CLIVE T. JOHNSON, PRESIDENT DIRECTEUR EXECUTIF  DE B2GOLD FACE à LA PRESSE : «B2Gold a versé 228 milliards FCFA au Trésor public en 2022 et 813 milliards FCFA de 2016 à 2022»

66

Dans le cadre de leur conférence de presse annuelle, les responsables de B2Gold étaient le mercredi 1er février face à la presse au siège de la société au Quartier du fleuve. Occasion pour eux de faire le point des activités réalisées et de dévoiler les perspectives. De cette rencontre avec la presse, il ressort que B2Gold de son implantation au Mali en 2016 jusqu’en 2022 a injecté 813 milliards F CFA au Trésor public. En 2022, la société a versé 228 milliards de FCFA au gouvernement malien. Et elle employait 2697 Maliens et 95 expatriés en fin 2022.

ls étaient tous présents à cette conférence de presse. Ils, ce sont les responsables de B2 Gold au plan national et international. Parmi ces conférenciers, on peut citer Clive T. Johnson, le président directeur exécutif de la société B2Gold, Mike Cinnamond, vice-président en charge des finances, William Lytle, vice-président en charge des opérations du bureau du Mali, Randall Chatwin, vice-président en charge des législations et de la communication.

Ont également pris part à cette rencontre, Michael McDonald, vice-président chargé des investissements et du développement, Neil Reeder, vice-président chargé les relations avec le gouvernement, Raphael Wagner, vice-président régional en charge de l’administration. On pouvait aussi noter au présidium la présence de Birama Cissé, directeur chargé de l’administration et des relations publiques du Bureau du Mali et une forte équipe du Bureau de la société au Mali.

Dans son exposé introductif, Clive T. Johnson, le président directeur exécutif de B2Gold s’est réjoui du fait que sa société a connu une autre année de performances opérationnelles remarquables en 2022, dépassant la moitié de la fourchette prévisionnelle annuelle globale de production d’or de la société.

A cet égard, la production globale d’or de la société a été évaluée à 1 027 874 onces en 2022.  La mine de Fékola au Mali a grandement contribué selon lui au succès global de la production de la société en 2022, avec la production de 598 661 onces au cours de l’année, juste à la limite supérieure de sa fourchette prévisionnelle (entre 570 000 et 600 000 onces) et a atteint un record de production trimestriel de 244 013 onces d’or au quatrième trimestre.

Pour le conférencier, le maintien et l’entretien d’une relation positive et productive avec le gouvernement malien et le peuple malien en général sont d’une extrême importance pour sa société. Dans ces relations, a-t-il poursuivi, ils se sont toujours orientés par leurs valeurs d’équité, de respect, de transparence et de responsabilité.

Selon Clive T. Johnson, B2Gold et le peuple malien ont réussi à atteindre le succès de la production 2022 malgré une année difficile qui comprenait des défis continus au niveau de la chaîne d’approvisionnement.

Une contribution économique considérable

Cette conférence de presse a été mise à profit par les responsables de B2Gold pour faire le point sur la contribution économique de la société, qui est évaluée par rapport à la valeur économique qu’elle génère pour les pays où elle opère, par le biais des salaires des employés, des impôts, des paiements aux gouvernements et des investissements communautaires. Ainsi, s’agissant des paiements au gouvernement du Mali, le conférencier de préciser que la société a versé 228 milliards F CFA au gouvernement malien en 2022, et un total de plus de 813 milliards F CFA depuis 2016.

Le nombre d’emplois créés au Mali s’élève à fin 2022 à 2 697 Maliens et 95 expatriés. « Cela signifie que près de 97 % de notre main-d’œuvre est malienne, une statistique dont nous sommes très fiers. Nous continuons de maintenir des taux d’emploi locaux élevés en orientant les efforts de recrutement tant au niveau local que national. A notre mine de Fékola, le recrutement pour des emplois non qualifiés priorise les communautés voisines ; la direction maintient un dialogue continu avec les parties prenantes locales concernant les opportunités d’emploi à la mine », a fait savoir Clive T. Johnson.

Toujours dans le domaine de l’emploi, le patron de B2Gold ajoute que   539 nouveaux emplois ont été créés en 2022. « Ceux-ci concernaient principalement les départements de la Mine, du Camp (accueil), de l’Usine et de l’Exploration à Fékola. Parmi ces recrues, 21 % venaient des villages environnants, 18 % de Kéniéba, 14 % de Kayes ville et 48 % de Bamako et des régions environnantes. 400 postes supplémentaires seront disponibles courant 2023 », a soutenu le conférencier.  Avant de poursuivre que les femmes ne sont pas en reste dans ce chiffre, car occupant près de 8 % des salariés. « Ce pourcentage est parmi les plus élevés du secteur minier malien. Les conditions de vie et de travail des femmes sont d’une grande importance pour B2Gold – non seulement au Mali mais dans tous les endroits où nous opérons. L’emploi et la promotion des femmes sont des objectifs prioritaires pour l’entreprise », a fait remarquer patron de B2Gold.

Il a révélé qu’ils ont également pris la décision d’aider les salariés à obtenir des terrains viabilisés et sécurisés qui permettront aux participants d’y construire des logements décents. Cette initiative sera déployée à Bamako d’abord, puis dans la ville de Kéniéba et étendue à la région de Kayes.

159 milliards F CFA d’achat au niveau national en 2022

Dans l’approvisionnement des biens et services nécessaires au fonctionnement des opérations, le premier responsable de B2Gold a précisé qu’ils privilégient autant que possible les entreprises locales, à condition qu’elles répondent aux exigences minimales de sécurité, de qualité, d’éthique et de coût. Pour preuve, il a rappelé que le projet Fékola a acheté environ 311 milliards F CFA de matières premières en 2022.

Sur le montant total des achats, a-t-il souligné, environ 51 % (159 milliards XOF) sont nationaux et 49 % (152 milliards F CFA) sont internationaux.  Et sur les 49 % de matériaux achetés à l’international, tous les produits ont fait l’objet d’un processus de sélection afin de s’assurer de leur indisponibilité au Mali pour des raisons de quantité, de qualité ou de compétitivité des coûts. Pour lui, les achats locaux (au Mali) se répartissent en trois catégories. A savoir : fournisseurs basés dans la localité de Kéniéba : 3 milliards F CFA, fournisseurs basés dans les autres régions du Mali : 111 milliards F CFA et filiales de sociétés internationales ayant un bureau au Mali : 45 milliards F CFA.

4 milliards de F CFA pour le développement communautaire

Dans le cadre du développement communautaire, B2Gold n’est pas en reste car à travers le projet Fékola, la société s’est concentrée selon Clive T. Johnson sur l’investissement communautaire pour renforcerles projets communautaires existants et développer de nouvelles activités génératrices de revenus pour améliorer les moyens de subsistance en 2022. Dans ce registre, un total de 299 521 724 F CFA a été dépensé en 2022 pour mener des activités d’évaluation/études, renforcer les projets existants, concevoir un nouveau Plan de développement communautaire tel que requis par le Code minier et financer de nouveaux projets.

Les nouveaux projets, selon lui, portent sur des initiatives agricoles/fermières des femmes de Fadougou, Médinandi et Tintiba (1ha chacun) et le développement du projet d’irrigation de Goungoubato (70 ha). « Ce dernier vise à fournir un flux de revenus agricoles aux communautés – non seulement pendant la saison des pluies, mais aussi pendant les périodes de sécheresse. L’investissement du projet s’élève à 512 millions de F CFA sur une période de deux (2) ans et plus de 200 personnes seront hébergées. Les prévisions estiment la production annuelle à 90t/ha pour les légumes, 3t/ha pour le riz et 1,5t/ha pour le mil et le maïs », a rapporté le conférencier tout en soulignant au passage qu’ils ont investi, pour la période de 2016 à 2022, un total de 4 milliards de F CFA dans les communautés : 56 % dans la restauration des moyens de subsistance, 7 % dans l’éducation, 7 % dans la santé et le pourcentage restant dans d’autres domaines tels que le développement des infrastructures. Des investissements qui ont, selon lui, amélioré la qualité de vie des communautés en améliorant l’accès à l’eau, à l’éducation et à la santé, et qui contribuent à générer des revenus et à réduire la pauvreté, en particulier pour les femmes.

Promotion de la centrale

 solaire de Fékola

S’il y a un domaine qui tient à cœur la société, selon ses responsables, c’est surtout la protection de l’environnement. Ainsi, avec l’exploitation en 2022 de la centrale solaire, la société a réduit la consommation de mazout lourd (« HFO ») de Fékola de 13 188 527 litres et les émissions de dioxyde de carbone de 37 164 tonnes. A cet effet, la contribution de la production de la centrale solaire représentait 19,3 % de la puissance totale requise, ce qui a entraîné une réduction de 7856 heures de fonctionnement des groupes électrogènes Caterpillar CM.

 « Nous étudions actuellement la viabilité économique de l’extension de la centrale solaire pour fournir à Fékola une plus grande quantité d’énergie renouvelable tout en réduisant encore le coût unitaire par kWh », a promis C. Johnson.

Permis de Menankoto

Toujours dans son exposé, le premier responsable de B2Gold a fait savoir que la filiale malienne de la société a reçu en février 2022, un nouveau permis de Menankoto, délivré par le gouvernement du Mali conformément aux procédures et exigences énoncées dans le Code minier malien de 2019 qui prévoit un mandat initial de trois (3) ans renouvelable pour deux périodes supplémentaires de trois (3) ans.

Il a également fait savoir aux hommes de médias qu’ils ont publié les ressources minérales mises à jour et le constat qui se dégage, c’est que ces ressources ont considérablement augmenté en mars 2022, sur la base des résultats de forages inédits de la région Anaconda (qui comprend le permis de Menankoto et de Bantako Nord).

« L’estimation mise à jour et considérablement augmentée des ressources minérales (au 11 janvier 2022) à un prix de 1 800 USD l’once d’or, comprend une estimation initiale de 32 400 000 tonnes à 1,08 g/t d’or pour un total de 1 130 000 onces d’or des ressources minérales indiquées et une estimation des ressources minérales présumées de 63 700 000 tonnes à 1,12 g/t d’or pour 2 280 000 onces d’or », a-t-il précisé.

Partant de ces résultats, il a déclaré que la société a initié une étude pour évaluer la viabilité économique de la construction d’une deuxième usine dans la zone Anaconda en vue de traiter le matériau saprolite et a promis de partager les résultats de ces travaux d’ici la fin du deuxième trimestre 2023.

Poursuite des investissements au Mali

Selon Clive T. Johnson, en plus de l’investissement potentiel dans la deuxième usine dans la zone Anaconda, la société a également continué d’investir au Mali par l’acquisition de terrains supplémentaires au sein du complexe de Fékola. « En avril, nous avons finalisé l’acquisition du permis de Bakolobi au Mali auprès d’une société malienne locale », a-t-il indiqué. Il a fait savoir que ce permis de Bakolobi est situé entre le permis Menankoto, au nord, et le permis Médinandi de la Mine Fékola.

L’acquisition du permis de Bakolobi entraîne, d’après lui, la détention par la société de 4 permis d’exploration et/ou d’exploitation contigus couvrant 237 km2, s’étendant de l’extrémité nord-ouest du permis de Bantako-Nord et le Nord-est du permis de Menankoto, au sud-ouest du permis de Médinandi jusqu’à l’extrémité sud-est du permis Bakolobi.

Aussi, il a poursuivi que la société a également acquis en septembre 2022 Oklo Resources Limited et son projet Dandoko, situé à environ 25 km de Fékola. Pour lui, l’acquisition de Oklo leur a fourni une propriété supplémentaire de 1 405 km2, couvrant des ceintures de roches vertes très prometteuses au Mali, en Afrique de l’Ouest, y compris le projet Dandoko de 550 km2, qui fait désormais partie du complexe Fékola.

B2Gold, selon ses responsables, projette d’être la première société minière dans notre pays en 2023.

Dans cette perspective, elle a mené un programme de forage d’environ 184 000 mètres au Mali en 2022 pour un coût de 21 milliards de F CFA et a prévu un budget de 19,5 milliards de F CFA en 2023 pour le forage d’environ 127 000 mètres de circulation inverse et de forage au diamant.

En tout cas, l’avenir s’annonce radieux pour B2Gold en 2023, car elle mise sur une production d’or consolidée à partir de ses trois (3) mines actives qui devraient se situer entre 940 000 et 1 010 000 onces. La contribution de Fékola à cela devrait se situer entre 580 000 et 610 000 onces.

Clive T. Johnson a surtout rapporté que les prévisions de production de Fékola pour 2023 incluent la production estimée de Cardinal ainsi que le début de la production d’or à partir du transport de matériaux du permis de Bantako dans l’usine de Fékola au plus tard en 2023.

                             Kassoum Théra

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite