LE DIRECTEUR GéNéRAL DES DOUANES, AMADOU KONATé à LA JOURNéE INTERNATIONALE DE LA DOUANE : « Les douanes du Mali ont réalisé des prouesses inédites en 2022. Les prévisions de recettes budgétaires ont été atteintes… »

45

« Le 26 janvier de chaque année, Journée internationale de la douane, tous les pays membres de l’Organisation mondiale des douanes (OMD) organisent une série d’activités et de festivités pour magnifier leur appartenance à la corporation douanière et célébrer l’événement sous le signe d’une thématique spécifique. L’édition 2023 est dédiée à la promotion du partage des connaissances et à l’exaltation de la profession douanière. Elle met le curseur sur le capital humain et le mode de perpétuation du savoir et des expériences de génération en génération », a déclaré le directeur général des douanes, l’inspecteur général des douanes, Amadou Konaté lors de la Journée internationale de la douane, célébrée le 26 janvier dernier, à Samanko II sous la présidence du ministre de l’Economie et des Finances, Alousséni Sanou. Avant de préciser que « les douanes du Mali ont réalisé des prouesses inédites, en dépit d’une année 2022 chroniquement défavorable, marquée par l’hostilité de certains de nos voisins et des crises majeures qui ont durement affecté l’économie de toute la planète ». Les prévisions de recettes budgétaires qui leur ont été assignées, dira-t-il, ont été vaillamment atteintes et des saisies sans précédent de stupéfiants ont été enregistrées.

Avant toute chose, qu’il me soit permis d’avoir une pensée pour tous les douaniers tombés au champ d’honneur. J’associe à cette pieuse évocation toutes les victimes civiles et militaires arrachées en service commandé à l’affection de leurs familles, de leurs collègues et de leurs amis. Je n’oublie pas ceux qui comme notre collègue Gaoussou Coulibaly dont je me félicite d’avoir récemment une preuve de vie, sont injustement privés par des obscurantistes de leur liberté dans d’atroces conditions. Je voudrais, avec votre permission, Monsieur le ministre, demander à l’assistance de bien vouloir observer une minute de silence pour formuler des prières à l’endroit de tous ces martyrs…

Le 26 janvier de chaque année, Journée internationale de la douane, tous les pays membres de l’Organisation mondiale des douanes (OMD) organisent une série d’activités et de festivités pour magnifier leur appartenance à la corporation douanière et célébrer l’événement sous le signe d’une thématique spécifique.

L’édition 2023 est dédiée à la promotion du partage des connaissances et à l’exaltation de la profession douanière. Elle met le curseur sur le capital humain et le mode de perpétuation du savoir et des expériences de génération en génération.

Mieux former et outiller le douanier du futur dans un monde de plus en plus complexe et globalisé doit être le crédo de toute administration douanière qui a le souci de la performance et de l’efficacité. L’OMD s’est toujours inscrite dans cette approche et a voulu cette année en faire un slogan en vue de mettre l’accent sur la nécessité de mutualiser et d’harmoniser les efforts pour une gestion efficiente des ressources humaines et l’ouverture de perspectives valorisantes pour les générations montantes. 

Comment faire en sorte que le passage du relais entre les anciens et les jeunes fonctionnaires des douanes se fasse dans des conditions qui garantissent l’excellence dans la continuité du service ?

Comment préserver la mémoire et les acquis des administrations douanières par un meilleur partage des connaissances et des expériences ?

Comment conforter la fierté du douanier dans l’exercice de ses fonctions ?

C’est sur ces questions que le secrétaire général de l’OMD a invité les administrations membres à plancher pour que le passage du témoin entre les générations s’accompagne d’un legs effectif de compétences et de valeurs.

La direction générale des douanes du Mali a accueilli avec un grand intérêt cette thématique qui a toujours été au cœur de sa vision et de sa stratégie.

Déjà, notre culture millénaire, fondée sur la vénération et la quasi-infaillibilité des anciens, nous prédispose à cette posture. C’est bien un illustre penseur de chez nous qui a dit qu’« en Afrique un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle ». C’est pourquoi, pour le douanier du Mali, l’apport des devanciers est forcément le viatique le plus précieux d’une carrière réussie. En plus de cette fidélité grandement bénéfique à nos traditions ancestrales, des efforts sont déployés pour s’adapter à tous les défis qu’impose la modernité. Des reformes largement inspirées par les préconisations de l’OMD sont présentement mises en œuvre par notre administration et qui placent l’Homme au centre de toutes les espérances. Parmi celles-ci, la Gestion prévisionnelle des effectifs et des compétences (GPEC) est certainement la plus en adéquation avec le slogan de l’année. Son implémentation se poursuit opiniâtrement. Elle vise une utilisation optimale et judicieuse des ressources humaines en vue d’une exécution saine et méritocratique du service.

De nombreuses autres initiatives sont aussi prises pour assurer au douanier malien un enseignement de qualité et des remises à niveau régulières. Le Centre de formation et de perfectionnement de la direction générale des douanes joue dans ce cadre un rôle déterminant pour consolider les connaissances acquises dans les écoles et dispenser, au besoin, des modules pointus au profit de toutes les catégories de personnel.

L’assistance inlassable de nos retraités dans l’animation des cours de soutien et de recyclage en faveur des agents des douanes est une autre preuve éloquente de la forte implication de nos anciens dans l’éveil, l’initiation et le renforcement continu des capacités des nouvelles générations.

Des supports et outils existent également pour vulgariser la réglementation et partager avec l’ensemble de la communauté douanière de notre pays, l’évolution des concepts et des techniques aussi bien en matière de lutte contre la fraude et les grands réseaux de criminalité transnationale que dans la maîtrise de la base imposable des marchandises afin de préserver les intérêts du Trésor public ainsi que dans la protection du consommateur, du patrimoine culturel et artistique et des secteurs vulnérables de l’économie nationale.

Le site web de la direction générale des douanes, les multiples fonctionnalités du Sydonia, la revue des douanes, les rapports et publications, les stages d’immersion, etc. sont autant d’instruments et de forums qui permettent à l’agent des douanes de se prémunir de tout déphasage avec son temps.

Le deuxième grand axe de réflexion sous le signe duquel l’OMD a placé l’édition 2023 de la Journée internationale de la douane est relatif à la nécessité de fortifier la fierté d’appartenance à la profession douanière. A cet égard, les douanes du Mali ont toutes les raisons de se sentir légitimement à l’aise. Elles viennent, en effet, de réaliser des prouesses inédites, en dépit d’une année 2022 chroniquement défavorable, marquée par l’hostilité de certains de nos voisins et des crises majeures qui ont durement affecté l’économie de toute la planète. En effet, les prévisions de recettes budgétaires qui leur ont été assignées ont été vaillamment atteintes et des saisies sans précédent de stupéfiants ont été enregistrées.

Je profite de l’occasion pour réitérer mes chaleureuses félicitations à tout le collectif des douaniers et mes vifs remerciements à nos plus Hautes Autorités et notamment à Monsieur le ministre de l’Economie et des Finances pour leur constant et crucial accompagnement. Certes, l’exercice qui vient de s’achever a été caractérisé par des défis extrêmes mais il a été aussi ponctué d’évènements heureux qui sont autant de motifs de légitime fierté pour l’ensemble des douaniers du Mali.

Un code des douanes moderne a été promulgué, des nouveaux textes plus pertinents portant sur l’organisation et le fonctionnement de la direction générale des douanes ont été adoptés et la Médaille d’honneur des douanes a été instituée. De plus, pour la première fois depuis l’indépendance de notre pays, la direction générale des douanes a emménagé dans de prestigieux locaux flambant neuf qui lui sont propres et assortis de confortables commodités.  Là aussi, je renouvelle ma profonde reconnaissance au gouvernement pour ces bienveillantes attentions. Aujourd’hui, contrairement à un passé récent, c’est la tête haute que les douanes du Mali vont recevoir les délégations de leurs collègues venues du monde entier. Il est de coutume d’organiser en marge de la célébration de la Journée internationale de la douane, une cérémonie pour rendre hommage à celles et à ceux qui, après de bons et loyaux services, font valoir leurs droits à la retraite. Cette année également, cette louable habitude sera respectée avec faste parce que non seulement le thème de la présente édition le prescrit mais aussi parce que le groupe qui se retire est composé de cadres émérites dont la relève efficace constitue un véritable challenge. 

Je souhaite à chacune et à chacun une retraite paisible, dans une santé de fer pour leur permettre de répondre toujours prestement à nos sollicitations car nous continuerons indéfiniment à requérir leurs conseils avisés et leur expertise avérée. Des certificats de mérite seront également décernés à une vingtaine de fonctionnaires et de partenaires de l’administration des douanes qui se sont distingués par leur engagement et leur contribution exceptionnelle en lien avec le thème de l’année.

J’adresse à tous les récipiendaires mes sincères félicitations. J’exhorte le collectif des douaniers et des usagers du service à persévérer dans la culture de l’exemplarité pour multiplier ce genre de consécrations et rester toujours en parfait accord avec leurs consciences professionnelles.

Le clou de l’événement sera, bien entendu, la conférence-débat qui sera animée sur le thème de la Journée par des cadres triés sur le volet de la direction générale des douanes, avec la modération de nos anciens. J’invite tous les participants à suivre avec un grand intérêt l’exposé et à contribuer à la vivacité des échanges qui vont suivre. C’est le lieu de remercier l’OMD pour son inestimable apport dans la formation des élites douanières du monde entier et son irremplaçable leadership dans le raffermissement de la coopération de ses administrations membres.

Je ne saurais terminer mon propos sans exprimer ma profonde gratitude à toutes celles et à tous ceux qui ont bien voulu répondre à notre invitation, malgré des agendas que je sais très chargés, en rehaussant de leur présence l’éclat des présentes festivités.

J’adresse une mention spéciale à Monsieur le ministre de l’Economie et des Finances à qui je dédie tous les spectaculaires récents succès des douanes du Mali car c’est surtout lui qui les a rendus possibles. Aussi, je m’engage solennellement, au nom de tous mes collègues, à redoubler d’effort et de dévouement pour continuer de mériter son soutien et sa confiance ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite