des Armées,

Permettez-moi enfin de remercier et de féliciter encore une fois, les partenaires et amis du Mali, qui sont restés fidèles, sincères et loyaux à ce brave peuple malien, et qui continuent d’accompagner cette Armée de malienne qui fait de nouveau rêver les jeunes et les anciens. Je souhaite à tous par avance une Excellente fête de l’Armée ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite