LA POSTE DU MALI DANS UNE DYNAMIQUE DE RELANCE :Les bureaux de Badalabougou, Niaréla et le Guichet annexe de Kati inaugurés

7

La Poste du Mali a organisé, le 13 octobre dernier, une cérémonie d’inauguration des bureaux de Badalabougou, Niaréla et du Guichet annexe de Kati. L’événement était placé sous la présidence du ministre de la Communication, de l’Economie numérique et de la Modernisation de l’administration, Harouna Mamadou Toureh en présence du PDG de La Poste, Ibrahima Haïdara et plusieurs invités de marque. L’objectif visé est la relance de l’outil postal, instrument basique de souveraineté, de cohésion nationale et d’inclusion sociale.

ette cérémonie d’inauguration était présidée Harouna Mamadou Toureh, ministre de la Communication, de l’Economie numérique et de la Modernisation de l’administration. Il avait à ses côtés les membres de son cabinet, les responsables des structures rattachées du département, le PDG de La Poste, Ibrahima Haïdara, les membres du conseil d’administration de La Poste, le maire de la Commune V et le coordonnateur des chefs de quartier de la Commune V.

La cérémonie s’inscrivait dans la concrétisation de la vision des plus hautes autorités du pays, à savoir la relance de l’outil postal, instrument basique de souveraineté, de cohésion nationale et d’inclusion sociale.

« Ladite vision incarnée par la direction générale de La Poste s’articule autour d’une stratégie à l’effet d’assurer définitivement la relance de l’institution postale. Elle est axée sur six (6) piliers essentiels qui sont l’organisation du secteur postal, l’assainissement des finances de l’entreprise, la modernisation du réseau postal, la consolidation des capacités opérationnelles de La Poste, le retour des services de proximité sur l’ensemble du territoire et le développement du marché postal », a expliqué le PDG de La Poste, Ibrahima Haïdara.

Les différents ouvrages inaugurés à Badalabougou et Niaréla sont composés d’une salle d’accueil des clients, trois guichets pour les opérations diverses, une salle de tri et une salle pour les boîtes postales au rez-de-chaussée et à l’étage, il y a trois bureaux dont celui du receveur et deux toilettes.

Pour le Guichet annexe de Kati, il s’agit d’un bâtiment réhabilité composé d’un bureau pour le receveur, un espace pour les agents, une salle réservée aux boîtes postales et un guichet pour les clients.

Pour terminer, le PDG de La Poste exhortera les populations des différentes communes concernées à faire bon usage des différents ouvrages mis à leur disposition, car c’est leur Poste.

Pour sa part, Harouna Mamadou Toureh, ministre de la Communication, de l’Economie numérique et de la Modernisation de l’administration a indiqué que la politique du secteur postal axée sur la rénovation en profondeur de l’entité postale et de ses outils d’intervention vise à faire de La Poste un vecteur de développement et un pôle de croissance conformément à la vision du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta.

« Ces joyaux architecturaux de Badalabougou, de Niaréla et de Kati à l’instar de celui de Sogoniko sont une composante du projet de relance de La Poste, qui touche plus de deux millions de personnes, soit plus de la moitié de la population de Bamako. Ce que je viens d’évoquer ne sont pas que des chiffres mais il s’agit bien du retour effectif des services publics de proximité dans nos localités. Cet acte symbolise la volonté de l’Etat d’assumer pleinement ses missions auprès des citoyens », a martelé le ministre.

Il a signalé que ces bureaux seront la vitrine de la poste dans les Communes II, V du district de Bamako et la ville de Kati où les entreprises et les tierces personnes accèderont à tous les services de la poste. 

« Devant les péripéties économiques que traverse le monde, l’Etat pour relancer La Poste a investi pour réamorcer le cycle économique, celui des commerces qui avait disparu. Il a investi là où les inégalités sont les plus fortes, avant de laisser les acteurs économiques reprendre sa suite. Accompagner et non perfuser, rendre entreprenant et certainement pas dépendant, investir pour permettre l’autonomie des acteurs, partout sur le territoire, tel est notre credo », a-t-il conclu.                               Marie Dembélé

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite