EXTRACTION DE L’OR DANS LE VILLAGE DE LENGUENKOTO- FOUGADINA PAR UNE ENTREPRISE CHINOISE : Quand les autorités locales abusent du nom de Assimi Goïta pour piller les ressources aurifères

9

Le village de Lenguenkoto-Fougadina ne reste plus que l’ombre de lui-même. Et pour cause. Une entreprise chinoise exploiterait anarchiquement de l’or en faisant non seulement fi de la protection des ressources environnementales mais aussi du cadre de vie des populations. Cimetière, plantation, marigot, vergers, route… aucun endroit ne serait épargné par les chercheurs d’or, à en croire les nombreux témoignages des habitants dudit village.

elon le récit d’un habitant de Lengueto-Fougadina du nom de Mamadou Djiré, la destruction de ces ressources se passe au nez et à la barbe des autorités communales, dont le maire Moussa Camara, et administratives (le préfet Amidou Daou) qui affirmeraient avoir bénéficié de l’onction du président de la Transition Assimi Goïta pour donner l’autorisation à cette entreprise chinoise. D’ailleurs, selon lui, cette société ne se prive pas de reprendre ces mêmes propos qui veut l’entendre. « Les Chinois sont là pour extraire de l’or. Ils ont entouré tout le village. Ils ont pris même nos vergers. Nous avons organisé des manifestations à la suite desquelles ils ont dit que c’est une affaire d’Assimi Goïta, président de la Transition. Nous avons donné l’information à RFI et sur les réseaux sociaux, mais jusque-là rien n’a changé », s’indigne Mamadou Djiré. Selon lui, ils ont fait appel au maire pour qu’il vienne voir ce qui se passe réellement sur le terrain. « Car nous n’avons plus de route pour aller à Kéniéba. Nous sommes dans cette situation sans aucune issue depuis près de deux ans. Ils sont en train d’exploiter actuellement notre cimetière. Nous ne dormons plus dans notre village à cause du bruit des machines d’extraction », ajoute M. Djiré. Lorsque les populations ont approché le maire et le préfet, continue-t-il, ils ont rétorqué d’aller se plaindre à Assimi Goïta, car l’entreprise chinoise travaillerait sous ses ordres. « Les exploitants ne nous ont rien donné en termes de compensation. Ils n’ont rien réalisé chez nous comme infrastructure. Assimi Goïta est craint partout dans le monde aujourd’hui à cause de son bon comportement, de son patriotisme et si on lui met de tel mensonge sur le dos, cela est difficile à comprendre. Ils ont coupé tous nos arbres, détruit tous nos jardins. Il faut que le ministre en charge des cas pareils nous vienne en aide », sollicite-t-il.

En tout cas, les populations invitent le président de la Transition à tirer au clair cette affaire car elles disent être convaincues que ces autorités sont en train d’abuser de son nom. « Assimi est un modèle dans le cadre de la bonne gouvernance pas seulement au Mali mais dans le monde donc voire que son nom soit associé à de telles pratiques est pour nous inadmissible », conclut M. Djiré.   

                                                                                                                                                        Kassoum Théra

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite