APRèS 31 MOIS SANS SALAIRE : Adama M. Coulibaly assigne la DNSEP en justice et exige d’être remis dans ses droits

11

Détenteur d’un contrat à durée indéterminée (CDI) depuis 2017 avec la direction nationale des sports et de l’éducation physique (DNSEP), Adama M. Coulibaly, animateur du centre d’animation sportive du Palais des sports Salamatou Maïga a vu son salaire couper durant 31 mois à l’issue d’une tentative de résiliation de son contrat de travail. Afin qu’il puisse être remis dans ses droits, il a assigné la DNSEP en justice et exige une réparation pour préjudice.

‘animateur du centre d’animation sportive du Palais des sports Salamatou Maïga, Adama M. Maïga, est depuis quelques années dans une situation complexe. Il a des arriérés de salaire de 31 mois au niveau de la direction nationale des sports et de l’éducation physique. Une situation très difficile pour un chef de famille surtout en cette période où les prix des denrées de première nécessité connaissent une hausse.

Selon Adama M. Coulibaly, il a 31 mois d’arriérés de salaire au niveau de la DNSEP que les responsables refusent de payer. « Je travaille au palais des sports Salamatou Maïga depuis 2014 et cela fait 8 ans aujourd’hui. C’est la direction nationale des sports et de l’éducation physique (DNSEP) qui m’a engagé en tant que consultant dans le cadre du développement du sport. Elle m’a fait un premier contrat à durée déterminée (CDD) en 2014. Ensuite, elle a renouvelé ce contrat trois fois. En 2017, les responsables de la DNSEP m’ont donné un contrat à durée indéterminée (CDI) en y ajoutant la retenue sociale 21 %, c’est-à-dire tout ce qui est INPS, ITS. Alors, c’est eux qui m’ont embauché et qui ont fait de ce contrat, un contrat à durée indéterminée. Il y a eu des retards de salaire en 2018 et en 2019, cela peut arriver. Le dossier est parti au niveau du budget et nos droits ont été réglés. Maintenant depuis 2020 jusqu’à nos jours, je n’ai pas reçu mon salaire », explique l’intéressé.

Il ajoute que pour des raisons non fondées, certains responsables de la DNSEP ont tenté de résilier son contrat à durée indéterminée sans succès. « En avril 2020, les responsables de la direction nationale des sports et de l’éducation physique (DNSEP) ont écrit à l’inspection du travail pour résiliation de mon contrat à partir de janvier 2020. Cela se trouve que 4 mois avaient déjà passé. L’inspection de travail lui ont répondu que son avis n’est pas rétroactif que ça serait peut-être pour le futur. L’inspection de travail lui a encore demandé de venir prouver le texte de loi qui dit qu’un contrat ne peut pas excéder plus d’un an. Au vu et au su de tout ceci qu’ils ne sont pas en mesure de résilier le contrat », dit-il.

Harcelé au quotidien

Après cette tentative de résiliation de son contrat, Adama M. Coulibaly est parti voir le ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne afin qu’il puisse résoudre son problème. « Pour ce dossier, l’actuel ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne, Mossa Ag Attaher, m’a reçu à deux reprise. Il m’a demandé que je sois ses yeux et ses oreilles au niveau du palais des Sports. Il m’a encore dit qu’il va me nommer chargé des infrastructures. Un mois après, il ne m’a pas fait appel et je suis reparti chez lui. Il m’a dit qu’après mon départ, des gens se sont réunis pour poursuivre le département des Sports devant le contentieux de l’État. Je lui ai dit que je suis au courant de ce dossier et que je fais partie de ces personnes. Ensuite, je lui ai montré mon contrat et il m’a dit que j’ai un bon contrat et pourquoi je n’ai pas été payé durant ces mois », laisse entendre notre interlocuteur, ajoutant que le ministre lui promis de tout faire pour qu’il puisse être payé. Depuis sa rencontre avec le ministre le dossier n’évolue pas.

Après l’échec de résiliation de son contrat, l’animateur du centre d’animation sportive du Palais des sports Salamatou Maïga est harcelé au quotidien par certains cadres de la DNSEP afin qu’il puisse rendre le tablier de son plein gré. Ce que Adama M. Coulibaly ne veut pas. « Après l’échec de la résiliation de mon contrat CDI, j’ai constitué un avocat et ce dernier a écrit au directeur de la direction nationale des sports et de l’éducation physique en lui disant de payer mes arriérés de salaire. S’il refuse, il sera obligé de leur donner une assignation. Mon avocat a donné huit jours et il a pris quatre semaines sans réagir. Maintenant que l’assignation est sortie, je suis harcelé de partout. Aujourd’hui, je parle parce que j’ai trop encaissé. Maintenant, j’exige d’être remis dans mes droits et en plus de cela, je demande réparation parce que je suis Malien à part entière », exclame-t-il.  Mahamadou Traoré

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite